Conteurs italiens et français du 16e siècle

Image

Conteurs italiens et français du 16e siècle

Le plus important héritier de Boccace est Matteo Bandello (1485-1561), dont les deux cent quatorze Nouvelles (1554-1573) ont presque toutes pour fond des faits réels; la violence des passions, l’atrocité des crimes forment leurs traits dominants. Il fut très lu; en Angleterre romanciers et dramatistes, notamment Shakespeare, lui empruntèrent quantité de sujets par l’intermédiaire de ses adaptateurs français.

Parmi les nombreux recueils contemporains qui jouirent d’un succès européen, les principaux sont les Hecatommiti ou Cent contes de Giraldi Cinzio (1504-1573); les Soupers (Cene) d’Anton Francesco Grazzini, dit le Lasca (1505-1584), où l’indécence le dispute à l’atrocité; les Soirées amusantes de Giovanni Francesco Straparola (1480?-1557), qui offrent une fantaisie poétique et aimable.

L’Heptaméron (1558) de Marguerite, reine de Navarre (1492-1549), type accompli de la princesse de la Renaissance, dérive directement du Décaméron, dont il emprunte le plan. Cinq seigneurs et cinq dames, aux eaux de Cauterets, se content des histoires, soixante-douze nouvelles en tout. Comme dans Boccace, chacune est suivie d’une discussion; comme dans Bandello, les aventures racontées sont le plus souvent réelles. Marguerite l’emporte sur le maître lui-même en donnant plus d’individualité et de vie aux personnages qui racontent. Elle met dans ses histoires, parfois scabreuses, du sérieux, de la pitié, de la religion; elle y introduit l’observation des passions et l’analyse des motifs intérieurs des actes.

Bonaventure Des Périers (1500-1544), secrétaire de cette princesse, libre esprit dont les dialogues et tableaux anonymes qu’il intitulait Cymbalum mundi (Carillon du monde, 1537) avaient été condamnés au feu pour leur impiété, donna dans ses Nouvelles récréations et joyeux devis (1558-1568) plus de cent histoires courtes, élégamment narrées, où La Fontaine et bien d’autres ont puisé.

Noël du Fail (1520?-1591), dans ses Propos rustiques, ses Balivernes et surtout ses Contes d’Eutrapel (1586), offrait des éléments nouveaux: un fort goût de terroir français et rustique, et une saveur d’actualité.

Image

Image

Image