Delphine de Nucingen entre Eugène de Rastignac et son père, le vieux Goriot
Delphine de Nucingen entre Eugène de Rastignac et son père, le vieux Goriot


Contenu

Le roman se situe à Paris en 1819 dans la pension Vauquer.

Balzac donne d’abord une description du quartier et de la maison, extérieur et intérieur. C’est important car Balzac croit à une harmonie entre les lieux et les habitants. L’atmosphère triste et nauséabonde est la base des drames qui vont se jouer au cours du roman.

Après la description du cadre, l’auteur nous présente les acteurs du roman. Il esquisse les personnages principaux :

Mme Vauquer, la propriétaire de la pension, et les sept pensionnaires -les plus riches habitent le premier étage, ceux qui ont moins d’argent le deuxième et les plus pauvres habitent au troisième- et une quinzaine d’habitants qui prennent seulement le dîner.

Victorine Taillefer est une jeune fille douce et sympathique.

Eugène de Rastignac est un étudiant pauvre.

Bianchon, un étudiant en médecine.

Vautrin, un homme de quarante ans (c’est un des piliers de la Comédie Humaine).

Le Père Goriot, un vieillard de 69 ans, assez riche au début du roman mais qui se voit condamné au troisième étage vers la fin.

Anastasie et Delphine, les deux filles du père Goriot qui ont besoin de beaucoup d’argent pour toutes leurs folies.

Extrait

Vers la fin de la troisième année, le père Goriot réduisit encore ses dépenses, en montant au troisième étage et en se mettant à quatre-cinq francs de pension par mois. Il se passa de tabac, congédia son perruquier et ne mit plus de poudre. Quand le père Goriot parut pour la première fois sans être poudré, son hôtesse laissa échapper une exclamation de surprise en apercevant la couleur de ses cheveux : ils étaient d’un gris sale et verdâtre. Sa physionomie que des chagrins secrets avaient insensiblement rendue plus triste de jour en jour, semblait la plus désolée de toutes celles qui garnissaient la table… Quand son trousseau fut usé, il acheta du calicot à quatorze sous pour remplacer son beau linge. Ses diamants, sa tabatière d’or, sa chaîne, ses bijoux disparurent un à un. Il avait quitté l’habit bleu barbeau, tout son costume cossu, pour porter, été comme hiver, une redingote de drap marron grossier, un gilet en poil de chèvre et un pantalon gris en cuir de laine. Il devint progressivement maigre; ses mollets tombèrent; sa figure, bouffie par le contentement d’un bonheur bourgeois, se rida démesurément; son front se plissa, sa mâchoire se dessina. Durant la quatrième année de son établissement rue Neuve-Sainte-Geneviève, il ne se ressemblait plus. Le bon vermicelier de soixante-deux ans qui ne paraissait pas en avoir quarante, le bourgeois gros et gras, frais de bêtise, dont la tenue égrillarde réjouissait les passants, qui avait quelque chose de jeune dans le sourire, semblait être un septuagénaire hébété, vacillant, blafard. Ses yeux bleus si vivaces prirent des teintes ternes et gris de fer; ils avaient pâli, ne larmoyaient plus, et leur bordure rouge semblait pleurer du sang. Aux uns il faisait horreur; aux autres il faisait pitié. De jeunes étudiants en médecine, ayant remarqué l’abaissement de sa lèvre inférieure et mesuré le sommet de son angle facial, le déclarèrent atteint de crétinisme, après l’avoir longtemps houspillé’ sans en rien tirer. Un soir, après le dîner, Mme Vauquer lui ayant dit en manière de raillerie : “Eh bien, elles ne viennent donc plus vous voir, vos filles ?” en mettant en doute sa paternité, le père Goriot tressaillit comme si son hôtesse l’eût piqué avec un fer.

“Elles viennent quelquefois, répondit-il d’une voix émue.

-Ah ! Ah ! vous les voyez encore quelquefois ? s’écrièrent les étudiants. Bravo, père Goriot!”

Mais le vieillard n’étendit pas les plaisanteries que sa réponse lui attirait : il était retombé dans un état méditatif que ceux qui l’observaient superficiellement prenaient pour un engourdissement sénile dû à son défaut d’intelligence.

Vocabulaire

45 francs : au premier étage, on paie 1200 francs par an, au deuxième c’est 900 francs
calicot : tissu de coton à bon marché.

1. Faites le portrait physique du père Goriot.
2. Pourquoi est-ce un portrait intéressant ?


Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.


Le Père Goriot (Vader Goriot) is een roman van Honoré de Balzac, geschreven in 1834, waarvan de publicatie begint in de Revue de Paris en welke verschijnt in 1835 in de boekhandel.

Balzac is een van de grootste Franse schrijvers en meester van de realistische roman. Het algehele oeuvre van Balzac heet La Comédie Humaine (De Menselijke Komedie), een illustratie van de Franse samenleving van zijn tijd.

Binnen La Comédie Humaine maakt Le Père Goriot deel uit van de Études de Moeurs (Studie van Zeden). Binnen die categorie valt het boek binnen de Scènes de la Vie privée (Scènes van het privéleven).

Le Père Goriot is de basis van hetgeen een titanenwerk wordt: La Comédie humaine, een literaire constructie uniek in zijn genre, met verbanden tussen de verschillende volumes.

Le Père Goriot werd in 2002 opgenomen in de lijst van 100 beste boeken uit de wereldliteratuur, samengesteld op initiatief van de gezamenlijke Noorse boekenclubs en de Zweedse Academie.

Bron: Wikipedia.
Creative Commons Licentie
Dit werk is gelicenseerd onder een Creative Commons Naamsvermelding-GelijkDelen 3.0 Unported licentie

Le Père Goriot en pdf (Bibliothèque électronique du Québec)

Le Père Goriot – recherche Google

Honoré de Balzac: le père Goriot (version intégrale) le père Goriot (version intégrale)
Honoré de Balzac
Source : Audiocite.net

la progressive dégradation financière,morale et physique d’un ancien commerçant et l’entrée progressive dans le monde parisend’un jeune aristocrate provincial, sous l’oeil intéressé d’un ancien forçat.

Lu par Jean-Paul Alexis Durée: 10h00min Fichier: mp3 de 268 Mo

Voir la fiche… (extrait,téléchargement,lien edk) Creative Commons License

 

Honoré de Balzac: le père Goriot (version courte) le père Goriot (version courte)
Honoré de Balzac
Source : Audiocite.net

la progressive dégradation financière,morale et physique d’un ancien commerçant et l’entrée progressive dans le monde parisend’un jeune aristocrate provincial, sous l’oeil intéressé d’un ancien forçat.

Lu par Jean-Paul Alexis Durée: 1h07min Fichier: mp3 de 231 Mo

Voir la fiche… (extrait,téléchargement,lien edk) Creative Commons License

Publicités