François_Mauriac_(1932)_Malagar

Image

François Mauriac (1885-1970)

François MauriacNotice biographique

Né à Bordeaux dans une famille de propriétaires terriens. Il a reçu une éducation très catholique.
En 1909, il donne un premier recueil de poésie.
C’est surtout dans le roman qu’il va pouvoir développer ses talents et où il atteindra la grande célébrité.
En 1933, il entre à l’Académie Française.
Durant la seconde guerre mondiale, il témoigne contre les cruautés de la guerre et continue à écrire sous le pseudonyme de Forez.
En 1952, il reçoit le Prix Nobel de Littérature. Depuis, il a encore écrit comme polémiste dans divers périodiques.

Oeuvres

Les Mains Jointes (1909)
Le Baiser au Lépreux (1922)
Thérèse Desqueyroux (1927)
Le Noeud de Vipères (1932)
Le Mystère Frontenac (1933)

Son art

Mauriac, est un très grand romancier qui a exercé une influence considérable.
Dans ses romans, il exprime le pathétique de la condition humaine, l’angoisse douloureuse du chrétien, torturé par le choix difficile entre Dieu et le monde, entre la chair et l’esprit, entre la foi et les passions. Dans ce choix, il n’y a pas de demi mesure : il faut opter pour le renoncement ou pour la révolte.
Tous les romans se déroulent dans la région de Bordeaux et les personnages sont de riches bourgeois.
Mauriac, quoique le peintre de la société bordelaise et landaise, reste avant tout un psychologue qui sonde l’âme humaine.
Le style de Mauriac est très concis. C’est un écrivain qui ne dessine pas mais qui suggère : en quelques traits il évoque toute une atmosphère.
De même, il réduit des personnages à quelques traits frappants. Les détails extérieurs n’importent que quand ils ne révèlent pas l’âme et le caractère. Sa langue est pure et d’une grande musicalité.

Thérèse Desqueyroux (1927)

Ce roman est généralement considéré comme le chef-d’oeuvre de Mauriac.
C’est l’histoire de Thérèse Larroque, une jeune femme intelligente et sensible, fille d’un riche propriétaire, qui a épousé sans amour Bernard Desqueyroux, un voisin de campagne qui possède deux mille hectares.
Elle l’a épousé parce qu’elle avait la propriété dans le sang et parce que le mariage avait toujours été un fait accompli pour les deux familles.
Bernard est un matérialiste pour qui la vie de l’esprit ne compte pas. Elle prend peur de cet homme et essaie de l’empoisonner. Bernard témoigne en faveur de Thérèse pour éviter le scandale et elle bénéficie d’un non-lieu. Thérèse est abandonnée par tout le monde, seule dans la maison d’Argelouse. Elle ne mange plus, ne quitte plus son lit et ne fait que fumer.
Enfin, Bernard la conduit à Paris. Elle ne paraîtra plus à Argelouse qu’à l’occasion de fêtes de famille.

Le Noeud de Vipères (1927)

C’est l’histoire de Louis, un riche avare qui vit depuis longtemps dans le malentendu avec sa femme Isa.
Ils ont trois enfants : Hubert, Geneviève et Marie.
Celle-ci meurt petite fille et est le seul enfant aimé par le père. Les autres enfants n’aiment pas leur père et attendent impatiemment sa mort pour hériter de son immense fortune. Louis les déteste à son tour et songe à les déshériter en faveur de son fils naturel, Robert.
Avant de mourir, Louis écrit une sorte d’aveu destiné à sa femme.
Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.