La poésie réaliste ou parnassienne
La poésie réaliste est une poésie intellectuelle et scientifique qui observe et reproduit la nature aussi bien extérieure qu’intérieure.

Les réalistes vont à la recherche du vers parfait et ont un grand souci de la forme (Leconte de Lisle et le Parnasse).

Sous l’influence du réalisme, paraît en poésie l’école parnassienne qui doit son nom à l’éditeur Lemerre.

En 1866, il fait paraître un recueil intitulé Le Parnasse contemporain qui contenait des vers de 37 poètes qui ont bientôt reçu le nom de Parnassiens.

L’école parnassienne est, comme le réalisme, une réaction contre le culte du Moi des romantiques et restaure le culte de la forme.

Le groupe des poètes parnassiens se constitue entre 1860 et 1866. Ils réagissent contre le sentimentalisme du romantisme et suivent la doctrine de Théophile Gautier. Ils choisissent Leconte de Lisle comme leur maître.

Ce groupe n’a jamais formé une vraie école. Ce n’était qu’un groupe de poètes qui poursuivaient le même idéal : le culte de la perfection formelle.

L’initiateur du mouvement est Théophile Gautier ( 1811 – 1872), l’animateur du mouvement de l’art pour l’art.

D’après lui, l’art est désintéressé, ne sert à rien et prévaut sur la morale. Il a dit lui-même : “Il n’y a vraiment de beau que ce qui ne peut servir à rien, tout ce qui est utile est laid”.

L’écrivain n’a qu’à s’occuper de la beauté.

Pour atteindre la beauté, l’artiste doit travailler la forme, il faut bannir tout ce qui est facile : adopter des mètres difficiles, soigner la rime, veiller aux sonorités etc.

Le risque de cette formule peut être une poésie froide, pleine d’astuces esthétiques mais sans sentiments.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.