Le Triomphe de la Mort

Peint à fresque par Orcagna, dans le cloître du Campo-Santo de Pise. Quatorzième siècle. D’après une copie appartenant à M. Ambr. Firmin-Didot.

Le Triomphe de la Mort

Cette composition célèbre, qui décore les murailles du Campo Santo de Pise, a été divisée par Orcagna en deux parties: le Songe de la Vie et le Triomphe de la Mort.

M. Paul Mantz la décrit ainsi dans les Chefs-d’œuvre de la peinture italienne: « Des gentilshommes et des châtelaines à cheval s’avancent avec leur attirail de chasse, leurs varlets, leurs pages et leurs limiers, heureux de battre les buissons. Tout à coup il se trouvent en présence d’un spectacle inattendu: trois cercueils ouverts leur montrent des cadavres hideux. L’un est réduit à l’état de squelette; les deux autres sont à demi décomposés, et déjà des vers, que le peintre a exagérés au point d’en faire des serpents, ont commencé leur horrible festin.

Ces sombres images font hésiter les promeneurs surpris. Chacun d’eux exprime à sa façon son épouvante, son dégoût ou la fermeté de son âme. Une des femmes, devenue tout à coup sérieuse, penche la tête; elle soutient son menton du revers de sa main … Si les cavaliers sont troublés à la vue des cercueils, leurs montures ne sont pas moins inquiètes: l’un des chevaux s’arrête brusquement et reste terrifié; un autre allonge le col et semble contempler les cadavres comme s’il comprenait vaguement le grand mystère.

Avec son paysage, ses costumes, son éclat joyeux, ses détails sinistres et la pénétrante impression morale qui s’en dégage, cette fresque d’Orcagna est d’un romantique farouche et exubérant; l’art italien ne nous a rien donné de plus tragique. »

Source

Art