Lamartine

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Alphonse de Lamartine est né à Mâcon. Après plusieurs années de voyages en Italie, il arriva tout d’un coup à la célébrité en faisant paraître ses premières Méditations poétiques (1820), qui opérèrent une révolution heureuse dans la poésie lyrique. Il n’a pas surpassé depuis ce premier chant, aux accents si nouveaux et si purs. D’autres œuvres également belles suivirent les Méditations: les Nouvelles Méditations (1823), les Harmonies poétiques et religieuses (1829), Jocelyn (1836). L’année précédente avait paru le Voyage en Orient, relation brillante, mais moins vraie que l’Itinéraire de Chateaubriand. La Chute d’un ange (1838) et les Recueillements poétiques (1839) sont inférieurs aux premières poésies de Lamartine. Il trouvait alors d’autres succès dans la prose et la politique. L’Histoire des Girondins (1847) n’est ni très exacte ni assez sûre pour les jugements, mais elle a de la grandeur et de l’intérêt. Pressé par ses créanciers, le poète dut passer la fin de sa vie à produire coup sur coup une foule d’œuvres hâtives, dont les principales sont les Confidences (1849-1851), Graziella (1852) et un Cours familier de littérature (1856).


Image

Lamartine

Publicités