charles_perrault_by_gerard_edelinck

Image


Charles Perrault
Charles Perrault naît le 12 janvier 1628. Il a un jumeau, François, qui meurt six mois plus tard.
Il est issu d’une famille de la bourgeoisie parlementaire, ce qui lui vaut de recevoir une solide éducation. Il se destine à la profession d’avocat, tout en poursuivant sa formation littéraire.

En 1648, alors que la Fronde éclate, Charles et sa famille prennent position contre Mazarin, cardinal et premier ministre du royaume de France.

En 1651, il est reçu avocat. Il ne plaidera que deux fois. Son père, Pierre Perrault, meurt l’année suivante, alors que les frondes s’achèvent.

En 1654, Charles devient le commis de son frère Pierre, receveur général des Finances à Paris. Il découvre la poésie précieuse.

De 1658 à 1661, il écrit plusieurs poèmes à la manière précieuse. Il participe aux intrigues menées contre Fouquet, ministre en disgrâce.

En 1663, alors que Colbert est ministre des Finances, Perrault est récompensé de ses services en devenant commis et secrétaire de Colbert. Il entre au conseil des Bâtiments et à la Petite Académie.

Il obtient une pension et contiue d’écrire des poèmes au service du pouvoir royal.
Le 23 novembre 1671, il est élu à l’Académie française, où il propose des réformes, notamment concernant l’orthographe. Il accélère le travail du dictionnaire.

En 1672, il obtient la charge créée pour lui de « contrôleur des Bâtiments de sa majesté », ce qui lui vaut une forte pension. Il épouse la même année Marie Guichon, âgée de dix-huit ans alors qu’il en a quarante-quatre.

A partir de 1673, il s’oppose de plus en plus fortement à Boileau et à Racine.

En 1678, sa femme meurt. Il reste seul à élever leur quatre enfants, dont trois fils, alors qu’il perd peu à peu de son influence. Il se brouille avec Colbert en 1681.

En 1683, il n’exerce plus aucune fonction officielle et perd ses pensions. Il n’a plus le crédit du roi.
Cependant, il exerce toujours à l’Académie,où il relance la vieille querelle des Anciens et des Modernes en prenant parti pour ces derniers. Il écrit beaucoup les années suivantes, se disputant toujours plus gravement avec Boileau, partisan des Anciens.

La querelle s’achève finalement en 1694 : Perrault s’incline devant le jugement d’Arnauld, choisi comme arbitre, et qui tranche en faveur de Boileau. Il publie quelques premiers contes, dont Peau d’Âne.

En 1695 paraissent une série de Contes en prose, qu’il ne signe pas, puis de Contes en vers. Les contes sont à la mode dans les salons.
L’année qui suit voit la publication de La Belle au bois dormant, mais aussi de ses Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle.

En 1697, Perrault complète ses contes avec Riquet à la Houppe, Cendrillon, et Le petit Poucet. En avril, son fils Pierre est accusé de meurtre à la suite d’un duel. Charles Perrault évite difficilement la saisie de ses biens. Il éloigne son fils.

En mars 1700, Pierre Perrault Darmancour meurt aux armées, ce qui ternit les dernières années de son père. Charles Perrault meurt le 15 ou 16 mai 1703, après avoir retrouvé la faveur du roi.

Biographie rédigée par Plume et publiée sous Licence de documentation libre (GFDL 1.2)
http://www.inlibroveritas.net/auteur350.html