Le roman

Image

Le roman
Dans sa conception la plus large, c’est le tableau, en prose fortement colorée, d’une action totalement ou partiellement imaginaire.

Les innombrables productions de ce genre se classent de diverses manières, suivant le point de vue auquel on les considère.

1° D’après la forme: le roman narratif; le roman-journal ou mémoire; le roman épistolaire, …

2° D’après l’école littéraire: le roman idéaliste, romantique, réaliste, naturaliste, symboliste, …

3° D’après le but poursuivi par l’auteur.

3a° Les œuvres qu’ont inspirées des préoccupations didactiques. Tels sont notamment les romans de voyage et les romans scientifiques où le récit est un cadre.

3b° Les romans d’aventures, histoires inventées dans le but d’intéresser, d’amuser, de piquer la curiosité; tissus d’incidents, d’intrigues, de complications plus ou moins vraisemblables.

3c° Le roman historique prétend faire revivre dans un tableau vivant et fidèle la civilisation et les mœurs d’une époque quelconque du passé.

3d° Le roman psychologique ou d’observation. Le roman de mœurs est la peinture d’un caractère typique ou d’une certaine classe de personnes. Le roman à clef est celui qui met en scène, sous des noms fictifs mais plus ou moins transparents, des personnages réels et connus.

3e° Le roman à thèse, où l’écrivain s’efforce de trouver des situations, des incidents, une action, qui soient de nature à faire accepter par le lecteur telle ou telle conclusion pratique. Au raisonnement abstrait, il substitue la peinture d’un cas intéressant, d’un exemple, qui non seulement pose la question, mais qui la pose de manière à suggérer la solution et les arguments sur lesquels elle s’appuie. La lecture ménage à l’esprit le plaisir de trouver quelque chose par lui-même et ne lui fait pas subir le rôle humiliant de la réceptivité passive.

Le roman

Publicités