Le romantisme
Le XVIIIème siècle a été appelé le siècle philosophique, le siècle de l’Encyclopédie: les écrivains se sont intéressés à la philosophie et à la politique.

Le XIXème siècle par contre est difficile à résumer en un mot et est caractérisé par une grande richesse et une grande diversité.

Le siècle est traversé par trois grands courants littéraires qui se sont succédé mais auxquels on ne peut pas assigner des dates précises.

Les trois écoles littéraires avec leur conception de l’art typique, s’entremêlent et il y a de nombreux échanges.

Ces trois tendances sont : le romantisme, le réalisme et le naturalisme, et le symbolisme.

Le romantisme (1800-1850)

Préparé par le lyrisme personnel de Chateaubriand et les romans personnels de J.-J. Rousseau, le romantisme s’oppose à la raison classique, la sensibilité et l’imagination.

Le romantisme développe le culte du moi : un moi souffrant, atteint du mal du siècle et qui éprouve un sentiment de solitude morale.

Le romantisme tente de se libérer des règles strictes du classicisme et poursuit une libération de l’art. Les poètes romantiques quittent l’alexandrin et tentent de varier les rythmes, de recourir à des images neuves et d’employer des mots évocateurs. Les genres sont mélangés : la poésie choisit ses rythmes et on crée la prose poétique. Le drame mélange tragédie et comédie et on renonce à la règle des trois unités. Le roman devient social et historique.

Le romantisme traite de préférence certains thèmes littéraires:

  • le passé national se substitue au culte des Anciens
  • ils cherchent leur inspiration dans la Bible et le moyen âge chrétien : le merveilleux chrétien remplace le merveilleux païen et le sentiment religieux s’épanouit.
  • la nature extérieure est un reflet fidèle de leur état d’âme
  • les romantiques emploient de préférence certains ornements : les ruines, la lune, la couleur locale etc.

Au contraire du classicisme, le romantisme ne se fait plus influencer par les Grecs et les Latins mais par les littératures étrangères (p. ex. Goethe, Shakespeare, Calderon).

Les quatre grands poètes de l’école romantique sont : Lamartine, Alfred de Vigny, Victor Hugo et Alfred de Musset.

Du théâtre romantique, il ne reste que quelques drames de Victor Hugo et d’Alfred de Musset.

Le roman romantique est historique chez Vigny et Hugo; psychologique et réaliste chez Stendhal et Balzac; social et idéaliste chez G. Sand.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.

Louis XVIII 03
Image

Louis XVIII 04
Image