Jean Giraudoux 2
Image

Jean Giraudoux (1882-1944)

Notice biographique

En 1903, il entre à l’Ecole Normale, où il opte pour les études germaniques. Sa connaissance de l’Allemagne et de sa littérature marqueront profondément plusieurs de ses oeuvres (e.a. La Guerre de Troie).
En 1910, il commence une carrière diplomatique. Durant la première guerre mondiale, il est chargé de missions au Portugal et aux Etats-Unis.
Après la guerre, il poursuit une double carrière : celle de haut fonctionnaire et celle d’écrivain.
Au début de la seconde guerre mondiale, il devient Commissaire à l’Information.

Oeuvres
Amphitryon 38 (1929)
La Guerre de Troie n’aura pas lieu (1935)
Electra (1937)
Sodome et Gomorrhe (1943)

Son intérêt

Dès ses premières pièces, il conquiert un succès durable auprès du grand public.

Ses caractères sont flous et tiennent plutôt du symbole. Ils sont le reflet de l’âme de l’auteur et de ses préférences. Par là Giraudoux est proche des symbolistes.

L’intrigue de ses pièces est mince. Il néglige l’analyse psychologique et les conflits sociaux.

Son théâtre est un théâtre d’idées qui s’adresse plutôt à l’intelligence du spectateur qu’à sa sensibilité.

Ce qui préoccupe surtout Giraudoux est le destin de l’homme, le sens des vérités éternelles. Il lutte contre la déshumanisation de la vie.

La langue de Giraudoux est riche : c’est un théâtre poétique et spirituel. Son style doit sa qualité aux images. Dans son oeuvre, Giraudoux allie la fantaisie et la finesse. Pour ses pièces de théâtre, il emprunte presque tous ses thèmes à la légende.

L’oeuvre dramatique de Giraudoux marque une date capitale dans l’évolution du théâtre français.

La guerre de Troie n’aura pas lieu (1935)

La pièce, dont le décor représente la cour d’un palais, commence par ces mots d’Andromaque : “La guerre de Troie n’aura pas lieu” et Cassandre lui répond : “La guerre de Troie aura lieu.”
Hector revient de la guerre et n’aspire qu’à la paix. Il entend qu’elle est déjà menacée par un nouveau conflit car son frère Pâris a enlevé Hélène que les Grecs sont prêts à réclamer à main armée.
Hector fait ce qu’il peut pour éviter la guerre et obtient d’Hélène la promesse qu’elle regagnera de bon gré son pays.
Andromaque sent que le conflit est inévitable. Elle espère que la guerre ne sera pas absurde, que l’amour de Pâris et Hélène lui donnera un sens.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.

Jean Giraudoux
Image