L’âge de la pierre

Image

L’âge de la pierre

La France était habitée anciennement par des peuplades dont l’histoire nous est inconnue et dont nous ignorons les noms. Mais on a retrouvé assez d’armes et de débris laissés par elles pour se faire une idée de la vie qu’elles menaient. On appelle ces peuplades préhistoriques, c’est-à-dire «antérieures à toute histoire».

Il y avait alors chez nous, d’une part, les animaux des pays chauds, tels que le lion, le tigre, l’éléphant, l’hippopotame, le rhinocéros ; d’autre part, les animaux des pays froids comme l’ours et le renne. Le mammouth était une sorte d’éléphant gigantesque, de 5 à 6 mètres de haut, tout couvert d’une toison rousse, avec des défenses de quatre mètres de long recourbées en arc de cercle.

Les premiers hommes erraient par groupes peu nombreux. Ils avaient pour abri les cavernes qu’ils disputaient aux bêtes : aussi les appelle-t-on troglodytes, ou habitants des cavernes. Ils avaient pour vêtements les peaux des animaux qu’ils abattaient ; pour nourriture, celle qu’ils devaient aux hasards de la chasse et de la pêche, ou celle que leur procuraient les troupeaux de rennes qu’ils avaient réussi à apprivoiser. Ils ne savaient travailler ni le fer ni aucun métal. La plupart de leurs armes et de leurs outils étaient de pierre.

L’âge de la pierre nous montre les industries naissantes. Dans quelque éclaircie de forêt, l’homme sème de l’orge, ou certains blés d’espèce inférieure. Il en fait une espèce de galette. Il continue à chasser l’aurochs, le moufflon, le sanglier ; mais il a domestiqué le chien, le cheval, le bœuf, le mouton, la chèvre et le porc.

Image

Image

Image