La guêpe et l’abeille

Source


La chanson des chênes

Image

Source


Le chevalier au lion

Image

Le chevalier au lion

C’est le chef-d’œuvre de Chrétien de Troyes. Il fut composé sans doute en 1175. Il a un peu plus de 6800 vers. Yvain, chevalier de la Table Ronde, ayant entendu parler d’une fontaine miraculeuse, se met à sa recherche et la trouve. Il y puise de l’eau qu’il verse à terre, et aussitôt une formidable tempête dévaste les alentours. Le seigneur du pays accourt et attaque Yvain; celui-ci le blesse à mort, le poursuit et pénètre avec lui dans son propre château, dont les portes se referment sur eux. Heureusement une jeune confidente de la châtelaine, à qui Yvain a un jour rendu service, prête à son bienfaiteur un anneau qui le rend invisible et le soustrait à la vengeance des serviteurs de sa victime. Yvain, sans être vu, assiste aux funérailles du mort, s’éprend de la veuve, lui inspire de l’amour et l’épouse. Quelque temps après, invité par Arthur à un tournoi, il obtient congé de sa dame, à condition qu’il sera de retour avant un an. Mais, entraîné dans des aventures, il oublie ce délai et apprend bientôt qu’il est répudié. Il entreprend alors, dans l’espoir de rentrer en grâce, une série d’exploits, aidé d’un lion qu’il a sauvé de la mort et qui, en reconnaissance, le suit partout avec fidélité. Il finit par obtenir son pardon.

Source


Le Forgeron

Image

Le Forgeron

La forge flambait, avec des fusées d’étincelles. Goujet, debout, surveillant une barre de fer qui chauffait, attendait, les pinces à la main.

Quand la barre fut blanche, il la saisit avec les pinces et la coupa au marteau sur une enclume, par bouts réguliers, comme s’il avait abattu des bouts de verre, à légers coups. Puis il remit les morceaux au feu, où il les reprit un à un, pour les façonner. Il forgeait des rivets à six pans. Il posait les bouts dans une clouière, écrasait le fer qui formait la tête, aplatissait les six pans, jetait les rivets terminés, rouges encore, dont la tache vive s’éteignait sur le sol noir; et cela d’un martèlement continu, balançant dans sa main droite un marteau de cinq livres, achevant un détail à chaque coup, tournant et travaillant son fer avec une telle adresse qu’il pouvait causer et regarder le monde. L’enclume avait une sonnerie argentine. Lui, sans une goutte de sueur, très à l’aise, tapait d’un air bonhomme, sans paraître faire plus d’effort que les soirs où il découpait des images, chez lui.

Émile Zola, L’Assommoir

Source


La Nuit

Image

La Nuit

La nuit s’avance,
Et le silence
Succède au bruit;
Dans la nature
Plus un murmure;
Tout s’assoupit.
La lune blanche
Déjà se penche
À l’horizon,
Et sa lumière
Glisse, légère,
Sur le gazon.

Auguste Eck

Source