Conte et roman de la Renaissance au 17e siècle – Premiers conteurs et romanciers

Image

Premiers conteurs et romanciers

Le succès du Décaméron en tous pays lui suscita de bonne heure des imitateurs, d’abord en Italie. Au XVe siècle, ce genre gagna la France et l’Espagne. Antoine de La Sale (1398?-1462?) s’inspira des conteurs italiens dans Le petit Jehan de Sainctré, un des premiers romans français en prose, et dans Les quinze joies de mariage, histoire d’un mari victime des humeurs et des caprices de sa femme.

Même veine railleuse et comique, non sans amertume dans le Corbacho (1438) de l’Espagnol Alfonso Martinez dit l’Archiprêtre de Talavera (1398-1470), compilation humoristique où se trouvent divers récits d’un réalisme pittoresque.

La Sale est peut-être l’auteur des Cent nouvelles nouvelles, composées en 1462 à la Cour de Philippe le Bon, en Brabant; contes bourgeois imités de Boccace, d’un réalisme assez cynique, narrés avec une simplicité nette.

Boccace avait en Italie de nouveaux imitateurs; le principal est Masuccio; ses contes, écrits vers 1465 pour la Cour de Naples, sont plus rudement satiriques et plus violents.