HOUELLEBECQ Michel, La Carte et le Territoire

Michel Houellebecq

La Carte et le Territoire est un roman de Michel Houellebecq paru le 4 septembre 2010 aux éditions Flammarion et ayant reçu le prix Goncourt la même année.

Cinquième roman de Michel Houellebecq, paru cinq ans après La Possibilité d’une île, La Carte et le Territoire a fait partie des livres les plus attendus et commentés de la rentrée littéraire 2010.

Ce livre a obtenu le 8 novembre 2010 le prix Goncourt au premier tour de scrutin par sept voix contre deux à Apocalypse bébé de Virginie Despentes.

Le roman décrit le parcours biographique et créatif de Jed Martin, un artiste français qui rencontre Michel Houellebecq en Irlande afin de lui demander d’écrire un texte d’un catalogue d’exposition, et signe son portrait peint.

L’auteur a donc l’opportunité de se décrire lui même, d’ailleurs sous un jour parfois peu avenant.


Le roman incorpore des extraits de l’encyclopédie Wikipédia sans en mentionner la source, enfreignant ainsi les exigences de la licence Creative Commons. Flammarion, sa maison d’édition, rappelle que l’auteur utilise « souvent les notices et sites officiels comme matériau littéraire brut » et « aussi emprunte des passages de son livre à des écrits du site du ministère de l’Intérieur quand il définit la profession d’un commissaire de police ou à une notice touristique quand il décrit avec humour l’hôtel le Carpe Diem ».

Jed Martin est un artiste français, personnage de fiction, qui, d’après Michel Houellebecq, « consacra sa vie à la reproduction de représentations du monde, dans lesquelles cependant les gens ne devaient nullement vivre ».

On ne sait pas avec exactitude quand et où Jed Martin est né. Selon certaines sources, il serait né en 1979. A vrai dire, on ne sait pas grand chose de sa vie privée, à part que son père était architecte, son grand-père photographe, sa mère absente et qu’il vécut la plus grande partie de son enfance au Raincy.

L’ensemble de sa vie se confond avec sa vie professionnelle, avec l’art.

Jed Martin est représenté en France par la Galerie Franz Teller, située dans le XIIIème arrondissement à Paris.

C’est la série de « Trois cents photos de quincaillerie » qui lui valut d’être admis aux Beaux-arts de Paris. Cette série d’articles de quincaillerie photographiés de manière neutre se présente déjà comme un hommage au travail humain.

Peu après sa sortie des Beaux-arts, il commence la série de photographies des cartes « Michelin Régions » et « Michelin Départements ». Il en réalise un peu plus de huit cents. Il participe à une exposition collective – Restons Courtois – organisée par la Fondation d’entreprise Ricard où il expose une photo d’une partie de la carte Michelin de la Creuse.

Ce qui lance surtout Jed Martin, c’est sa première exposition solo La carte est plus intéressante que le territoire à la Fondation Michelin pour l’art contemporain. Les critiques sont dithyrambiques. Patrick Kéchichian décrit dans Le Monde la vision de Jed Martin comme « le point de vue d’un Dieu coparticipant, aux côtés de l’homme, à la (re)construction du monde ».

Pourtant il laisse tomber la photo juste après l’exposition et se met à la peinture. Il réalise une série de 64 tableaux, la « série des métiers » qui se partagent en 2 : 42 tableaux s’intitulent la « série des métiers simples » et 22 tableaux dénommés la « série des compositions d’entreprise ». La « série des métiers simples » prend un peu plus de 7 ans à Jed Martin, elle représente 42 professions-type, qui offrent un spectre d’analyse pour l’étude des conditions productives de la société. La « série des compositions d’entreprise », quant à elle vise à donner une image, relationnelle et dialectique, du fonctionnement de l’économie dans son ensemble, et fut réalisée en 18 mois.

Damien Hirst et Jeff Koons se partageant le marché de l’art, est la 65ème et avant dernière toile de la série des métiers. Elle est aussi la seule toile de Jed Martin représentant le métier d’artiste; et un ratage complet.

La dernière et 66ème toile, Michel Houellebecq, écrivain représente Michel Houellebecq lui-même, debout face à sa table de travail.

Source: Wikipedia

Creative Commons Licentie


Présentation de l’éditeur
Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

Feuilleter un extrait de ce livre

Publicités