Quand de l’yver l’ennuieuse froidure

Source

Jean-Antoine de Baïf