Image

La préciosité
La préciosité est un phénomène européen au début du XVIIème siècle mais pas nouveau.

On en trouve des traces dans la littérature française depuis le roman courtois et les allégories du Roman de la rose et l’influence de la préciosité pétrarquiste se fait sentir chez Marot ,chez du Bellay et chez Ronsard.

Ce qui est unique pour la France, c’est qu’au XVIIème siècle, il n’y a pas seulement une poésie précieuse comme à l’étranger, mais toute une société précieuse.
La vie de cour était devenue si grossière sous Henri IV que les courtisans commençaient à s’en distancier.
Ils se sont réunis dans quelques hôtels aristocratiques où ils conversaient et se distrayaient agréablement. Ils s’occupaient de littérature, faisaient des vers et cherchaient à se distinguer par un langage raffiné, l’emploi de périphrases subtiles et les bonnes manières. Ils ont exercé une grande influence sur la langue.
Le premier et le plus célèbre de ces salons mondains était celui de la marquise de Rambouillet.

Le beau langage et les belles manières dégénéreront bientôt en préciosité ridicule. Ces précieux se distinguaient même par leur costume. Ils suivaient la mode en l’exagérant : des coiffures extravagantes, l’emploi excessif de fards et de parfums.

Boileau

Le classicisme
1. La littérature classique est psychologique : il faut peindre la nature humaine, les sentiments universels.
2. Elle donne la primauté à la raison ce qui explique l’absence de poésie lyrique.
3.On doit s’inspirer des Anciens, qui avaient une grande connaissance de la nature humaine, mais dans un esprit chrétien, même si le cadre est païen.
4. L’auteur classique doit avant tout respecter des règles, élaborées au début du siècle. Il doit observer la vraisemblance, la bienséance et la distinction des genres.
5. Les auteurs classiques ont le souci de la perfection et de la logique et s’expriment dans un style solennel, élevé en s’adressant à des esprits cultivés plutôt qu’au peuple.


Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.

Image

La Préciosité
Abraham_Bosse_Salon_de_dames
À l’intérieur du courant baroque se développe un courant qui en est la « pointe extrême »: la Préciosité. S’ils ont en commun le goût pour la recherche de style, la Préciosité se démarque du Baroque proprement dit. Elle est aussi, et d’abord, un phénomène social.

L’importance des salons
Henri IV ne marquait pas pour la vie culturelle et la vie mondaine le goût de ses prédécesseurs: sous son règne, certains nobles, amateurs de culture, prennent l’habitude de se réunir dans les salons de l’aristocratie. Ces salons sont le centre d’une vie sociale qui mêle réflexions et jeux.
Cette habitude persiste et se développe surtout à partir de 1620: les salons deviennent un lieu essentiel de la vie culturelle. Notamment la marquise de Rambouillet accueille dans son hôtel particulier tous les grands écrivains de la première moitié du siècle, comme Voiture, Corneille… Le salon de Mademoiselle de Scudéry connaît un peu plus tard un grand rayonnement, et d’autres salons s’épanouissent à la même époque, comme celui de Ninon de Lenclos, qui reçut surtout les Libertins.

La vie des salons est très animée; les divertissements y occupent une grande place: on donne des bals, on fait des plaisanteries de tous ordres – par exemple, on rétrécit pendant son sommeil les vêtements du comte de Guiche avant de lui assurer qu’il a grossi, empoisonné par des champignons! On joue beaucoup à des jeux de société, comme celui du corbillon: il consiste à répondre à la question: « Que met-on dans mon corbillon?» en nommant par un mot terminé par –on une caractéristique d’une personne dont les assistants doivent deviner le nom … Mais les activités et les conversations tournent surtout autour de questions psychologiques et littéraires.

La littérature
Les activités intellectuelles à proprement parler occupent largement les salons; certains thèmes sont privilégiés, exprimés dans des genres littéraires spécifiques, et dans une langue très travaillée. La littérature précieuse a les mêmes caractéristiques.

Le thème de prédilection est l’amour et il est au cœur des conversations comme de la littérature, par exemple dans des romans comme L’Astrée. L’amour tel que le considère la Préciosité a des règles, des codes particuliers.

L’amour précieux est d’abord dégagé de tout ce qui est physique: si la femme aimée provoque un éblouissement par son éclat – c’est le thème de « La Belle Matineuse »– c’est surtout un amour purement spirituel. De fait, plutôt que de ressentir l’amour, on préfère analyser l’idée de l’amour; on en étudie les nuances, les démarches, les détours, sur la « Carte du Tendre », parue dans un roman de Mademoiselle de Scudéry: les précieux sont déjà des psychologues.

L’amour précieux privilégie la femme, conçue comme un objet inaccessible et parfait, ainsi que le faisait déjà l’amour courtois. Cette conception est peut- être liée au désir des femmes de se dérober à des mœurs qui les asserviraient aux hommes dans le mariage: de cette idée de libération naît alors une forme de féminisme, qui refuse le mariage et réclame l’accès des filles à la culture. Les Femmes savantes de Molière en constituent un écho.

Cet amour s’exprime dans des genres différents. La fiction romanesque y a une grande place. La poésie y est abondamment représentée, dans des textes brefs- sonnets, rondeaux, madrigaux légers et galants, faciles à lire dans un salon. C’est dans cette littérature, comme dans les salons, que se manifestent les recherches sur la langue.

La langue
Le précieux veut se démarquer du vulgaire, dans son langage comme dans ses manières; il cherche à se distinguer par le vocabulaire comme par le style de vie, ce goût de l’affectation se développe également en raison de diverses influences étrangères, anglaise, espagnole, italienne; ainsi, le gongorisme espagnol privilégie les métaphores.

Le goût du vocabulaire recherché conduit à rejeter des mots jugés vulgaires comme vomir et à en créer d’autres, par exemple incontestable, ainsi qu’à s’exprimer en termes très précis. Les figures de styles sont abondantes: la Préciosité, qui aime les images, utilise beaucoup les périphrases, métaphores et comparaisons. Le goût pour l’originalité se traduit par l’alliance de termes concrets et abstraits; il conduit parfois à l’exagération et utilise alors l’hyperbole.

Si la Préciosité est souvent mal jugée par les contemporains, en raison de ses excès, il n’en est pas moins vrai qu’elle est révélatrice d’une recherche de raffinement, de culture, de précision.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Préciosité de Maïeuta en français (auteurs)

Image

Image

Image


Publicités