Fontenelle

Fontenelle

Image

Fontenelle (1657-1757)

Fontenelle doit une partie de sa réputation à sa longévité qui le fit contemporain de plusieurs générations très diverses. Dans les Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), il a composé une œuvre originale et qui fait date. L’auteur suppose des entretiens avec une dame de qualité. Sous cette forme facile, il ne présente rien moins que le système tout entier du monde tel qu’on le concevait en son temps. La science, qui jusque-là était le monopole des savants, devient ainsi accessible à tout le monde. La Pluralité est le premier ouvrage de vulgarisation scientifique. En qualité de secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Fontenelle a écrit les Éloges des académiciens, qui sont le plus solide titre de gloire. Il pénètre avec une remarquable lucidité dans les théories les plus délicates de philosophie et de science: il en aperçoit les rapports, il en dégage les conséquences. Il rend ainsi service à la science même par la façon dont il interprète les découvertes qui ne sont pas les siennes.

Source


Fontenelle (1657-1757)

Image

Source


Fontenelle

Image

Fontenelle (1657-1757)

Fontenelle, qui débute comme bel esprit précieux et partisan des modernes, est dans les Entretiens sur la pluralité des mondes (1686) et dans les Éloges des Académiciens (1699-1757), l’initiateur de la vulgarisation scientifique qui va imprimer à l’esprit du XVIIIe siècle un de ses caractères essentiels.

Source


Comme les oiseaux

Image

Eh! Les hommes font-ils des expériences? Ils sont faits comme les oiseaux qui se laissent toujours prendre dans les mêmes filets où l’on a déjà pris cent mille oiseaux de leur espèce. Il n’y a personne qui n’entre tout neuf dans la vie, et les sottises des pères sont perdues pour les enfants.

Ah! do men learn by the experience of others? They are like birds, which allow themselves to be caught in the same nets in which already a hundred thousand of their species have been caught. There is no one who does not enter quite fresh into life, and the follies of the fathers are no warning to the children.

Fontenelle, Des Morts Anciens avec des Modernes, 3.

Source