Victor Hugo


Victor Hugo


Victor Hugo
Victor Hugo

Après une jeunesse assez vagabonde -des voyages en Italie et en Espagne- Hugo rentre à Paris où il se prépare à l’Ecole polytechnique. Mais déjà à 14 ans il écrit : ‘Je veux être Chateaubriand ou rien.’

Son premier poème couronné par l’Académie française date de 1817 et à partir de ce moment il se consacre complètement à sa vocation littéraire.

De 1819 à 1821, il collabore à un journal romantique, Le Conservateur littéraire où il apprend des tâches littéraires très variées.

En 1822 paraît son premier recueil de poèmes : Les Odes. Hugo a connu la gloire littéraire dès ses débuts mais c’est avec la Préface de Cromwell, un drame, qu’il se profile comme le chef de l’école romantique.

Aussi au théâtre, Hugo connaît de nombreux succès avec Les Orientales et Hernani.

Son roman, Notre-Dame de Paris, exploite le goût qu’avaient ses contemporains pour le Moyen Age et rencontre beaucoup de succès.

Détourné de la littérature par la mort de sa fille aînée, il tente une carrière politique, l’aboutissement normal de la mission du poète. A cause de ses idées politiques qui se rapprochent de plus en plus de la gauche, il doit s’exiler en 1851 et ceci jusqu’en 1870. C’est pendant ces 19 ans, passés en Suisse, en Belgique, à Jersey, à Guernesey, qu’il écrit ses chefs-d’oeuvre : Les Contemplations et Les Misérables, un roman en dix volumes.

Jusqu’à sa mort en 1885, son activité littéraire est restée très intense et très variée. Hugo a dominé tout le XIXème siècle tant par la durée de sa vie que par la diversité de son oeuvre.

Oeuvres
Odes (1822)
Notre-Dame de Paris (1831)
Cromwell (1827)
Les Contemplations (1856)
Hernani (1830)
La Légende des Siècles (1859-1883)
Les feuilles d’Automne (1831)
Les Misérables (1862)

Son intérêt
Jusque dans ses oeuvres en prose, Hugo est avant tout poète et sa poésie est essentiellement lyrique et épique.
Hugo a abordé tous les grands thèmes lyriques : l’amour, la mort, le destin de l’homme, la patrie, la liberté etc.
Il est aussi le plus grand poète épique de la littérature française avec La Légende des Siècles et Les Misérables.
Le plus grand don de Hugo est son imagination : il voyait ce qu’il imaginait avec autant d’intensité que les objets réels.
Son style est varié. Pour ses poèmes il emploie le plus souvent l’alexandrin mais il en tire le maximum des effets en jouant sur la césure, les accents et les enjambements ou en l’alternant à l’hexasyllabe ou à l’octosyllabe. Son vers est musical et rythmé sur la pensée qu’il exprime. Son vocabulaire est riche et très précis.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.


Victor Hugo a été comme son célèbre roman « les misérables » : unique. « Ce qui frappe justement dans cet amoncellement de misères si hardiment exposées, c’est l’impartialité qui domine, la sérénité qui y règne, la puissante intelligence qui les observe et qui sait au besoin, absoudre la cause de l’effet. »  Paul de Saint-Victor, La Presse, 1862.

Victor Hugo est né à Besançon le 26 février 1802, son père général Napoléonien l’emmène souvent lors de ses campagnes en Italie, Espagne. Il fait ses études dans ce dernier pays et parle couramment l’espagnol. Victor Hugo a 2 frères, « Abel et Eugène » et tous vivent au milieu de parents qui se déchirent, Il vit ensuite avec sa mère, séparée de son mari, à Paris dans le quartier du « Val de grâce » dans un couvent les « Feuillantines ». Sa mère est très cultivée et le laisse grandir avec une totale liberté. Il poursuit ses études au lycée « Louis-le-Grand ». Victor Hugo est autodidacte, à 15 ans il prépare polytechnique tout en participant à des concours de poésies. Il est lauréat du Concours de poésie de « l’Académie Française ». En 1819, il gagne le lys d’or de l’Académie de « Jeux Floraux » de Toulouse et est présenté à Chateaubriand qui dit être en présence d’un « enfant sublime ». Il publie son premier recueil de poésies : « Odes sur la mort du Duc de Berry » (1822) qui lui permettra d’obtenir une aide financière de Louis 18. Victor Hugo donnera toujours une vision idyllique de son enfance pour oublier les scènes terribles entre son père et sa mère.

Victor Hugo se marie avec « Adèle Foucher » en 1822 à l’église « Saint- Sulpice ». En 1823 il publie un premier roman, noir et fantastique « Han d’Islande ». Il a 4 enfants : Léopoldine (1824) il lui donne le surnom de « Didine » Charles (1826) François-Victor (1828) Adèle (1830). Victor Hugo écrit en marchant, il se réveille la nuit pour retranscrire ses idées. Quand la Révolution de Juillet 1830 éclate, il est plutôt propice à Louis-Philippe, roi des Français. 1831 il publie son roman « Notre-Dame de Paris », de la poésie, « les Feuilles d’automne », des pièces dramatiques, « Marion de Lorme » : censurée à cause de certaines critiques sur la royauté. 1832 « le Roi s’amuse » : censurée aussi. 1833 « Marie Tudor ». 1833 Victor Hugo devient l’amant de l’actrice « Juliette Drouet ». 1834 un roman « Claude Gueux ». 1835 « les Chants du Crépuscule ». 1837 « les Voix intérieures », un chef d’oeuvre romantique. 1838 « Ruy Blas ».

En 1839, il voyage en Alsace, en Suisse puis en Provence. 1840 dans la vallée du Rhin, il écrit « Le Rhin », « Lettres à un ami » où transparaît son idéal européen. Le 7 janvier 1841, Victor Hugo est admis à l’Académie Française. 1843 sa fille adorée Léopoldine, se noie avec son mari dans la Seine à « Villequier », près du Havre. C’est un choc terrible dont il ne se remettra jamais. 1845 il est nommé « Pair de France » par le Roi, Victor Hugo commence paraellèlement l’écriture des « Misérables » qui ne sera publié qu’en 1862. 1852 le poète est officiellement expulsé de France à cause de soutien à  « Louis-Napoléon Bonaparte ». Victor Hugo vit à Bruxelle avec sa famille puis dans l’île de Jersey en 1852. L’exil permet à son génie littéraire de se développer. Il écrit debout face à la mer, dans « cette solitude splendide ». 1861, Il quitte son île pour un voyage en Belgique. 1863 fait un essai sur « William Shakespeare ». Son épouse Adèle décède le 27 août 1868. Victor Hugo rentre à Paris en 1870 lors de la défaite de Napoléon III à Sedan.

En 1871 il est député de Paris à l’Assemblée Nationale qui siège alors à Bordeaux. Victor Hugo démissionne en mars, après une prise d’opinion. Le 13 mars 1871, son fils Charles meurt frappé d’apoplexie laissant deux enfants Georges et Jeanne qui trouveront un réconfort auprès de leur grand-père. 1872, sa seconde fille Adèle est internée à l’asile. 1873 son second fils François-Victor est atteint de pneumonie et meurt à son tour. 1876, il est élu sénateur, Victor Hugo continue à écire. 1876 des poèmes : « l’Année terrible ». 1877 « l’Art d’être grand-père ». 1881 « la fin de Satan ». 1883, mort de « Juliette Drouet » sa maîtresse.  Victor Hugo meurt d’une congestion pulmonaire à Paris le 22 mai 1885. Ce grand écrivain a connu la gloire populaire et la reconnaissance incontestée de ses pairs.

Source : http://www.jesuismort.com

Biographie rédigée par Harold Lloyd et publiée sous Licence Art Libre (LAL 1.3)http://www.inlibroveritas.net/auteur62.html



Chaque année Victor Hugo effectuait un pélerinage à pied du Havre au cimetière de Villequier, pour y visiter la tombe de sa fille. Le poème a été écrit le 3 septembre 1847.

Demain, dès l’aube…

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleurLes Contemplations, Livre IV, « Pauca me ae », XIV, 1856.

« Demain, dès l’aube » en bande dessinée. (à voir!!)

Sur une barricade.

Sur une barricade, au milieu des pavés
Souillés d’un sang coupable et d’un sang pur lavés,
Un enfant de douze ans est pris avec des hommes.
– Es-tu de ceux-là, toi ? – L’enfant dit : Nous en sommes.
– C’est bon, dit l’officier, on va te fusiller.
Attends ton tour. – L’enfant voit des éclairs briller,
Et tous ses compagnons tomber sous la muraille.
Il dit à l’officier : Permettez-vous que j’aille
Rapporter cette montre à ma mère chez nous ?
– Tu veux t’enfuir ? – Je vais revenir. – Ces voyous
Ont peur ! Où loges-tu ? – Là, près de la fontaine.
Et je vais revenir, monsieur le capitaine.
– Va-t’en, drôle ! – L’enfant s’en va. – Piège grossier !
Et les soldats riaient avec leur officier,
Et les mourants mêlaient à ce rire leur râle ;
Mais le rire cessa, car soudain l’enfant pâle,
Brusquement reparu, fier comme Viala,
Vint s’adosser au mur et leur dit : Me voilà.
La mort stupide eut honte, et l’officier fit grâce.

Enfant, je ne sais point, dans l’ouragan qui passe
Et confond tout, le bien, le mal, héros, bandits,
Ce qui dans ce combat te poussait, mais je dis
Que ton âme ignorante est une âme sublime.

L’année terrible.

Bien que Hugo ne se soit pas senti de sympathies particulières pour les Communards, le poète reconnaît l’héroïsme de quelques-uns des partisans de la Révolution, notamment le tranquille courage de cet enfant pris sur les barricades. En outre, Viala, que Hugo nomme à la fin de la première strophe, mourut en 1793, à l’âge de treize ans, en défendant la France contre les royalistes.

http://www.poetes.com/hugo/barricade.htm

Voulez-vous écouter ce poème? Cliquez ici!


victor-hugo-02

Image

TV-Livre – Victor Hugo

TVlivre – online boekenprogramma op bartvanloo.info. Deze aflevering: over de poëzie van Victor Hugo, meer in het bijzonder « Demain dès l’aube ».