Boileau


Vie

Jeunesse (1636 — 1660). Nicolas Boileau-Despréaux naquit à Paris d’une famille noble mais appauvrie. Son enfance fut triste et souffreteuse. Son père, greffier au parlement, lui fit faire des études de droit et de théologie; mais dès que la mort de ce dernier l’eut rendu indépendant, il se voua entièrement aux belles lettres.

Carrière littéraire (1660 — 1680). Nourri des classiques anciens, surtout d’Horace et de Juvénal, doué d’un sens droit et d’un goût délicat, Boileau à 24 ans s’érigea résolument en dictateur littéraire; et s’il se fit des ennemis par sa rude franchise, il en fut dédommage par des succès mérités. Ses premières satires circulèrent d’abord en manuscrit et lui ouvrirent les salons à la mode. Les 9 premières furent imprimées en 1660; les Epîtres, L’Art poétique et Le Lutrin suivirent d’assez près, en sorte que la carrière littéraire proprement dite de Boileau se borne à 14 ans (1660— 1674). En 1672 Louis XIV, devenu attentif, voulut connaître le poète, lui octroya charges et pensions, l’attacha à la cour et fit de lui son bras droit en matières littéraires. Comme de juste, Boileau se montra reconnaissant sans toutefois abdiquer ni son indépendance d’esprit ni son franc parler. En 1677 Boileau fut nommé historiographe de France avec son ami Racine, qu’il entoura constamment d’une affection de frère aîné.

Lire la suite …