emile-verhaeren-1855-1916

Image

Émile Verhaeren

Pâques

Au bord du toit, près des lucarnes,
On a repeint les pigeonniers,
Et les couleurs vives vacarment
Depuis les seuils jusqu’aux greniers.

Et c’est le vert, le brun, le rouge,
Sur les pignons, au bord de l’eau,
Et tout cela se mire et bouge
Dans la Lys, la Durme ou l’Escaut.

On bouleverse les cuisines :
Des mains rudes, de larges bras
Frottent les antiques bassines,
L’écuelle usée et le pot gras.

Sur les linges, les draps, les taies,
Qu’on sèche à l’air vierge et vermeil,
Pleuvent, partout, le long des haies,
Les ors mobiles du soleil.

Là-bas, au fond des cours, s’allument
Faux et râteaux, coutres et socs.
Comme de hauts bouquets de plumes
Sur les fumiers luisent les coqs.

Pâques descend sur le village :
Tout est lavé, même l’égout;
Et l’on suspend l’oiseau en cage,
Près de la porte, à l’ancien clou.

Un matin

Dès le matin, par mes grand’routes coutumières
Qui traversent champs et vergers,
Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.

Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
C’est fête et joie en ma poitrine ;
Que m’importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit sous mes talons poudreux ;

Je marche avec l’orgueil d’aimer l’air et la terre,
D’être immense et d’être fou
Et de mêler le monde et tout
A cet enivrement de vie élémentaire.

Oh ! les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
Je m’enfouis dans l’herbe sombre
Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.

Les bras fluides et doux des rivières m’accueillent ;
Je me repose et je repars,
Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.

Il me semble jusqu’à ce jour n’avoir vécu
Que pour mourir et non pour vivre :
Oh ! quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !

Dites, est-il vrai qu’hier il existât des choses,
Et que des yeux quotidiens
Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s’exalter les roses !

Pour la première fois, je vois les vents vermeils
Briller dans la mer des branchages,
Mon âme humaine n’a point d’âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.

J’aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
Et mes cheveux amples et blonds
Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l’espace entier pour en gonfler ma force.

Oh ! ces marches à travers bois, plaines, fossés,
Où l’être chante et pleure et crie
Et se dépense avec furie
Et s’enivre de soi ainsi qu’un insensé !

  • Printemps

    Printemps

    Le soleil règne et les molles nuées
    Montent en troupeaux blancs
    Du côté du Levant ;
    Les herbes remuées
    Au vent
    Luisent, comme des ailes.

    L’air est si pur et la clarté si belle
    Et l’âpre hiver est si dûment parti
    Que les bêtes et que les hôtes
    Des maisons basses de la côte
    En ont fini
    D’avoir la peur de l’infini.

    Même, bien qu’ils grognent toujours,
    Les vieux les plus mornes espèrent.
    Ils sont passés, les mauvais jours
    Que rythme, à sons de cloche ou de tambour,
    Autour du monde, la misère.
    Ils sont passés, les temps
    Quand il fallait vendre ses nippes
    Et qu’il manquait le peu d’argent
    Dont ont besoin les pauvres gens
    Pour boire un coup et pour bourrer leur pipe.

    Mais aujourd’hui, la dune est claire et l’herbe y croît ;
    Les humbles fleurs poussent par kyrielles ;
    Le ciel est traversé de zig-zags d’hirondelles
    Et, dans les clos qui verdissent, les toits
    Rouges brillent, de la gouttière au faîte,
    Lavés et balayés qu’ils sont depuis cinq mois,
    Par les eaux de la pluie et le vent des tempêtes.

    Les fenêtres à carreaux verts
    Sourient au jour qui les colore.
    La poule couve et les œufs vont éclore.
    Le chien bourru dort, à travers

    Le sentier chaud de lumière dorée,
    Les feuillages bougeants
    Des bouleaux nains à l’écorce nacrée
    Tremblent, comme un essaim de papillons d’argent.

    Et les mères font la lessive
    Sous un auvent, gaîment ;
    Et le linge placide et blanc
    Sèche, au soleil, sur l’herbe vive ;
    Et fillettes et gamins, par tas,
    Avec un pain trop grand pour leurs deux bras,
    Reviennent du village et de l’école.
    Là-bas s’entend un bruit de carriole :
    C’est le docteur qui rentre à l’Angélus sonné.
    Midi tiédit le sol de ses rais inlassables
    Et la petite sœur qui tient le dernier né
    Sous sa garde, l’assied
    Pour la première fois, le cul nu dans le sable.

    Émile Verhaeren, La Guirlande des dunes, 1907.

    Émile Verhaeren

  • Un toit, là-bas

    Émile Verhaeren

  • Midi

    Émile Verhaeren

  • Les maisons des dunes

    Émile Verhaeren

  • Un village

    Émile Verhaeren

  • Les Pauvres

    Source

    Émile Verhaeren

  • Temps gris

    Émile Verhaeren

  • Un Saule

    Émile Verhaeren

  • Septembre

    Image

    Émile Verhaeren

  • Les Travailleurs

    Image

    Émile Verhaeren

  • Mars

    Émile Verhaeren

  • Février

    Émile Verhaeren