ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)

ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)
Jean- Jacques Rousseau naquit a Genève en 1712 et mourut près de Paris en 1778. Son père était horloger; il ne connut point sa mère. Ce fut un malheur. Son enfance se passa tristement, sa jeunesse manqua d’appui et de direction.

Après avoir été tour-à-tour domestique, précepteur, musicien, copiste, il finit par obtenir la place de secrétaire d’un ambassadeur à Venise. Ce qu’il y vit de la société la lui fit prendre en haine, comme l’indique son premier écrit. L’Académie de Dijon avait mis au concours la question de savoir si le progrès des lettres et des sciences avait contribué au bonheur des hommes et à la pureté des mœurs. Rousseau soutint la négative, et condamna la civilisation au nom des mœurs.

Sa thèse paradoxale fut couronnée et lui valut la célébrité. Sa plume une fois en train ne s’arrêta plus. Romancier passionné il écrivit La Nouvelle Héloïse, philosophe politique, Le Contrat Social, réformateur des méthodes d’enseignement, Émile, et auteur de mémoires, Les Confessions.

Dans toutes ses œuvres il est déclamatoire et excentrique. Son humeur chagrine et sa misanthropie augmentèrent avec l’âge, et son état confinait à la folie, lorsqu’il mourut trente-quatre jours après Voltaire à Ermenonville, dans la solitude champêtre, où il se cachait, et que lui avait ouverte la générosité de M. de Girardin.

Rousseau, sans bonnes raisons se rendit à la fois désagréable et malheureux. Mal disposé envers les hommes, il n’éprouva qu’une seule espèce de joie vive et sincère, celle que donne la contemplation des beautés de la nature. Il en a le sentiment vrai, et l’exprime souvent d’une manière éloquente.

Comme écrivain politique, comme moraliste, il est plein de paradoxes. Il y a quelque chose de séduisant dans son style, mais ce style a rarement la simplicité, la sobriété des grands écrivains.

Le livre de Rousseau qui a eu le plus de succès est Émile. C’est un traité romantique sur l’éducation. Il s’y trouve des choses admirables. Rousseau y plaide éloquemment les droits de la nature et combat des abus de toute espèce, mais un parti pris d’opposition à l’usage établi est cause qu’il y a dans ce livre autant d’utopies que de méthodes praticables.

Source: Aubert 2