Le roman historique – Pologne – Danemark – Russie

Image

Le roman historique – Pologne – Danemark – Russie

En Pologne, où les regards se portaient volontiers de la servitude présente vers un passé libre et glorieux, l’exemple de Scott donna l’élan. Feliks Bernatowicz (1786-1836) obtint un très vif succès avec Pojata (1826), où revivait la Lithuanie du XVIe siècle; œuvre solidement construite et écrite avec art. Henryk Rzewuski (1791-1866) évoqua la vie des seigneurs en Lithuanie vers 1770 dans les Souvenirs de l’échanson Soplitza (1839), série de récits qui eurent beaucoup de succès, demi-pastiche, demi-roman, brillant tableau amusant par sa valeur anecdotique; son Novembre (1845) est le meilleur de toute cette première série de romans historiques polonais. Beaucoup d’autres mériteraient d’être cités; le culte du passé était la seule forme de patriotisme que pût se permettre la Pologne; on aimait à présenter avec un soin touchant les moindres reliques de ce passé.

Au Danemark, Bernhard Severin Ingemann (1789-1862), connu aussi par le cycle poétique Ahasverus et par l’épopée Ogier le Danois (1833, 1837), donna de 1824 à 1836 une série d’assez bons romans historiques inspirés de Scott et placés dans le moyen âge danois: Valdemar, Le Prince Otto, etc.

Nicolas Gogol (1809-1852) ouvrit sa belle carrière par une brillante évocation de l’Ukraine: Tarass Boulba (1834), assez court récit des combats, des exploits et des supplices d’une famille de Cosaques au XVIe siècle, est épique par la simplicité et la véhémence des passions, la beauté des descriptions et des récits; c’est un chef-d’œuvre de la prose russe.

Un examen moins sommaire de cette production extrêmement abondante inviterait à deux remarques. Dans plusieurs littératures, le roman historique a été la première forme de la fiction en prose et a frayé la voie au roman de mœurs modernes. D’autre part, beaucoup d’auteurs se servirent de ce genre pour exprimer leurs idées politiques, leurs sentiments patriotiques; ils en firent un instrument d’éducation nationale, et parfois de propagande politique.

Image

Image

Image

Image

Le roman au 19e siècle – Europe