Sartre
Image

Jean-Paul Sartre (1905-1980)

Notice biographique
Né à Paris en 1905, il a fait des études philosophiques.
En 1933-1934, lors d’un séjour à Berlin, il approfondit ses connaissances de la philosophie existentialiste de l’Allemand Husserl.
Il se montre un innovateur du roman dès 1938 avec la publication de La Nausée.
Pendant la guerre, il participe activement à la résistance.
Il quitte l’enseignement en 1945 et se consacre entièrement à sa carrière littéraire. De 1945 à 1949 , il fait paraître une suite romanesque, Les Chemins de la Liberté, dans laquelle il évoque son engagement pendant la guerre.
En 1960, paraît une oeuvre philosophique importante qui exprime son adhésion à la pensée marxiste.
En 1964, il refuse le Prix Nobel de littérature comme il avait déjà refusé, après la guerre, la Croix de la Légion d’honneur.
En 1968, il rompt avec le marxisme et fonde le journal Libération.
La cécité l’a obligé à interrompre sa dernière oeuvre, L’Idiot de la Famille.
Il passe les dernières années avec Simone de Beauvoir, sa compagne de vie.

Oeuvres
L’Etre et le Néant (1934) (philosophie)
Critique de la Raison dialectique (1960) (philosophie)
L’Idiot de la Famille (1971) (philosophie)
La Nausée (1938) (roman)
Le Mur (1939) (roman)
Les Chemins de la Liberté (1945-1949) (roman)
Huis Clos (1944) (théâtre)
Les Mains sales (1948) (théâtre)
Les Mots (1964) (récit autobiographique)

L’existentialisme sartrien
Jean-Paul Sartre a assuré à l’existentialisme une large diffusion et il l’a orienté dans une voie plus rationaliste.
Voici quelques-unes de ses idées telles qu’elles se trouvent dans ses essais, ses romans et ses pièces de théâtre.
L’existentialisme de Sartre repose sur un postulat : l’existence de l’homme exclut l’existence de Dieu.
L’existence est absurde et fortuite. L’homme naît dans un monde absurde qui n’a ni raison ni fin.
L’homme doit chercher en toute liberté à donner un sens à la vie. Il est complètement libre et pleinement responsable de son existence.
L’homme peut donner un sens à sa vie par ses actes. Les intentions ne comptent pas, ce sont les actes par lesquels l’homme se définit et par lesquels il est jugé.
L’homme est un être angoissé et isolé chez Sartre. Il n’est pas informé de la valeur de ses actes. Il n’a ni Dieu ni valeurs absolues pour le guider. Il se sent seul et isolé car personne ne peut l’aider dans la responsabilité qu’il a pour sa vie.

Son intérêt
Au début, Sartre a voulu donner lui-même un sens à sa vie en créant des oeuvres d’art.
A partir de la deuxième guerre mondiale, il l’a fait par son engagement politique et social.

Son style
Son art de romancier est puissant par son observation minutieuse, ses monologues intérieurs et par des procédés cinématographiques qu’il applique au roman.
Son style est direct, pittoresque et plein d’images.
Son théâtre est remarquable par la construction technique et ses dialogues très vifs, écrits dans une langue crue et directe.

Le Mur (1939)
Dans les cinq nouvelles que contient Le Mur, Sartre attaque l’hypocrisie, l’absurdité et la mauvaise foi qui marquent souvent la société bourgeoise et les conventions sociales.

Les Mots (1964)
Dans ce livre, Sartre essaie de trouver une réponse à la question : “Comment est-ce que je suis devenu écrivain ?”
Il est convaincu que les germes de sa vocation littéraire se trouvent dans les névroses de son enfance.
Une grande partie du livre est consacrée à son enfance jusqu’à 12 ans.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.

Jean-Paul Sartre – Autres articles

_DSC7054 vers 2

1946 Jean-Paul Sartre, Paris