Histoire de la monnaie française – Carolingiens

Publicités

Histoire de la monnaie française – Mérovingiens

La légende de Carcassonne

Image

La légende de Carcassonne

On remarque sur un pilier précédant le pont de la Porte narbonnaise un buste représentant une femme couronnée. C’est dame Carcas, héroïne légendaire de la cité.

On prétend en effet que la ville, assiégée depuis cinq ans par Charlemagne et sur le point de succomber, dame Carcas, veuve du roi sarrasin fait prisonnier et exécuté sur son refus d’embrasser la foi chrétienne, inventa un stratagème pour abuser l’ennemi. N’ayant plus de soldats, elle garnit les créneaux de mannequins habillés en hommes d’armes et, faisant elle-même sans se lasser le tour des murailles, ne cessa de décocher des traits sur les assaillants.

Bien plus, à bout de vivres, elle fit manger à un pourceau le peu de blé qui lui restait et jeta la bête du haut des murs. L’ennemi, constatant que la panse de l’animal était pleine de blé, en conclut que la ville était loin d’être affamée, et, découragé, leva le siège.

C’est alors que dame Carcas, désireuse de parlementer, sonna du cor. « Sire, Carcas te sonne », dit-on à Charlemagne. D’où le nom de Carcassonne…

La légende se termine d’heureuse façon: dame Carcas soumit sa ville à l’empereur, devint chrétienne, épousa un gentilhomme franc d’illustre race et demeura maîtresse de la ville, Charlemagne ayant voulu ainsi rendre hommage à sa bravoure.

Source

La Francie

Clovis

La Francie

Alcuin

Alcuin

Alcuin, Anglais de naissance, apprenant avec quel empressement Charles accueillait les savants, s’embarqua et se rendit à la cour de ce prince. Disciple de Bède, Alcuin surpassait de beaucoup les autres savants dans la connaissance des Écritures. Charles, à l’exception du temps où il allait en personne à des guerres importantes, eut constamment et jusqu’à sa mort Alcuin avec lui, se faisait gloire de se dire son disciple, l’appelait son maître et lui donna l’abbaye de Saint-Martin de Tours pour s’y reposer, quand lui-même s’éloignerait, et instruire ceux qui accouraient en foule pour l’entendre.

Source

La Francie