Formation des mots – L’abrègement

Acronyme
Un acronyme est un sigle, formé des initiales (OTAN, ovni) ou des éléments initiaux (Benelux, radar) de plusieurs mots, éventuellement composés (sida), et se prononçant comme un mot normal et non pas lettre par lettre.

Sigle
Un sigle est un ensemble de lettres initiales qui, épelées, forment un mot servant d’abréviation.

Si un sigle peut se prononcer comme un mot ordinaire, comme UNESCO, il prend le nom d’acronyme. S’il s’épelle, comme SNCF [ɛs.ɛn.se.’ɛf], il peut s’écrire avec un point après chaque lettre. Dans l’usage courant, la tendance est à la suppression des points dans tous les sigles (PMU, CIA, FBI, etc.)

Certains sigles courants entraînent la formation de dérivés, par exemple: cégétiste (membre de la CGT), cégépien (personne poursuivant des études dans un cégep), érémiste (bénéficiaire du RMI).

Certains sigles s’écrivent comme on les prononce, et forment alors des noms communs (accordés en genre et en nombre), par exemple: une bédé, des bédés; un cédérom, des cédéroms.

ONU présente la particularité d’être à la fois un sigle et un acronyme (dérivé onusien relatif à l’ONU ou fonctionnaire de l’ONU).

En français, les sigles sont invariables et ne prennent pas la marque du pluriel (contrairement à l’usage anglophone), par exemple : des BD, des CD, des HLM. En anglais, on dira CDs.

Troncation
La troncation permet de raccourcir un item lexical. Ce procédé est très utilisé dans les argots.

Exemples:
bibliographie>biblio | bibliothèque>bibli | Florence>Flo>Floflo | Forum>fo>fofo | Directeur>dir>dirlo | Allumette>al>alouf | Nicolas Sarkozy>Sarkozy>Sarko

Dans l’ensemble, le français tend à apprécier les finales de mots tronqués en [o], l’anglais américain semble apprécier les finales en [a] (argots américains).

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Sources : Article Acronymie de Wikipédia en français (auteurs);Article Sigle de Wikipédia en français (auteurs); Article Dérivation lexicale de Wikipédia en français (auteurs)

Publicités