À la cour du roi Noble

Image

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 2.0 Generic License.

Le Roman de Renart

Le roman de Renart

Cette oeuvre se présente comme une collection de contes disparates, écrits à des dates diverses par des auteurs différents. Les plus anciens ont été composés à partir de 1175, les plus récents ne sont pas postérieurs au milieu du XIIIème siècle.

Cette collection de poèmes narratifs d’origine germanique – au total plus de vingt-cinq mille octosyllabes à rimes plates ( des rimes qui se succèdent deux à deux, dans l’ordre aabb) – a été groupée en branches.

Les animaux y sont individualisés, chaque espèce est représentée par un individu qui porte un nom propre : Renart est le héros populaire, gai et malicieux; Ysengrin, le loup; Tibert, le chat; Noble, le lion. Chaque animal a un caractère propre qui lui vient de la tradition, de son allure et de son air.

Le monde des animaux est copié sur celui des hommes avec la hiérarchie féodale : c’est une satire de l’époque mais avant tout destinée à amuser, à faire rire.

Dans ses aventures, lorsque Renart s’attaque à des plus faibles que lui, ses ruses ne réussissent pas et c’est le trompeur trompé ! Par contre, lorsqu’il s’en prend aux plus forts, c’est lui qui est le vainqueur.

La pêche de Renart et d’Ysengrin (Extrait)

Le ciel clair était étoilé
Et le vivier était gelé …
Pourtant un pertuis y était
Que des vilains y avaient fait …
Un seau ils y avaient laissé.
Là vint Renart en toute hâte
Et son compère regarda.
“Sire, fait-il, mettez-vous çà :
Car çà est plenté de poissons
Et le piège où nous pêchons
Les anguilles et les barbeaux
Et autres poissons bons et beaux.”
Dit Ysengrin : “Sire Renart,
Or le prenez de l’une part
Et l’attachez bien à ma queue !”
Renart le prend et le lui noue
Entour la queue au mieux qu’il peut.
“Frère, fait-il, or il vous faut
Moult sagement vous maintenir
Pour les poissons qui vont venir.”
Lors s’est en un buisson caché,
S’est mis son groin entre ses pieds …
Et Ysengrin est sur la glace
Et le seau est dans la fontaine
Plein de glaçons à bonne étrenne.
Et l’eau commence à se geler
Et le seau s’attacher
Qui à la queue était noué :
De glaçons fut bien entouré.
La queue est dans l’eau gelée
Et en la glace bien scellée.
L’autre commence à soulever
Et le seau croit en haut tirer;
En mainte sorte s’y essaie,
Ne sait que faire et moult s’effraie.
Renart commence à appeler,
Que là il ne peut plus rester,
Que déjà l’aube était crevée.
Renart a la tête levée,
Si le regarde et les yeux ouvre :
“Sire, fait-il, car laissez l’oeuvre.
Allons-nous-en, beau doux ami !
Assez avons de poissons pris.”
Et Ysengrin lui écria :
“Renart, fait-il, trop y en a.
Tant en ai pris, ne sais le dire.”
Et Renart commença à rire …
“Qui tout convoite, tout perdra.”
Mais un chasseur arrive avec ses chiens. Renart s’enfuit et va se cacher dans sa tanière. Ysengrin fait de vains efforts pour s’échapper. Le chasseur veut le frapper de son épée, mais il ne tranche que la queue.
Et Ysengrin point ne s’attarde,
Fuyant s’en va, si se regarde,
Droit vers le bois à grande allure.
Alors s’en va et dit et jure
Que de Renart se vengera
Au premier lieu qu’il le verra.

Vocabulaire

un pertuis : un trou
un vilain : un paysan
son compère = Ysengrin
çà est plenté : il y a beaucoup
moult : fort
le groin : le museau
à bonne étrenne : à bonne quantité
convoiter : désirer


Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.


Le roman de Renard«Le célèbre Roman de Renard, collection d’environ vingt-cinq contes versifiés, appelés branches, est surtout dans les dernières branches une parodie continuelle de l’épopée chevaleresque et de la société féodale en général. Le plus ancien de ces poèmes est celui du Pélerinage de Renard, datant probablement d’avant 1168 et dont l’auteur semble être Pierre de Saint-Cloud. Le jugement de Renard est la branche dont deux poètes néerlandais ont fait leur fameuse adaptation Van den Vos Reynaerde (vers 1250)

Le Roman de Renard est une sorte d’épopée familière où les animaux forment un monde organisé sur le modèle de la société humaine. A la cour du roi Noble et de la reine Fière vivent les grands vassaux Brun l’ours, Ysengrin le loup, Renard le goupil (c’est là le nom primitif du renard), ainsi que les petits barons Tibert le chat, Couard le lièvre, Chantecler le coq, etc. Il n’y a entre eux que des luttes féodales. (…) »

(cf. J.B.BESANCON-W.STRUIK, Abrégé de l’histoire de la littérature française, Groningen, Wolters, 1933, pp. 29-30.)


Satire de la société sous des noms d’animaux

Un grand nombre d’auteurs, la plupart inconnus, travaillèrent tour à tour à cet interminable poème, dont l’origine remonte au XIIe siècle. C’est comme un vaste théâtre dans lequel, sous des noms d’animaux malicieusement choisis, la société féodale, avec ses abus et ses vices, est parodiée de mille manières.

Le Lion, Noble, est le roi de cette monarchie: il tient cour plénière, convoque des Champs de mai; Fiérapel, duc des Léopards, et Grosbrun, tribun des Ours, orgueilleux courtisans, ont su se rendre nécessaires. Tybert le Chat, Brichemer le Cerf, Roonel le Chien, Grimbert le Blaireau, Chante-Clair le Coq, et nombre de seigneurs titrés, remplissent les divers rôles, se trompent à qui mieux mieux, et ne vivent guère que de lutte et de conflits. Sièges de châteaux-forts, duels judiciaires, hommages-liges, pèlerinages: tout ce qui occupait de monde d’alors est passé dans les moeurs de la gent animale.

Entre ces héros, deux champions apparaissent au premier rang: RENARD ou GORPIL, le renard, et son oncle YSENGRIN, le loup. L’un, type achevé de la ruse et de l’hypocrisie, joue des tours pendables au grands et aux petits, au roi lui-même, qui le redoute; l’autre, n’ayant pour lui que la force brutale, est souvent dupe de son habile compère. Celui-ci semble parfois s’amender, promet de partir pour la Terre-Sainte; mais, toujours fripon, il tombe enfin sous les coups de la justice.

L’ancien Renard fit pendant plus de deux siècles les délices de la France, de l’Allemagne et de l’Angleterre, qui se disputent l’honneur d’en avoir fourni les premiers éléments. D’autres branches, greffées sur le tronc primitif, Renard le Novel, Renard le Bistourné, etc. portent à cent vingt mille vers le total de l’oeuvre complète. On trouve dans le cadre de cette satire comme un prélude des Fables de La Fontaine; là s’organise cette république des animaux, image de la société humaine.

d’après Littérature française, Paris, Librairie Poussielgue, 1898.


Le roman de Renard (12e au 14e siècle), épopée d’animaux allégorique et satirique. C’est une collection de 26 légendes populaires que divers auteurs ont recueillies dans le nord de la France et ont fondues ensemble. Par sa ruse Renard triomphe de la force d’Isengrin (le loup) et se fait absoudre de tous ses méfaits au tribunal de Noble (le lion).

Schmidt


Contes médiévaux: Le Roman de renard
Le Roman de renard
Contes médiévaux
Source : Audiocite.net
Seigneurs, vous avez assurément entendu conter bien des histoires : on vous a dit de Paris comment il ravit Hélène, et de Tristan comme il fit le lai du chevreuil ; vous savez le dit du Lin et de la Brebis, nombre de fables et chansons de geste : mais vous ne connaissez pas la grande guerre, qui ne finira jamais, de Renart et de son compère Ysengrin.
Lu par SPQR
Durée: 2h10min
Voir la fiche… (extrait,téléchargement,lien)
Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.