Les guerres de religion – Montaigne

Montaigne (1533 — 1592).

Montaigne
Michel, seigneur de Montaigne, premier moraliste français, naît en Périgord et devient à 25 ans conseiller au parlement de Bordeaux. Il se démet après la Saint Barthélemy et, sauf quelques voyages en Italie et en Allemagne, vit tranquille sur ses terres, partageant son temps entre la philosophie et les belles lettres. Ses sentiments religieux presque éteints se réveillent vivement à la mort.

Ses Essais sont les mémoires d’un homme intelligent et aimable qui, sans ordre ni suite, converse doucement avec lui-même sur toutes sortes de sujets: conscience, mort, solitude, amitié, éducation, hommes célèbres, etc. Montaigne s’y montre sceptique et épicurien. Que sais-je? tel est son axiome, qui a valu à son livre quelques censures. Les Essais sont le premier ouvrage subjectif de la littérature française: Mon objet c’est moi, ce que je pense, ce que j’éprouve. Le style est naturel, imprévu, semé de détails heureux.

La Satire Ménippée (1594), écrite moitié en vers, moitié en prose, comme les ouvrages du philosophe grec Ménippe (4e s. av. J. C), est un célèbre pamphlet en faveur de Henri IV contre la Ligue. Par une fiction ingénieuse elle démasque les Guises qui, sous prétexte de religion, ne servent que leur ambition et vendent la France aux Espagnols. Cette satire est l’œuvre de 7 savants de joyeuse humeur, à la tête desquels se place Pierre le Roy, chanoine de Rouen, qui en conçut le plan.

Source: Schmidt –