La Grande Illusion

La Grande Illusion
La Grande Illusion est un film français de Jean Renoir sorti en 1937. Ce film, considéré comme un chef d’œuvre du cinéma français et du cinéma mondial, est animé par un point de vue humaniste et pacifiste, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Il défend l’idée que le nationalisme et l’antisémitisme sont une profonde erreur qui divise les peuples, et veut montrer ce qui peut séparer mais aussi réunir les hommes (principalement les classes sociales, le pays d’origine, les références culturelles). Ce film fut interdit en Allemagne par le régime nazi, et en France par les autorités d’occupation le 1er octobre 1940.

Pendant la Première Guerre mondiale, l’avion du lieutenant Maréchal et du capitaine de Boëldieu est abattu par le commandant von Rauffenstein, un aristocrate connaissant par hasard la famille du capitaine de Boëldieu. Les deux officiers français sont envoyés dans un camp en Allemagne. Là, ils retrouvent de nombreux prisonniers français, de tous grades et issus de différents milieux sociaux. Ensemble, les prisonniers organisent différentes activités, partagent leurs maigres ressources et vivent au rythme des nouvelles de l’armée française qui prend et perd successivement des positions sur le front nord, notamment lors de la bataille de Douaumont. La chambrée, outre Maréchal et Boëldieu, regroupe également le lieutenant Demolder un amoureux des lettres, le lieutenant Rosenthal, fils d’une riche famille juive dans les finances, un ingénieur du cadastre et Cartier, un sergent populaire et volubile. Ils décident de s’échapper du Lager en creusant un tunnel dans des conditions périlleuses. La veille de leur évasion, le sort veut qu’ils soient transférés dans un autre camp.

Les mois passent, et Maréchal et Boëldieu après diverses tentatives d’évasion avortées sont transférés dans un ultime camp fortifié en montagne, où ils ont la surprise de découvrir qu’il est dirigé par von Rauffenstein, maintenant infirme après une grave blessure et inapte au service actif. Ils retrouvent également, par hasard Rosenthal. Les deux officiers aristocrates se respectent et fraternisent plus ou moins, sous le regard de Maréchal l’ouvrier et de Rosenthal le fils de banquier juif, ayant en commun leur milieu et leur éducation. Poursuivant leur projet d’évasion, Maréchal et Boëldieu montent un stratagème raffiné pour s’échapper, mais un certain honneur personnel vis-à-vis à la fois de von Rauffenstein et Maréchal, pousse Boëldieu à se sacrifier pour couvrir la fuite de Maréchal et Rosenthal. L’évasion des deux compères réussit, mais Boëldieu est abattu par accident par von Rauffenstein, forcé de tirer sur celui qui était devenu son ami.

Dans leur fuite vers la Suisse au travers la campagne allemande, sous le froid, la neige et mourant de faim, Maréchal et Rosenthal sont accueillis dans une ferme allemande dont les hommes sont morts à la guerre : c’est Elsa, une jeune fermière, qui élève désormais seule sa fille et mène au mieux l’exploitation. Rosenthal et Maréchal décident de passer quelques semaines là pour reprendre des forces et attendre de meilleurs jours pour reprendre leur route. Maréchal, inévitablement, tombe amoureux d’Elsa, laquelle revit à la présence des pas d’un homme dans sa maison. Le soir de Noël, ils passent la nuit ensemble. Le jour du départ arrive, Maréchal avec Rosenthal reprend sa route vers la Suisse, tout en promettant à Elsa de revenir après la guerre, s’il vit encore. Ensemble, ils arrivent finalement en Suisse.

Le scénario initial prévoyait une séquence supplémentaire : en se séparant, Maréchal et Rosenthal se donnaient rendez-vous dans un grand restaurant parisien pour fêter la victoire. Au jour dit, les deux chaises restaient vides, sans qu’on sache s’ils avaient renoncé à continuer à fraterniser, la paix revenue, ou s’ils avaient été tués ou épargnés.

Réalisation: Jean Renoir / Acteurs principaux: Jean Gabin, Pierre Fresnay, Erich von Stroheim, Dita Parlo / Genre: Drame / Durée: 113 mn / Sortie: 9 juin 1937

Source: Wikipedia

Creative Commons Licentie