paul_valery

Image

Paul Valéry

Image


Paul VALÉRY (1871-1945)

Notice biographique

Né en 1871 à Sète, d’un père corse et d’une mère italienne. Comme étudiant il déteste les mathématiques ce qui l’empêche d’entrer à l’Ecole Navale mais il lit d’autant plus : les romantiques, les réalistes, les naturalistes, les parnassiens et les symbolistes.

C’est pendant son service militaire de 1889 à 1890 que quelques rencontres influenceront décisivement son orientation littéraire.

Il découvre la poésie de Verlaine et de Mallarmé avec qui il se lie d’amitié profonde jusqu’à la mort de Mallarmé en 1898.

Il écrit en 1889 une centaine de poèmes d’inspiration symboliste. En 1890, il rencontre Pierre Louÿs qui le mettra en contact avec Gide et Claude Debussy et qui lui fera le plaisir de publier quelques poèmes dans sa revue La Conque.

En 1892, lors d’un séjour à Gênes, il croit voir les dangers d’une vie sentimentale et l’influence néfaste sur la vie intellectuelle, et décide d’interrompre son activité littéraire.

En 1894, il s’installe à Paris et commence une carrière administrative au ministère de la Guerre. Dès 1900, il quitte le ministère et devient secrétaire particulier d’Edouard Lebey et ceci pendant 22 ans. Pendant cette période de travail intellectuel il maintient ses relations avec les milieux artistiques.

C’est presque par accident qu’il a retrouvé la voie de la poésie : en 1912, il était invité par André Gide et Gaston Gallimard à publier ses vers de jeunesse. Il a commencé à les remanier et a écrit un poème pour les compléter (La Jeune Parque, 1917). Le succès en a été immédiat et de 1918 à 1922, il écrit de nouveaux poèmes qui seront rassemblés sous le titre de Charmes en 1922.
C’est sa dernière oeuvre poétique mais sa renommée est telle qu’on lui demande de donner des conférences, d’écrire des préfaces …

En 1927, il est élu à l’Académie Française.

Il meurt en 1945 et est enterré au cimetière marin de Sète.

Oeuvres
La Jeune Parque (1917)
Le Cimetière marin (1920)
Album de Vers anciens (1920)
Charmes (1922)

Son intérêt – Son style
On dit de Valéry qu’il est en même temps classique, parnassien et symboliste.
De la tradition classique il a gardé la métrique régulière. Il est parnassien par ses vers impersonnels et symboliste par sa recherche de la poésie pure et sa préoccupation de suggérer la vie intérieure par des procédés indirects.
C’est un poète philosophe au style obscur qui ne semble s’adresser qu’à des initiés.

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.