Il a l’air de Buckingham

Image

Anne d’Autriche (1601-1666) 

Le premier amour de cette reine de France fut un Anglais, le duc de Buckingham, ministre de Grande-Bretagne. Le second fut un Italien et cardinal par surcroît, Mazarin. Elle avait bien des excuses: on l’avait mariée à treize ans à un enfant de son âge, Louis XIII, qui ne lui inspira que de l’ennui.

Quand le beau Buckingham vint en France avec sa suite de huit cents personnes, et qu’elle le vit dans son costume de velours glacé brodé de diamants, elle reçut un véritable coup de foudre. Lui reçut, de la souveraine, deux ferrets de diamants qui sont demeurés dans l’histoire et dans la littérature. Il repartit, elle persista à l’aimer et vécut misérable, humiliée, traquée par Richelieu qui trouvait dans cet amour la preuve de sa complicité avec les ennemis de l’État. Buckingham mourut assassiné sans qu’elle l’eût jamais revu.

Elle avait plus de quarante ans lorsqu’elle céda à Mazarin dont Richelieu lui avait dit: « Madame, vous l’aimerez bien, il a l’air de Buckingham. » Mazarin avait le même âge. Il prit un énorme pouvoir sur la reine devenue régente, contracta avec elle un mariage secret et mena fort bien, grâce à cet amour, les affaires de la France et les siennes jusqu’à sa mort.

Source

Naissance: 22 septembre 1601 – Valladolid (Espagne) | Décès: 20 janvier 1666 – Paris (France)


Anne d’Autriche

Le cœur a ses raisons