Marguerite Yourcenar

Marguerite Cleenewerck de Crayencour est née à Bruxelles, d’un père originaire de la Flandre française et d’une mère belge.

Sa mère meurt dix jours après sa naissance, Marguerite Cleenewerck de Crayencour est élevée chez sa grand-mère paternelle (dont elle fait, dans Archives du Nord, un portrait à l’acide) par son père, anti-conformiste et grand voyageur. Elle passe ses hivers à Lille et ses étés, jusqu’à la Grande Guerre, dans la propriété familiale située au Mont Noir. Elle accompagne son père dans ses voyages.

En 1929, elle publie son premier roman, inspiré d’André Gide, d’un style précis, froid et classique : Alexis ou Le traité du vain combat. Il s’agit d’une longue lettre dans laquelle un homme, musicien renommé, confie à son épouse son homosexualité et sa décision de la quitter dans un souci de vérité et de franchise.

Après le décès de son père, en 1929 Marguerite Yourcenar mène une vie bohème entre Paris, Lausanne, Athènes, les îles grecques, Istanbul, Bruxelles… Elle publie les Nouvelles orientales, échos de ses voyages. Elle traite le thème du désespoir amoureux et des souffrances sentimentales dans Le Coup de grâce (1939), court roman sur un trio amoureux ayant pour cadre les Pays baltes pendant la guerre russo-polonaise de 1920.

En 1939, son père est mort depuis dix ans, elle manque d’argent et l’Europe s’agite dangereusement. Elle part aux États-Unis pour rejoindre Grace Frick, sa compagne depuis 1937, avec qui elle vécut jusqu’à la mort de celle-ci en 1979. Elles s’installent à partir de 1950 sur l’île des Monts Déserts (Mount Desert Island, dans le Maine), qu’elles avaient découverte ensemble en 1942, et nomment leur maison Petite-Plaisance. Yourcenar y passe le reste de sa vie : citoyenne américaine en 1947, elle enseigne la littérature française et l’histoire de l’art jusqu’en 1953.

Son roman Mémoires d’Hadrien, en 1951, connaît un succès mondial et lui vaut le statut définitif d’écrivain, consacré en 1970 par son élection à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, et dix ans plus tard, par son entrée, comme première femme, à l’Académie française.

Des romans historiques aux mémoires autobiographiques, l’œuvre de Yourcenar s’inscrit en marge du courant engagé de son époque avec ce retour à l’esthétisme et à la tradition, avec le désir d’affirmer la finalité de la littérature : la narration.

Inspirée par la sagesse orientale, la pensée de l’écrivain ne s’est jamais éloignée de l’humanisme de la Renaissance :

« Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté pour la première fois un coup d’œil intelligent sur soi-même : mes premières patries ont été les livres. »
Mémoires d’Hadrien

Alexis ou le Traité du vain combat (1929, roman)
Nouvelles orientales (1938, nouvelles)
Le Coup de grâce (1939, roman)
Mémoires d’Hadrien (1951, roman)
L’Œuvre au noir (1968)
Le Labyrinthe du monde. I, Souvenirs pieux (1974)
Le Labyrinthe du monde. II, Archives du Nord (1977)
La Couronne et la lyre (1979, anthologie de poèmes traduits du grec)
Mishima ou la Vision du vide, (1980, Gallimard, essai)
Le Labyrinthe du monde. III, Quoi ? L’éternité (1988)

Mémoires d’Hadrien

Mémoires d’Hadrien est un roman historique, publié en 1951. Cette autobiographie imaginaire de l’empereur romain Hadrien rencontra immédiatement un extraordinaire succès international et assura à son auteur la plus grande célébrité.

Écrit dans un style dense témoignant d’une grande érudition, ce roman philosophico-historique est une méditation de l’empereur à la fin de sa vie : il retrace les principaux événements de son existence qui fut la plus libre et la plus lucide possible.

L’Oeuvre au noir

L’Œuvre au noir est un roman de Marguerite Yourcenar, paru le 8 mai 1968. Dès l’année de sa parution il connaît le succès auprès du public et le Prix Femina lui est décerné par un vote à l’unanimité du jury.

Le terme « œuvre au noir » désigne en alchimie la première des trois phases dont l’accomplissement est nécessaire pour achever le magnum opus. En effet, selon la tradition, l’alchimiste doit successivement mener à bien l’œuvre au noir, au blanc, et enfin au rouge afin de pouvoir accomplir la transmutation du plomb en or.

Yourcenar commente ainsi à ce sujet: « La formule L’Œuvre au noir, donnée comme titre au présent livre, désigne dans les traités alchimiques la phase de séparation et de dissolution de la substance qui était, dit-on, la part la plus difficile du Grand Œuvre. On discute encore si cette expression s’appliquait à d’audacieuses expériences sur la matière elle-même ou s’entendait symboliquement des épreuves de l’esprit se libérant des routines et des préjugés. Sans doute a-t-elle signifié tour à tour ou à la fois l’un et l’autre. »

L’histoire
Personnage imaginaire d’humaniste, Zénon Ligre, homme de la Renaissance, est à la fois un philosophe, un médecin et un alchimiste qui a beaucoup appris au cours d’une vie errante. Ses activités scientifiques, ses publications ainsi que son esprit critique indisposent l’Église. Réfugié à Bruges sous un faux nom, il sera enfermé dans une prison de l’Inquisition où il se suicidera. Le récit se compose de trois parties : La vie errante – La vie immobile – La prison. Zénon symbolise l’homme qui cherche – mais également ne peut taire – la vérité, au milieu de ses contemporains dont certains le comprennent et d’autres non. Il y perdra sa liberté, puis sa vie.

Source: Wikipedia
Creative Commons License


Marguerite Yourcenar a la parole

Le paradoxe de l’écrivain – 1

Le paradoxe de l’écrivain – 2

Le paradoxe de l’écrivain – 3

L’écologie – 1

L’écologie – 2

L’écologie – 3

La mythologie des animaux dans le folklore chrétien – 1

La mythologie des animaux dans le folklore chrétien – 2

La mythologie des animaux dans le folklore chrétien – 3

La condition féminine – 1

La condition féminine – 2

La condition féminine – 3

Liens – Links

Comment Wang-Fô fut sauvé (Nouvelles orientales).

Yourcenar sur @lalettre.

Biographie de Marguerite Yourcenar (@lalettre).

Oeuvres de Marguerite Yourcenar (@lalettre).

Mémoires d’Hadrien (@lalettre).

Yourcenar sur le site de l’Académie française.

Marguerite Yourcenar en poésie.

Marguerite Yourcenar à la surface du temps.

Yourcenar dans Wikipedia (FR).

Yourcenar dans Wikipedia (NL).