La peinture des caractères dans la tragédie classique

Image

La peinture des caractères dans la tragédie classique

Corneille et Racine ont produit sur la scène de grands événements historiques, mais on se trompe fort quand on croit qu’ils se souciaient de faire revivre le passé dans un tableau saisissant et fidèle. Cette préoccupation était bien loin de leur esprit. Ce qu’ils se proposaient de peindre, ce n’étaient pas, comme quelques-uns ont dit, tel ou tel héros célèbre: Horace, Auguste, Œdipe, Alexandre, Andromaque, etc., ni le milieu dans lequel ces héros ont vécu; c’étaient les sentiments généraux et communs aux hommes de toute race et de toute époque: la fierté, le patriotisme et l’amour maternel, la jalousie, la haine, etc. Ces sentiments, ils les montraient en action, en les personnifiant dans des types, créés par eux. En d’autres termes, ils ne traçaient le portrait ni d’un Grec ou d’une Grecque, ni d’un Romain ou d’une Romaine, mais de l’homme et de la femme tels qu’on les retrouve dans tous les temps et dans tous les pays. Ils n’ont gardé, pour nous servir des termes de M. Lanson, du caractère local de l’action et du héros que ce qui est indispensable à la réalisation des sentiments généraux. C’est-à-dire que l’intérêt de leurs drames n’est pas dans la couleur historique, qui manque, mais dans la vérité humaine.

Corneille et Racine: comparaison.
Bien qu’ayant la même conception de la tragédie, Corneille et Racine imprimèrent chacun à leur œuvre leur marque personnelle.

Les caractères des héros de Corneille sont entiers, tout d’une pièce, surhumains, exceptionnels. Le poète peint l’homme tel qu’il pourrait et devrait être, l’homme de volonté. Le sentiment qu’il excite est l’admiration.
Ex. : Dans le Cid les principaux personnages sacrifient tout à ce qu’ils regardent comme leur devoir. Bien qu’ils confondent celui-ci avec le faux point d’honneur, on ne saurait nier que leurs inspirations et leurs tendances ne soient nobles, grandes, sublimes; entre la vertu héroïque et la bassesse, Corneille ne connaît pas de milieu.

Les caractères de Racine sont finement nuancés et plus près de la réalité, tout en restant dans les sphères de l’idéal. Le poète excelle à rendre les sentiments tendres, délicats, à peindre la passion. Il excite surtout l’attendrissement, la pitié.
Ex. : Il nous montre Andromaque cruellement torturée par l’alternative d’être infidèle au souvenir d’Hector, ou d’occasionner la mort de son enfant, Astyanax, que Pyrrhus menace de faire tuer si elle ne consent à devenir son épouse.

Le théâtre au 17e siècle

Publicités