Roger Martin du Gard – Chronologie sommaire

1880. 23 avril.
Mariage de Paul Martin du Gard et de Madeleine Wimy.

1881. 23 mars.
Naissance de Roger Martin du Gard à Neuilly-sur-Seine, 69 boulevard Bineau, chez ses grands-parents paternels.

29 juin.
Baptême à l’église Saint-Roch.

1884. Décembre.
Naissance de son frère, Marcel.

1885.
Ses parents s’installent 69 rue Sainte-Anne.

1892. Octobre.
Il entre en cinquième à l’École Fénelon, 23 rue du Général Foy, tout en suivant les cours du Lycée Condorcet.

1894-1895.
Il collabore à un journal de classe, Le Cancan.

1896. Février-juillet.
Il est mis en pension chez Louis Mellerio qui l’initie aux lettres classiques.

Octobre.
Il entre en classe de rhétorique au Lycée Janson de Sailly.

1898. Juillet.
Il est reçu au baccalauréat de philosophie.

1898-1900.
Il prépare en Sorbonne une licence ès lettres et se lie avec Émile Faguet.

1900. Octobre.
Il est reçu au concours d’entrée de l’École des Chartes.

1901. Été.
Il écrit son premier essai, La Chrysalide.

1902. Novembre.
Ayant été refusé aux examens de fin de seconde année à l’École des Chartes, il va faire son service militaire parmi les «dispensés» de la caserne Hatry, à Rouen.

1903. Avril.
Il rédige une nouvelle en forme dialoguée, Jean Flers.

Octobre.
Il écrit La Méprise.

Automne.
Libéré de ses obligations militaires, il entre en seconde année à l’École des Chartes.

1904. Été.
Il compose Il est d’exquises fleurs.

1906. 10 février.
Il obtient le diplôme d’archiviste-paléographe.

19 février.
Il épouse Hélène Foucault et part en voyage de noces en Afrique du Nord où il commence Une Vie de saint.

Octobre.
Il s’installe 1 rue du Printemps.

1907. 22 juillet.
Naissance de sa fille, Christiane.

1908. Mai.
Il commence Devenir !, au cours d’un séjour à Barbizon.

1909. Juin.
Devenir ! paraît à compte d’auteur chez Ollendorf.

Août-octobre.
Il travaille à Marise, au Tertre.

Novembre.
Il emménage au Verger d’Augy.
Publication de L’Abbaye de Jumièges, étude archéologique des ruines.

1910. Avril.
Il commence Jean Barois.
L’Une de nous est publiée chez Grasset.

1913. Août.
Il écrit Le Testament du Père Leleu.

Novembre.
Jean Barois paraît à la N.R.F.

1914. Février.
Le Testament du Père Leleu est joué au Théâtre du Vieux Colombier.

Mars.
Il accompagne la troupe de Jacques Copeau, en tournée en Angleterre.

3 août.
Il est affecté au «Service de Transport Matériel 21».

1916. Janvier.
Cantonné à Auxi-le-Château, il met sur pied une adaptation théâtrale de La Cerisaie et des Trois soeurs de Tchekhov.

Printemps.
Il écrit In memoriam, en souvenir de Marcel Hébert.

1918. Hiver.
Il rédige ses «Souvenirs d’enfance».

31 octobre.
Mort de Pierre Margaritis.

1919. Février.
Démobilisé, il s’installe à Paris, 9 rue du Cherche-Midi. Il travaille à la réouverture du Vieux Colombier avec Copeau.

1er juillet.
Il commence à tenir son Journal.

1920. Printemps.
Il élabore le plan et la fabulation des Thibault.

Juin.
Il achète une maison à Clermont-de-l’Oise pour travailler en paix à son roman.

1922. Avril-mai.
Publication des deux premiers tomes des Thibault : Le Cahier gris et Le Pénitencier.

Juin.
Il séjourne à Porquerolles avec André Gide auquel il soumet la première version de La Gonfle.

1923. Octobre.
Publication de La Belle saison.

1924. 5 avril.
Mort de son père.

Octobre.
Il achète le château du Tertre à son beau-père, M. Foucault.

1925. 13 janvier.
Mort de sa mère.

1926.
Il s’installe définitivement au Tertre.

1928. Avril-mai.
Publication de La Consultation et de La Sorellina.

1929. Mai.
Publication de La Mort du père.

31 décembre.
Mariage de Christiane Martin du Gard et de Marcel de Coppet.

1931. 1er janvier.
A la suite d’un accident de voiture, il est hospitalisé dans une clinique, au Mans.

Avril.
Il part en convalescence à Sauveterre, chez son frère, où il écrit Un Taciturne.

Juin.
Publication de Confidence africaine.

28 octobre.
Création de Un Taciturne à la Comédie des Champs-Élysées.

1932. Janvier.
Il détruit le manuscrit de L’Appareillage.

Mai.
Il rédige Vieille France à Sauveterre.

Octobre-novembre.
Voyage à Berlin avec Gide.

1933. Février.
Il s’installe à Cassis où il entreprend de tirer un scénario de film de
La Bête humaine et commence la rédaction de L’Été 1914.

Mars.
Publication de Vieille France.

1934. 1er mars.
Il s’installe à Nice.

1936. Novembre.
Publication de L’Été 1914.

1937. Mars-mai.
Séjour à Rome.

22 octobre.
Le premier Grand prix littéraire de la ville de Paris, est attribué à L’Été 1914.

10-20 décembre.
Il se rend à Stockholm pour y recevoir le Prix Nobel.

1938. Janvier.
Voyage en Europe centrale.

1939. Mars-août.
Séjour à la Martinique et dans les Antilles.

Décembre.
Retour difficile en France.

1940. Janvier.
Publication de l’Épilogue.

Août.
Il se réinstalle à Nice.

1941. Août.
Séjour à Évian où il commence la rédaction des Souvenirs du colonel de Maumort.

1942. Été.
Séjour au Cap d’Antibes.

1944. Avril.
Victime d’une dénonciation auprès de la Gestapo, il se réfugie à Roquefort (Lot-et-Garonne.)

Décembre.
Il revient à Nice.

1945. Mai.
Il écrit La Baignade.

Automne.
Remise en état du Tertre.

1949. Printemps.
Il travaille à une traduction française du roman de Dorothy Bussy, Olivia.

28 novembre.
Mort d’Hélène Martin du Gard et interruption du Journal.

1950. Décembre.
Il écrit, en collaboration avec Pierre Herbart, un scénario de film tiré du Cahier gris et du Pénitencier.

1951. Décembre.
Publication des Notes sur André Gide.

1955. Décembre.
Publication des Œuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade.

1957. Octobre.
Dépôt à la Bibliothèque Nationale des cantines contenant le Journal et les correspondances avec Gide et Copeau.

1958. Avril.
Il signe une adresse solennelle au Président de la République pour protester contre la saisie du livre d’Henri Alleg, La Question.

22 août.
Il meurt au Tertre d’un infarctus du myocarde.

Texte et images

Roger Martin du Gard