L’étrange, le fantastique et le merveilleux

Image

Image

Image

Le fantastique

Publicités

Le fantastique

Image

Le fantastique

Le fantastique est né en Angleterre au XVIIIe siècle. Des œuvres célèbres marquent cette genèse indissociable du roman noir ou gothique. Le château d’Otrante d’Horace Walpole (1764), Les mystères d’Udolphe (1794) de Ann Radcliff, Le Moine (1796) de Matthew Grégory Lewis, cultivent la terreur et le macabre jusqu’à l’excès; fantômes, squelettes, vampires, diables, couvents hantés, cimetières au clair de lune sont les ingrédients du genre.

Au XIXe siècle, âge d’or du fantastique, le genre ne cesse de s’affiner et brille de toutes ses facettes, du récit d’épouvante au fantastique «psychologique»… Deux grandes tendances s’affirment et coexistent: le fantastique traditionnel, dans la lignée du roman noir et le fantastique fondé sur l’ambiguïté et l’hésitation. Les principaux représentants du fantastique traditionnel sont nombreux et leurs œuvres ont grandement influencé la littérature étrangère, dont la française. Les titres célèbres datent de cette époque: Frankenstein (1818) de Mary Shelley où l’imagination scientifique forge le nouveau mythe du savant fou, Melmoth ou l’homme errant (1820) de Charles Robert Maturin (grand oncle maternel d’Oscar Wilde), qui relance le mythe du Juif errant et célèbre la frénésie comme style de vie, Carmilla de Le Fanu qui reprend le thème traditionnel du vampire, mais surtout Dracula (1871) de Stoker, premier roman entièrement consacré au vampirisme.

Les principaux motifs de la littérature fantastique sont magistralement illustrés tout au long du XIXe siècle en autant de chefs-d’œuvres du genre: le dédoublement – en chair et en os – de la personne dans L’étrange cas du docteur Jekill de Stevenson, publié en 1885; le portrait aux pouvoirs maléfiques dans Le portrait de Dorian Gray d’Oscar WiIde (1890); l’altération du temps et la projection dans le futur avec la Machine à explorer le temps, de Herbert George Wells (1885) et du même auteur la métamorphose de l’animal en homme dans L’île du docteur Moreau (1896); ou encore l’invasion de la terre par les Martiens dans La Guerre des mondes (1898), préfigurant la science-fiction.

Le fantastique fondé sur l’ambiguïté et l’hésitation est surtout présent dans la deuxième moitié du siècle: explication rationnelle et explication surnaturelle des phénomènes extraordinaires se côtoient tout au long de l’œuvre. L’un des maîtres de l’ambiguïté fantastique est Henry James, Anglais d’origine américaine. Le célèbre Tour d’écrou (1898) est à la fois une histoire de revenants et un récit réaliste pouvant donner lieu à une interprétation psychanalytique.

Au XXe siècle, le fantastique évolue, le surnaturel disparaît ou s’atténue, l’insolite, l’onirisme prévalent. D’autre part, le fantastique se fond dans un genre plus large, l’ «heroic fantasy», dont Le Seigneur des anneaux (1954-1956) de Tolkien, faisant revivre les origines de l’humanité, est le chef-d’œuvre du genre. Généralement, le fantastique a tendance a être supplanté par la science-fiction et s’épanouit surtout au cinéma qui, grâce à la puissance évocatrice de l’image et aux prouesses techniques, impose avec encore plus d’efficacité que la littérature, un univers imaginaire où règnent monstres, vampires et extraterrestres.

Source

Image

Le fantastique

Jean Ray

Jean Ray

Le fantastique

Le fantastique