Il y a eu vers 1890 en France, une réaction contre le naturalisme à qui on reproche sa conception trop matérialiste du monde, sa peinture de la laideur et son esthétique qui n’a pas d’yeux pour ce qui est beau.

Paul Bourget

Un romancier et essayiste de cette période est Paul BOURGET (1852 1935), qui excelle dans l’analyse psychologique, la description des états d’âme et la présentation des crises intérieures. Il a pratiqué le roman à thèse, Le Disciple (1889), et il s’est fait le défenseur de la tradition. Il entre à l’Académie Française en 1894.

Anatole France

Il y a également Anatole FRANCE (1844-1924), pseudonyme de François Anatole Thibault, qui est l’auteur de romans d’analyse. Il est un des représentants du dilettantisme, mouvement littéraire en France de 1860 à 1914, qui se caractérise par l’amour du beau, le scepticisme, l’ironie et le culte du style. Outre ses romans, M. Bergeret à Paris (1901), Anatole France a encore écrit des critiques littéraires et des livres historiques. Il entre à l’Académie Française en 1896 et a obtenu le Prix Nobel en 1921.

Les romanciers du XXème siècle avaient l’intention de libérer la littérature de ses limites traditionnelles pour arriver à une vision totale du monde.

Romain Rolland

Le novateur dans ce domaine est Romain ROLLAND (1866-1944) qui inaugure le genre du roman-fleuve.

De 1903 à 1912 paraît son chef d’oeuvre, Jean Christophe, roman en dix volumes qui a obtenu le Grand Prix de l’Académie Française en 1913. Le roman est l’histoire de vie d’un musicien allemand qui, par ses traits physiques, fait penser à Beethoven. Le style de Rolland est parfois monotone et simple mais aussi lyrique et sentimental.

Jules RENARD (1864-1910) est un auteur impressionniste qui choisit ses sujets dans la vie réelle et qui s’intéresse plus à l’individu qu’à l’humain en général. Ses oeuvres mélangent le tragique et le comique, la tendresse et le pessimisme. C’est à son originalité qu’il doit son influence posthume. Il nous a laissé Poil de Carotte (1894), un roman sous forme d’épisodes qui raconte la vie triste d’un petit garçon appelé ainsi à cause de la couleur de ses cheveux.

Alain-Fournier

ALAIN FOURNIER (1886-1914), pseudonyme de Henri Fournier, n’a laissé qu’un seul chef d’oeuvre : Le Grand Meaulnes (1913). C’est le récit d’Augustin, interne au collège de Sainte Agathe. C’est un roman poétique, individualiste et en partie autobiographique qui met les personnages dans un climat de féerie et de mélancolie. C’est le type du roman symboliste au style sobre et fluide.


Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.



Publicités