Chretien de Troyes

Chrétien de Troyes (±1130-±1190)

perceval

Image

De tous les poètes qui exploitèrent et adaptèrent au goût français la «matière de Bretagne», le plus célèbre est Chrétien de Troyes. On ne sait presque rien de sa vie. Il eut pour protectrice et pour inspiratrice Marie, femme du comte Henri Ier de Champagne, fille de Louis VII et d’Aliénor d’Aquitaine. Peut-être Marie connut-elle par sa mère, devenue reine d’Angleterre dès 1154, des lais et des romans gallois ou anglo-normands qu’elle communiqua au poète français? Nous savons que celui-ci lui dut le sujet du Chevalier à la Charrette; nous savons aussi qu’il écrivit son Perceval d’après un original que lui fournit le comte de Flandre, Philippe d’Alsace, qui avait séjourné en Angleterre.

Les oeuvres de Chrétien ne sont pas toutes parvenues jusqu’à nous. Après Tristan (vers 1160), il donna Érec, Cligès, Lancelot ou le Chevalier à la Charrette (vers 1170), Yvain ou le Chevalier au Lion, Perceval (vers 1175). Ce dernier roman est resté inachevé, interrompu peut-être par la mort de l’auteur.

Image

Érec et Énide

Érec et Énide

Érec et Énide nous présente un beau modèle d’héroïsme conjugal. Érec est un grand seigneur dont la vaillance rehausse la noblesse. Il épouse par amour Énide, la fille d’un vavasseur, et vit entièrement dans la joie de l’amour. Énide lui rappelant ses prouesses passées, l’engage à ne pas oublier sa gloire. Érec dépité part, emmène Énide, accomplit des exploits et soumet la tendresse d’Énide à toutes sortes d’épreuves dont elle triomphe.

Texte | Image

Chrétien de Troyes

Ivain

Ivain

Ivain, ou le Chevalier au Lion, est l’histoire d’un chevalier qui, peu de temps après son mariage, quitte sa femme pour un délai déterminé. Diverses circonstances lui font oublier et dépasser le terme fixé. Ivain en est puni par une vie d’aventures et de misères, dans lesquelles il est soutenu par la compagnie d’un lion. Ivain, après avoir expié sa faute et accompli mainte prouesse, retrouve son épouse qui lui pardonne.

Texte | Image

Chrétien de Troyes

Chrétien de Troyes

Image

Chrestien de Troyes (mort en 1191)

Chrestien, que l’on surnomma de Troyes à cause de la ville où il vit le jour, eut une grande renommée parmi les poètes du XIIe siècle.

Il fut très populaire et vécut à la cour de Philippe d’Alsace. On connaît de lui Perceval, le Chevalier au Lion, Lancelot et Tristan.

Puisque vos plaist1, or m’escoutez
Cuer et oreilles me prestez;
Car parole ouïe est pardue2,
S’elle n’est de cuer entendue.
Quas3 oreilles vient la parole
Ainsi come li vens4 qui vole,
Mes ni areste5, ni demore,
Ains s’en part en molt petit d’ore6
Si li cuers n’est si esveillez7.

Qual8 prendre soit apareillez,
Et qu’il la puisse en son venir9
Prendre et enclorre, et retenir.
Les oreilles sont voie et doits10
Par où vient jusqu’au cuer la vois:
Et li cuers prent dedans le ventre
La vois qui par l’oreille y entre;
Et qui or me voudra entendre,
Cuer et oreilles me doit tendre11.


1. Puisqu’il vous plaît.
2. Parole entendue est perdue.
3. Aux oreilles.
4. Comme le vent.
5. Mais ne s’arrête.
6. Et s’en va en peu de temps.
7. Si le cœur n’est assez éveillé.
8. Pour être prêt à la saisir.
9. Au passage.
10. Sont un chemin et un conduit.
11. Me doit prêter.

Source

Chrétien de Troyes

Perceval

Image


Chrétien de Troyes

Lancelot en la charrette

Image

Le fils du roi de Gorre ayant enlevé Genièvre, Lancelot se met à sa poursuite. Bientôt son cheval s’abat et il se voit forcé d’aller à pied. Un nain paraît avec une charrette et lui propose de l’emmener. C’est proposer le déshonneur au chevalier. Monter dans une charrette, c’est pour lui se dévouer à toutes les moqueries. Néanmoins il les affronte, emporté par l’amour, et arrive ainsi à délivrer la reine. Artus et tous les chevaliers de la Table-Ronde célèbrent son dévouement et sa victoire en se faisant conduire en charrettes par la ville.

Lancelot en la charrette de Chrétien de Troyes ressemble, pour le sujet, au roman en prose qui porte le même titre (Lancelot du lac par Gautier ou Walter Map, trouvère anglo-normand du XIIe siècle).

Source


Le roi Arthur et la Table Ronde

Chrétien de Troyes

Brillantes aventures

Image

Le roman de Perceval le Gallois est inspiré des traditions sur le Saint-Graal. Après avoir subi dans une suite de brillantes aventures toutes les épreuves de la chevalerie, le héros prend place à la Table-Ronde; puis, quittant les exercices profanes pour se former aux vertus morales et religieuses, il va à la recherche du vase symbolique, en obtient la garde en même temps que la couronne royale, et après sept ans de règne va s’enfermer dans un ermitage, où il reçoit la prêtrise, suprême récompense de la vie. Ce roman que Chrestien laissa incomplet, fut continué par d’autres trouvères et terminé par Manecier de Lille. En son entier, il compte 50 000 vers.

Le héros du Chevalier au lion a promis à son épouse de revenir dans un certain délai, et n’ayant pas tenu sa parole, il accomplit pour obtenir son pardon les plus étranges exploits. Son nom lui vient d’un lion, qu’il a sauvé des attaques d’un serpent, et qui, plein de reconnaissance, suit en tous lieux son libérateur.

Dans Érec et Énide, le chevalier Érec, qui s’est laissé aller aux douceurs du repos, reçoit les reproches de sa femme Énide, et lui prouve son courage en l’emmenant à travers une suite de périls et d’aventures merveilleuses, où il reste toujours triomphant.

Cligès est fils de l’empereur de Constantinople. Armé chevalier par le roi Artus, il va combattre son oncle qui a usurpé le trône et lui a ravi son amante; il délivre la princesse qu’il aime et reprend ses États.

Guillaume d’Angleterre, imité de la légende de Saint-Eustache, forme une série très compliquée d’aventures et de coups de théâtre.

Chrestien de Troyes avait encore écrit Tristan et Yseult, ainsi que le Chevalier à l’espée. Ces romans sont perdus, mais ils ont été l’objet de remaniements et d’imitations.

Source


Le roi Arthur et la Table Ronde

Chrétien de Troyes

Le chevalier au lion

Image

Le chevalier au lion

C’est le chef-d’œuvre de Chrétien de Troyes. Il fut composé sans doute en 1175. Il a un peu plus de 6800 vers. Yvain, chevalier de la Table Ronde, ayant entendu parler d’une fontaine miraculeuse, se met à sa recherche et la trouve. Il y puise de l’eau qu’il verse à terre, et aussitôt une formidable tempête dévaste les alentours. Le seigneur du pays accourt et attaque Yvain; celui-ci le blesse à mort, le poursuit et pénètre avec lui dans son propre château, dont les portes se referment sur eux. Heureusement une jeune confidente de la châtelaine, à qui Yvain a un jour rendu service, prête à son bienfaiteur un anneau qui le rend invisible et le soustrait à la vengeance des serviteurs de sa victime. Yvain, sans être vu, assiste aux funérailles du mort, s’éprend de la veuve, lui inspire de l’amour et l’épouse. Quelque temps après, invité par Arthur à un tournoi, il obtient congé de sa dame, à condition qu’il sera de retour avant un an. Mais, entraîné dans des aventures, il oublie ce délai et apprend bientôt qu’il est répudié. Il entreprend alors, dans l’espoir de rentrer en grâce, une série d’exploits, aidé d’un lion qu’il a sauvé de la mort et qui, en reconnaissance, le suit partout avec fidélité. Il finit par obtenir son pardon.

Source