François Coppée (dessin de Cappiello)

Francis Joachim Édouard Coppée, dit François, naît à Paris le 12 janvier 1842.
Après une enfance sans histoire, il mène une carrière de petit fonctionnaire, employé de bureau au ministère de la guerre. Ami de Verlaine, il obtint un certain succès en tant que poète de l’école parnassienne.
Il publie un premier recueil, Le Reliquaire, en 1865.
Il fait jouer en 1869 sa première pièce, Le Passant. C’est un succès, qui l’amène à faire d’autres pièces. Il publie des recueils de vers, Les Humbles en 1872, Le Cahier rouge en 1873, Promenades et Intérieurs en 1875. Il s’est alors détourné de l’influence parnassienne pour se consacrer à une poésie du quotidien. Ses poèmes lui valurent d’être pastiché, notamment par Rimbaud, Verlaine et Corbière.
En 1878, il devient archiviste de la Comédie Française.
En 1884, il est élu à l’Académie française.
En 1888, il est fait officier de la Légion d’Honneur.
En 1895, il fait jouer sa dernière pièce, Pour la couronne, qui fut traduite en anglais.
En 1898, après une longue maladie, il fait paraître La Bonne Souffrance, qui marque son retour à la foi catholique. Il est ensuite anti-dreyfusard, participant même à la fondation de la Ligue de la Patrie Française.
Il meurt le 23 mai 1908.

Biographie rédigée par Plume et publiée sous Licence de documentation libre (GFDL 1.2)
Source: In Libro Veritas.