Christine de Pisan 1
Source

Christine de Pisan (± 1363 – ± 1431) est la première femme ayant vécu de sa plume.

Elle écrit en vers une dizaine de recueils (e.a. Le Débat de deux Amans), en prose elle nous a laissé des ouvrages sur des sujets historiques. Entre autre un long poème en l’honneur de Jeanne d’Arc.
Dans ses oeuvres lyriques, elle défend la cause des femmes trop honorées dans l’amour courtois et trop bafouées dans les fabliaux.
Ses poésies témoignent de beaucoup de grâce, d’une fine sensibilité et d’une mélancolie touchante.

Texte original

Seulete suy et seulete vueil estre,
Seulete m’a mon doulz ami laissiée;
Seulete suy, sanz compaignon ne maistre,
Seulete suy, dolente et courrouciée,
Seulete suy en languour mesaisiée,
Seulete suy plus que nulle esgarée,
Seulete suy sanz ami demourée.

Seulete suy a huis ou a fenestre,
Seulete suy en un anglet muciée,
Seulete suy pour moy de plours repaistre,
Seulete suy, dolente ou apaisiée;
Seulete suy, riens n’est que tant messiée;
Seulete suy en la chambre enserrée,
Seulete suy sanz ami demourée.

Seulete suy partout et en tout estre;
Seulete suy, ou je voise ou je siée;
Seulete suy plus qu’autre riens terrestre,
Seulete suy de chascun délaissée,
Seulete suy durement abaissiée,
Seulete suy souvent toute esplourée,
Seulete suy sanz ami demourée.

ENVOI
Princes, or est ma doulour commenciée :
Seulete suy de tout dueil menaciée,
Seulete suy plus teinte que morée,
Seulete suy sanz ami demourée.

Texte adapté
Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m’a mon doux ami laissée,
Seulette suis sans compagnon ni maître,
Seulette suis dolente et courroucée,
Seulette suis en langueur mal aisée,
Seulette suis plus que nulle égarée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muchée,
Seulette suis pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n’est qui tant me siée,
Seulette suis en ma chambre enserrée,
Seulette suis sans ami demeurée.

Seulette suis partout et en tout astre.
Seulette suis, que j’aille ou que je siée,
Seulette suis plus qu’autre rien terrestre,
Seulette suis de chacun délaissée,
Seulette suis durement abaissée,
Seulette suis souvent épleurée,
Seulette suis sans ami demeurée.

ENVOI

Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis de tout deuil menacée :
Seulette suis plus tainte que morée.
Seulette suis sans ami demeurée.

Vocabulaire

dolente : plein de douleur;
courroucé : fâché
l’huis : la porte
l’anglet : un petit coin
repaître : pleurer toujours
me siée : me plaît
un astre : un foyer
je siée : je me trouve
épleurée : éplorée
plus teinte que morée : plus sombre que la teinture brune


Creative Commons License
Op bovenstaand artikel is een Creative Commons Licentie ‘Naamsvermelding – Niet-Commercieel – Gelijk Delen 2.0’ van toepassing. Deze licentievorm maakt gratis gebruik in een onderwijscontext (non-profit) mogelijk.
Auteursrechten van dit artikel.

Christine de Pisan 2
Source

Source