Jules Romains

Image

Jules Romains (1885-1972)

Jules Romains

Notice biographique

Né comme Louis Farigoule dans le Velay, il passe sa jeunesse à Paris où son père est instituteur.
Il poursuit des études philosophiques mais montre aussi beaucoup d’intérêt pour les sciences naturelles.
D’abord il adhère à l’unanimisme. Après la guerre de 1914-1918, il se consacre surtout au théâtre où il voit le triomphe de Knock Il commence également la publication de son oeuvre maîtresse : Les Hommes de Bonne Volonté.
Il entre à l’Académie française en 1946.

Oeuvres

Knock ou le Triomphe de la Médecine (1923)
Les Hommes de Bonne Volonté (1932-1947)

Son intérêt

Jules Romains peut être considéré comme le principal représentant de l’unanimisme : il voit le monde, non en fonction de l’individu, mais en fonction d’un vaste ensemble humain.
Son oeuvre repose sur l’optimisme, sur une véritable foi en la fraternité humaine.

Les Hommes de Bonne Volonté (1932-1947)

De ce vaste roman-fleuve en 27 volumes, les quatre premiers volumes sont publiés en 1932. Jusqu’en 1939, deux tomes par an sont publiés.
Après mai 1940, Jules Romains gagne les Etats Unis où il publie les tomes XIX XXIV. Les trois derniers volumes paraissent à son retour en France.
Les Hommes de Bonne Volonté sont une vaste fresque de la société politique, sociale et économique entre 1908 et 1933.
Le procédé de ce roman est différent de celui de la Comédie Humaine de Balzac parce qu’il ne met pas en scène des personnages bien choisis de sorte que les livres individuels donnent à la fin une peinture d’ensemble.
Il est également différent des Misérables de Hugo ou de Jean Christophe de Rolland parce qu’il ne dépeint pas la vie d’un seul héros.
Dans Les Hommes de Bonne Volonté il n’y a pas d’intrigue unique mais des récits d’aventures diverses sans relations nécessaires les unes avec les autres.
Quoiqu’il n’y ait pas de héros proprement dit, les aventures des Hommes de Bonne Volonté s’organisent autour de deux normaliens, Jallez et Jerphanion, qui rêvent d’une compagnie d’honnêtes gens qui ferait régner la paix entre les hommes.

Knock ou le Triomphe de la Médecine (1923)
Dans cette pièce, il vise le charlatanisme de certains médecins et la crédulité de leurs clients.
Le vieux docteur Parpalaid a vendu à Knock sa clientèle d’un village de montagne, Saint-Maurice.
Aussitôt arrivé dans le village, Knock se met en action.
Il invite le tambour du village pour annoncer une consultation gratuite .

Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.