Apprendre le français avec TV5Monde

Apprendre avec Radio France
  • En boucle
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 22/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris.Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans le journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie. Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Et dans l’actualité de ce jeudi, il y a : le G7 de Biarritz. Pendant que les opposants sont réunis en contre-sommet, Emmanuel Macron prépare la réunion des chefs d’états et de gouvernement. SB : Boris Johnson à Paris. Le Premier ministre britannique veut un nouvel accord de Brexit, les discussions continuent, mais les solutions tardent à se matérialiser. GN : Les consultations politiques en Italie après la chute du gouvernement. Elles devaient se terminer ce soir, mais le président Sergio Matarella a décidé qu’elles vont continuer. SB : Des incendies géants en Amazonie. La forêt brûle au Brésil et en Bolivie, qui tente de sauver ce qui peut l’être dans la faune et la flore. ------ SB : Alors que le G7 n’a pas encore commencé ils sont déjà plusieurs milliers depuis mercredi à organiser leur contre G7. GN : Cela se passe à Hendaye, à 30 km au sud de Bayonne. Beaucoup dorment sur place sous des tentes, dans ce qu’ils appellent le « campement », la journée des ateliers et des cycles de réflexions sur l’écologie, l’égalité homme femme ou encore l’immigration sont organisées. Écoutez cette jeune femme qui ne veut pas donner son nom. Elle a 24 ans, vient de Bayonne et a posé deux jours de congés pour venir à ce contre G7. [Transcription manquante] GN : Propos recueillis par Pierre Olivier. Avant de recevoir les chefs d’état et de gouvernement, le président français accueille les représentants de la société civile demain pour recueillir leurs recommandations avant e sommet. Il accueillera aussi le ministre iranien des Affaires étrangères. L’Iran devrait figurer en bonne place des discussions en pleines tensions dans la région du Golfe.  SB : La suite de la tournée européenne de Boris Johnson. GN : Après Berlin hier, le Premier ministre britannique était à Paris aujourd’hui. Il a déjeuné avec Emmanuel Macron. Boris Johnson veut des aménagements avant le Brexit prévus le 31 octobre. Les deux ont convenu de continuer à discuter. Hier, la Chancelière allemande Angela Merkel indiquait qu’un accord était toujours possible. SB : Le Premier ministre indien Narendra Modi est lui aussi en France. GN : Il rencontre le Président français ce soir et doit participer au sommet du G7 de Biarritz. L’occasion pour Emmanuel Macron d’évoquer la question du Cachemire, région séparatiste à majorité musulmane. Le 5 août dernier, New Delhi a unilatéralement révoqué l’autonomie du Cachemire et imposé un couvre-feu inédit. Depuis plus de deux semaines, la population reste partiellement coupée du monde- les téléphones mobiles et l’internet sont coupés et les déplacements restreints par des barrages militaires. Surtout, les autorités ont arrêté plus de 4000 personnes, politiciens de tous bords ou militants des droits de l’homme. Notre correspondant en Inde a réussi à rencontrer l’une des dernières politiciennes cachemiriennes encore en liberté. Pour elle, cette répression inédite ressemble à la colonisation israélienne en Palestine. Sébastien Farcis. Shehla Rashid est horrifiée et inquiète : elle vit à New Delhi et rassemble les histoires de violences, tortures et arrestations arbitraires qui se déroulent au cachemire. Des récits rapportés par ceux qui en reviennent, vu que toutes les communications avec la région sont coupées. Le président de son parti du Mouvement pour le peuple du Cachemire a également été arrêté, sans raison officielle. Et personne ne sait où il est. Selon la loi indienne, les autorités doivent présenter un détenu à un juge dans les 24h qui suivent son arrestation. Le juge décide alors d’autoriser ou non son maintien en détention. Or les tribunaux sont fermés. Cela veut dire que toutes les arrestations sont illégales. Le gouvernement agit donc comme un Gang de kidnappeurs. Et si quelqu’un disparaît, il peut nier qu’il l’avait arrêté. Shehla Rashid considère que cette répression inédite des droits fondamentaux des Cachemiriens ressemble terriblement à ce que le gouvernement israélien fait subir aux Palestiniens. Comme les Israéliens, ce gouvernement perçoit le Cachemire comme une terre sacrée qui doit être reconquise aux musulmans. Et pour cela, ils n’ont aucune considération pour le peuple du cachemire ou son identité. Sur le terrain, ils utilisent d’ailleurs de la technologie militaire israélienne. Shehla Rashid vient de déposer un recours devant la Cour suprême pour annuler l’abrogation de l’autonomie du Cachemire. SB : La situation politique en Italie. GN : le président Sergio Materellava prolonger les consultations pour tenter de former une coalition et un gouvernement. C’est ce qu’il a décidé après deux jours de rendez-vous avec les différents partis politiques. L’Italie vit une crise politique depuis que la coalition entre le mouvement antisystème 5 étoiles et la ligue d’extrême droite a explosé à l’initiative de Matteo Salvini, patron de la Ligue. SB : La crise entre le Japon et la Corée du Sud. GN : Séoul annonce la fin d’un accord de partage de renseignements militaires existant avec Tokyo, sur fond de tensions diplomatiques et commerciales entre les deux alliés des États-Unis dans la région. Les États-Unis disent regretter cette décision. SB : La forêt amazonienne brûle. GN : C’est le cas au Brésil, mais aussi en Bolivie, où ces dernières semaines quasiment un demi-million d’hectares a disparu. Une perte inestimable pour la faune et la flore exceptionnelle du pays, qui lutte pour maîtriser les flammes. Correspondance à La Paz d’Alice Campaignolle. Ce sont 3 foyers d’incendie qui se sont ravivés ces dernières heures dans l’extrême est du pays, à la frontière avec le Paraguay. Alors que le Président Evo Morales avait affirmé, il y a quelques jours, que les feux étaient maîtrisés, les vents violents de la saison ont fait repartir les flammes. Si des centaines de militaires et de volontaires sont sur place pour aider à éteindre les incendies, ce n’est pas suffisant et le gouvernement, après avoir créé un cabinet d’urgence environnemental, a annoncé l’arrivée d’un Boeing 747 super tanker qui pourra, peut-être, gérer la catastrophe depuis le ciel. Pour le moment ce sont 500 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée, l’équivalent de deux fois l’île de Réunion. Ces feux sont dus à ce que l’on appelle ici le chaqueo, la culture sur brûlis, utilisée pour nettoyer et fertiliser des terrains destinés à l’agriculture et l’élevage. Une technique très controversée et peu contrôlable, mais qui ne semble pas être condamnée par le président Evo Morales, qui a affirmé « mais si nous ne brûlons pas, comment allons-nous cultiver ? » Alice Campaignolle, La Paz, RFI. SB : Les microplastiques dans l’eau potable n’entraînent pas de risque pour la santé. GN : C’est l’organisation mondiale pour la santé, l’OMS, qui se vaut rassurante. Dans un rapport publié aujourd’hui, l’agence onusienne présente la synthèse de dernières connaissances sur les microplastiques, c’est-à-dire les particules de plastique dont la taille est inférieure à 5 mm, dans l’eau du robinet et l’eau en bouteille, Christine Siebert. Est-ce dangereux de boire du plastique ? Les chercheurs ont surtout analysé trois aspects : le risque d’ingérer ces petites particules de plastique présentes dans l’eau, les risques chimiques ou encore les risques liés à la présence de bactéries. Et d’après le rapport de l’OMS, l’ensemble des risques est faible. Concernant l’ingestion : en principe les microplastique relativement « grands »... plus d’un dixième de millimètre - ne sont pas absorbé par l’organisme humain. Les particules plus petites risquent, en revanche, d’être absorbées. Mais les données scientifiques concernant ce sujet sont encore très limitées. Et cela vaut également pour les autres aspects de l’étude - le risque chimique et la présence des bactéries. Le principal enseignement paraît donc être l’urgence de mener des évaluations plus approfondies... et en attendant de ralentir la production et le rejet du plastique afin de préserver les écosystèmes aquatiques. Il faut aussi mieux traiter les eaux usées, disent les experts. Cela permettrait de retirer une grande partie des microplastiques. Mais la grande majorité de la population mondiale ne dispose pas de système adapté pour traiter efficacement les eaux usées. Un classement sans suite. C’est le résultat de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts autour du secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler. L’enquête avait été ouverte le 4 juin 2018 après « la publication de plusieurs articles de presse » sur un éventuel conflit d’intérêts entre les anciens postes du bras droit d’Emmanuel Macron dans la haute fonction publique et ses liens familiaux avec l’armateur MSC, gros client du chantier naval STX rebaptisé depuis chantiers de l’atlantique. 
  • Course à l'échalote
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.   Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 21/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenu pour ce Journal en Français facile, avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sophie. Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Et dans l’actualité de ce mercredi, il y a : la situation des migrants de l’Open Arms. Après leur débarquement en Italie hier soir, ils attendent de savoir quels pays européens vont les accueillir. SB : La tournée européenne de Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a passé la journée à Paris et Berlin pour tenter d’obtenir des concessions en vue du Brexit. GN : Du riz chinois en Corée du Nord contre les difficultés alimentaires. Le pouvoir de Pyongyang l’accepte alors qu’il refuse l’aide de la Corée du Sud. SB : Et puis la préparation du sommet du G7 à Biarritz, dans le sud-ouest de la France. Le contre sommet a débuté à quelques kilomètres de là, en Espagne.  ------ SB : La situation des migrants en Méditerranée. GN : Après leur débarquement la nuit dernière à Lampedusa après 19 jours d’attente les passagers du navire Open Arms attendent de connaître leur sort. Ils ont passé leur première nuit au centre d’accueil temporaire. Envoyée spéciale à Lampedusa, Juliette Gheerbrandt. [Transcription manquante] GN : C’est désormais un autre bateau, l’Ocean Viking qui attend la désignation d’un port pour débarquer les 356 personnes recueillies à son bord. SB : Le scénario central est celui d’un Brexit sans accord. GN : c’est ce que fait savoir l’Élysée après la visite du Premier ministre britannique Boris Johnson au président français. Le Brexit est programmé le 31 octobre, dans un peu plus de deux mois. Le chef du gouvernement du royaume uni qui s’est aussi rendu à Berlin cherche à obtenir des concessions des Européens qui refusent de renégocier l’accord de sortie du Royaume uni de l’Union européenne. SB : Direction la péninsule coréenne. GN : La Corée du Nord a accepté l’envoi de 800 000 tonnes de riz offert par la Chine, affirme un journal japonais. Une assistance humanitaire qui survient alors que 40 % de la population nord-coréenne affronte de graves pénuries alimentaires, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU. Mais derrière cette main tendue par « le grand frère » chinois à son allié nord-coréen, il y a des arrières-pensées politiques. Les explications à Séoul de Frédéric Ojardias. C’est lors de sa visite d’État à Pyongyang en juin que le président chinois a promis au dirigeant nord-coréen cette assistance alimentaire, affirme le quotidien japonais Asahi Shimbun : près d’un million de tonnes de nourriture, dont 800 000 tonnes de riz, que Pékin s’apprêterait à envoyer par bateau. C’est énorme : cela représente 20 % de la production agricole annuelle totale de la Corée du Nord, évaluée à 4,9 millions de tonnes par le Programme Alimentaire Mondial. Toujours selon le journal, Pékin chercherait aussi à envoyer des millions de touristes chez son allié nord-coréen... Le tourisme rapporte en effet beaucoup de devises, et n’est pas frappé par les sanctions de l’ONU. Les importations de nourriture sont aussi exemptes de sanctions. La Chine continue ainsi d’exercer une influence économique majeure en Corée du Nord : elle s’impose plus que jamais comme un partenaire indispensable à la survie du régime nord-coréen. Tandis que la Corée du Sud se voit elle mise à l’écart, malgré tous ses efforts : Pyongyang refuse ainsi les 50 000 tonnes de riz que lui propose Séoul depuis des mois. Frédéric Ojardias, Séoul, RFI. SB : Le ton monte entre les États-Unis et le Danemark. GN : Un ton méchant même selon Donald Trump de la part de la Première ministre danoise Mette Fredericksen. Le président américain a reporté une visite prévue à Copenhague devant le refus ferme du Danemark de discuter de la vente du Groenland aux États-Unis comme l’avait évoqué le président américain. SB : Le contre-sommet du G7 a débuté aujourd’hui. GN : Quelque 200 personnes et des dizaines d’organisations ont assisté au coup d’envoi de ce rassemblement, pour trois jours d’échanges et de débats. Cela se passe à quelques kilomètres de Biarritz, dans le sud-ouest de la France qui accueillera ce week-end le sommet officiel des chefs d’états et de gouvernement des 7 pays les plus riches de la planète. Cela se passe plus précisément dans la ville d’Irún, en Espagne. Les autorités espagnoles et basques s’organisent aussi pour limiter les dégâts. Inquiétude première : la circulation, mais aussi la sécurité. Madrid, François Mussau. Le Pays basque espagnol prend très au sérieux le sommet du G7, et notamment les quelque 80 organisations et associations qui participent au contre-sommet, très remonté contre les traités commerciaux en discussion entre l’Europe et les États-Unis ou le Canada. Côté sécurité, l’exécutif basque espagnol, dont la capitale se trouve à Vitoria, a mobilisé 4000 agents de Ertzantza, c’est le nom donné à la police autonome, repérables à leur uniforme rouge et noir. Deux tanks anti émeutes, qui n’ont pas été utilisées depuis longtemps, ont été sortis du garage en cas de débordements et de violence avec les quelque 8000 altermondialistes. Pour l’heure, c’est surtout la circulation qui préoccupe les autorités locales. Nous sommes en effet en pleine « Opération Retour des vacances », et à la frontière il n’est pas rare que se forment des files d’attente de 13 a 14 kilomètres. La ministre de l’intérieur basque, Estefania Beltran de Heredia, a recommandé d’éviter d’ici la fin du week-end le péage à Biriatou, et si possible de ne pas circuler par Irún et Hendaye. La même ministre régionale a précisé qu’en cas de circulation trop intense, elle n’écarte pas la possibilité de fermer la frontière à Irún. GN : Sachez aussi que la France qui accueille l’événement dit prendre acte du souhait américain, qui organise le sommet l’an prochain, de réintégrer la Russie. Le pays est exclu du G7 depuis l’annexion de la Crimée en 2014. SB : La suggestion de sortie cinéma du jour : Late night, une comédie de Nicha Ganatra avec l’actrice britannique Emma Thomson. GN : C’est un film qui explore l’univers impitoyable de la télévision américaine, et de cette particularité outre-Atlantique : les late shows, ces émissions télévisées mêlant humour et interviews et diffusées en troisième partie de soirée, soit généralement après 23 heures 30, après le journal de la nuit. Des émissions massivement présentées par des hommes. Dans Late night pourtant, c’est une femme puissante qui en présente une, mais risque de se voir remplacée par un jeune comique. Sophie Torlotin. Il n’y a pas plus sinistre ou désagréable dans la vie qu’un humoriste, dit-on. Katherine Neuwbury, la célèbre animatrice de Late night, une émission de télévision comique diffusée le soir, ne fait que confirmer l’adage... La présentatrice sexagénaire à l’allure martiale vire un collaborateur en 5 min, ne connaît pas les prénoms de ses auteurs et leur attribue des numéros, et fait montre d’un ego surdimensionné. Jusqu’au jour où, menacée d’être remplacée à son tour, elle ouvre son équipe d’auteurs à Molly, jeune femme gironde d’origine indienne et sans aucune expérience Mindy Kaling, qui joue Molly et a écrit le scénario de Late Night, parle d’or. Elle s’est inspirée de sa propre expérience de pionnière : première femme de couleur à écrire pour la sitcom à succès The Office, puis à créer son propre spectacle The Mindy Project. En choisissant pour personnage principal une femme vieillissante dans un univers du divertissement télévisé dominé par des hommes blancs, elle dénonce avec intelligence la discrimination sexuelle et raciale qui y règne. Late night comporte bien une dimension féministe et inclusive. C’est surtout une bonne comédie reposant sur un tandem réussit, la présentatrice acariâtre étant incarnée par la magnétique Emma Thomson. SB : Le footballeur Franck Ribéry à la Fiorentina. GN : À 36 ans et après la fin de son contrat et 12 saisons avec son club du Bayern de Munich en Allemagne, l’international français avait annoncé qu’il se sentait prêt pour un autre challenge plutôt que pour la retraite ou un exil doré. Ce sera donc en Italie dans le club de Florence avec lequel il a signé pour deux ans. 
  • Un bruit dans la nuit
    Un exercice pour comprendre la première scène de la pièce de théâtre « Styx 2.0 ». Cette pièce fait partie de la collection « 10 sur 10 » : des textes de théâtre écrits spécialement pour les apprenants de français.
  • Le naufragé
    Un exercice pour comprendre la première scène de la pièce « L’île des enfants rois » avec de nombreux personnages et une histoire originale. Cette pièce fait partie de la collection « 10 sur 10 » : des textes de théâtre écrits spécialement pour les apprenants de français.
  • Journal en français facile 20/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile avec ce soir Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin. Zéphyrin Kouadio : Bonsoir. GN : Et dans l’actualité de ce mardi, il y a : le débarquement des migrants en Italie. C’est la justice italienne qui l’ordonne devant la situation de la centaine de migrants à bord depuis 19 jours. ZK : L’Italie confrontée à la crise gouvernementale. Le chef du gouvernement Giuseppe Conte annonce sa démission en pointant du doigt Matteo Salvini. GN : La Chine dans le viseur de Twitter et Facebook. Les réseaux sociaux soupçonnent le régime chinois de les avoir utilisés contre le mouvement pro-démocratie de Hong Kong. ZK : Et puis une polémique en Israël. L’état hébreu encourage les habitants de Gaza à émigrer, ce qui n’est pas du goût des Arabes israéliens. ----- ZK : Les migrants du navire Open Arms vont débarquer en Sicile. GN : C’est la justice italienne qui l’ordonne. Le procureur d’Agrigente a pris cette décision après une visite à bord du bateau qui attendait devant le port de l’île de Lampedusa depuis 19 jours avec une centaine de migrants à son bord. Compte tenu de la situation à bord, il a été de placer le navire sous séquestre et de débarquer tout le monde. Un peu plus tôt, dans un geste désespéré, une quinzaine de la centaine de migrants recueillis se sont jetés à l’eau pour tenter de rejoindre l’île à la nage. Ils ont été secourus par les garde-côte italiens et amenés sur l’île. L’Espagne, le Pays de l’ONG Proactiva Open Arms qui affrète le bateau a décidé d’envoyer un navire militaire pour prendre en charge les migrants. ZK : Et pendant ce temps, l’Italie se débat dans la crise gouvernementale déclenchée par Matteo Salvini. GN : Le patron de la ligue d’extrême droite a mis fin à la coalition formée avec le mouvement antisystème 5 étoiles. Cet après-midi au parlement, le Premier ministre Giuseppe Conte a tiré à boulets rouges sur le ministre d’intérieur Matteo Salvini, l’accusant de ne voir que son intérêt personnel. Giuseppe Conte a aussi annoncé sa démission, démission acceptée ce soir par le président italien Sergio Materella qui entamera des consultations dès demain. Giuseppe Conte se dit par ailleurs inquiet pour l’adoption dans les temps du budget 2020. La ligue et le mouvement 5 étoiles avaient promis de relancer l’économie, mais le bilan est décevant. Altin Lazaj. La troisième économie de la zone euro tourne au ralenti. La croissance de son PIB a été nulle sur les six premiers mois de l’année. Certains experts anticipent même une récession pour l’ensemble de l’année. Le chômage qui avoisine les 10 % de la population active devrait donc augmenter. L’Italie affiche par ailleurs une dette colossale, 134 % de son PIB. Et quand le pays veut emprunter sur le marché obligataire, il paye en intérêt plus cher que ses voisins. En Plus, sur le plan économique, les deux formations ne s’entendent pas. La ligue 5 étoiles a réussi à mettre en place sa promesse phare ; le revenu de citoyenneté pour les plus défavorisés. Mais Matteo Salvini a d’ores et déjà annoncé son intention de la remettre en cause s’il remporte les prochaines élections. Autre dossier où les deux partenaires de la coalition se sont affrontés. Le Chantier de la liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin. Un projet de 26 milliards d’euros. Si le mouvement 5 étoiles estime que c’est du gaspillage de l’argent public, la ligue le juge vital pour l’économie. C’est d’ailleurs ce dossier qui a fait voler en éclat la coalition. GN : Le chef du gouvernement a donc pointé du doigt Matteo Salvini. Je vous propose de l’écouter. « Aujourd’hui je dois admettre que la décision de la Ligue de présenter aussi rapidement à l’agenda une motion de défiance, ajouté à cela les déclarations sans ambiguïté et les comportements de ces derniers jours et dernières semaines, me poussent à interrompre cette expérience gouvernementale. Ces raisons m’amènent à qualifier d’extrêmement irresponsable la décision de déclencher cette crise gouvernementale. Aussi, permettez-moi de vous dire que le ministre de l’Intérieur a montré qu’il poursuivait ses propres intérêts et ceux de son parti. » ZK : Deux jours après la gigantesque manifestation de ce dimanche, Carrie Lam, la cheffe de l’exécutif hongkongais, s’est exprimée ce mardi. GN : Elle a annoncé la création d’une mission d’information sur les moyens de résoudre la crise. Carrie Lam a aussi indiqué que c’est toujours la police des polices qui enquêterait sur les plaintes pour violences policières, mais qu’elle demanderait l’aide d’experts étrangers. Bref, de timides pas en avant, mais toujours un refus des demandes des manifestants comme l’abandon du projet de loi d’extradition vers la Chine continentale. ZK : Pékin dans le collimateur de Twitter et de Facebook. GN : Les deux réseaux sociaux censurés en chine continentale mettent en cause directement le gouvernement chinois dans une campagne de désinformation contre les manifestants hongkongais, et cela via un millier de « faux comptes » Twitter et de « fausses pages » Facebook. Ces « faux comptes » aujourd’hui fermés ne sont que la partie immergée de l’iceberg d’un vaste système de propagande ayant recours à des relais anonymes sur les réseaux sociaux. À Pékin, Stéphane Lagarde. En Chine, on les appelle encore les « wu mao dang », littéralement « le parti des 50 centimes de yuans », soit le prix payé autrefois pour poster un commentaire favorable au gouvernement ou pour relayer les messages de la propagande. Ces soldats du net travaillant pour la plupart sous pseudo posteraient plus de 480 millions de messages par an selon une enquête de l’université de Harvard publiée en 2016. Pour diffuser ces mêmes messages à l’étranger, la propagande chinoise a besoin de passer par des réseaux sociaux censurés en chine continentale confie la journaliste Gao Yu. « J’estime qu’il existe plusieurs centaines de milliers de “wu mao” aujourd’hui en Chine. Sur Twitter, on trouve deux sortes de faux comptes chinois. Une partie est chargée d’attaquer les opposants, parfois en les insultant. L’autre groupe, ce sont des gens qui ont reçu une formation. Parmi eux, de nombreux policiers de l’internet qui propagent des fake news. La propagande chinoise est aujourd’hui aussi puissante que pendant la révolution cultuelle. » Des agents entraînés pouvant s’exprimer en anglais. La direction de Twitter affirme avoir identifié « de large ensemble de comptes agissant de façon coordonnée de manière à amplifier leurs messages sur les manifestations de Hong Kong ». La compagnie californienne souligne également qu’elle dispose « de preuves fiables » permettant d’affirmer « qu’il s’agit “d’une opération appuyée par l’état chinois”. Bon nombre de ces comptes ont pu accéder a twitter depuis la Chine via des VPN, des tunnels virtuels permettant de contourner la censure, quand d’autres venaient d’adresses IP spécifiquement non bloquées en République Populaire de Chine. ZK : La situation économique mondiale. GN : Elle inquiète un peu partout en ces temps de tensions commerciales. Aux États-Unis, Donald Trump dit que son pays est très loin d’une éventuelle récession, mais il admet tout de même que des baisses d’impôts sont envisagées pour soutenir l’activité.  ZK : Une polémique en Israël. GN : Un député arabe israélien s’élève contre la politique d’émigration des Palestiniens de Gaza. Une politique encouragée par le gouvernement de Benjamin Netanyahou, qui s’efforcerait de trouver des pays d’accueil aux habitants du territoire palestinien. Jérusalem, Michel Paul. [Transcription manquante] ZK : 24 morts, 7 blessés et 5 disparus. GN : C’est l’attaque la plus meurtrière subie par l’armée burkinabè depuis le début de sa confrontation avec des groupes djihadistes. C’est le détachement militaire de Koutougou dans la province du Soum qui a été visé hier. Selon une source sécuritaire, ce sont plusieurs dizaines d’assaillants à moto et en Pick-up qui ont assailli le camp. L’opposition politique demande la démission du gouvernement. Les grands moyens pour assurer la sécurité du sommet du G7. 13 200 policiers et gendarmes seront mobilisés ce week-end pour la réunion des chefs d’état et de gouvernement qui va se dérouler à Biarritz, dans le sud-ouest de la France.
  • Pieds dans le tapis
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.   Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 19/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonjour ou bonsoir à toutes et à tous et bienvenu dans votre Journal en français facile. Avec ce soir Zéphyrin Kouadio. Bonsoir Zéphyrin. Zéphyrin Kouadio : Bonsoir. GN : Dans l’actualité de ce lundi, il y a : le sort des migrants de l’Open Arms. Après 18 jours sur le bateau, l’Italie refuse d’ouvrir ses ports. L’Espagne propose les Baléares à 1000 kilomètres de là. ZK : La situation à Hong Kong. Au lendemain d’une nouvelle manifestation géante. Les pro-démocratie estiment que leur mobilisation a réussi, sans violence.  GN : La guerre en Syrie. Les troupes du régime de Bachar El Assad ont réussi à rentrer dans une ville jusque-là tenue par les rebelles jihadistes. ZK : Une pénurie de farine de maïs en Équateur. Le pays doit en importer depuis l’arrivée massive de migrants en provenance du Venezuela. ------ ZK : La situation des migrants en Méditerranée. GN : L’organisation non gouvernementale espagnole Proactiva Open Arms juge incompréhensible et inconcevable l’offre de débarquer aux Baléares, c’est à dire des Îles espagnoles. Ces îles se situent à 1000 kilomètres des côtes italiennes, près desquelles le bateau Open Arms attend depuis 18 jours de pouvoir débarquer plus d’une centaine de migrants recueillis en mer. L’Italie, sous l’impulsion du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, refuse toujours l’accès au navire. Notre envoyée spéciale à Lampedusa a pu rencontrer la responsable d’une ONG qui s’est rendue à bord. La situation est très difficile. Juliette Gheerbrandt. [Transcription manquante] ZK : Vladimir Poutine au fort de Brégançon. GN : Le président russe est reçu par Emmanuel Macron sur son lieu de villégiature avant le week-end prochain et le sommet du G7 à Biarritz dont la Russie est exclue depuis l’annexion de la Crimée. C’est donc une façon d’entretenir des rapports avec la Russie. C’est que les sujets de discussion et même de francs désaccords ne manquent pas, de la Syrie à L’Ukraine, mais le lien entre les deux hommes n’a jamais été rompu. Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont exprimés devant la presse avant leur réunion. ZK : Dans la région syrienne d’Idlib, la tension se concentre aujourd’hui encore autour de la ville de Khan Cheikhoun. GN : Après d’intenses combats, les forces du régime de Bachar al Assad sont entrées dans cette zone défendue par des groupes jihadistes et rebelles soutenus par Ankara. Damas dénonce justement aujourd’hui l’envoi de convois militaires turcs en direction du sud d’Idlib. Khan Cheikhoun est une ville clef dans la reconquête du dernier bastion jihadiste par le régime syrien nous explique David Rigoulet-Roze, enseignant chercheur à l’IFAS Institut français d’analyse stratégique. [Transcription manquante] GN : David Rigoulet-Roze, enseignant chercheur à l’IFAS Institut français d’analyse stratégique joint par Oriane Verdier. ZK : Le début du procès de l’ancien président soudanais Omar el Bechir. GN : C’était aujourd’hui à Khartoum. L’ancien homme fort du pays pendant 3 décennies est jugé pour corruption. Parallèlement, la désignation attendue dimanche du Conseil souverain censé piloter la transition entre pouvoir militaire et civil a été retardée, l’une des cinq personnes choisies par le mouvement de contestation ayant décliné l’offre. La composition complète est désormais prévue ce lundi. ZK : Retour à la normale à Hong Kong après la journée de très forte mobilisation hier. GN : Les grands axes routiers ont été fermés après avoir été investis par des manifestants qui allaient ou revenaient du Parc Victoria, lieu officiel du rassemblement pro-démocratie. La pluie torrentielle n’a pas empêché les manifestants de s’y rendre. 1, 7 millions de personnes auraient participé à la manifestation d’après les organisateurs. 128 000 seulement d’après la police. Mais surtout, aucun incident grave n’est à déplorer. Un succès salué par les Hongkongais ce matin dans les rues. Aabla Jounaïdi. Les véhicules ont repris leur place sur les routes hier inondées de monde. Pour Liz, la marche est un succès : « 1,7 million de personnes malgré la mauvaise pluie, c’était inattendu ! Surtout, les manifestants ont décidé que ce jour, ils voulaient éviter les violences. Jusqu’à la fin, vers 11h du soir, ils ont veillé à ce que tout le monde rentre chez soi. » C’est non loin de là, en effet devant le siège du gouvernement qu’un groupe de radicaux a cherché à affronter la police. Populaire et pacifique, même Cathryn qui ne soutient pas le mouvement à cause des violences salue la manifestation. « Oui c’était bien, ils ont montré qu’ils étaient soudés. C’est un excellent moyen de montrer au gouvernement ce qu’ils veulent. » Charles, qui était au parc Victoria confirme : « Le message qu’il fallait faire passer, c’est que ce mouvement a toujours ses soutiens. Les gens pourraient dire “oh ça fait deux mois que ça dure”. Donc je suis allé avec mes amis pour montrer notre soutien et rappeler au gouvernement nos revendications. » Ce matin, la plupart des journaux de Hong Kong consacrent leur une au rassemblement de dimanche, photos aériennes impressionnantes à l’appui. ZK : 5 ans après, l’épilogue de l’une des affaires qui avaient lancé le mouvement Black Lives Matter aux États-Unis. GN : Le policier accusé d’avoir tué un homme noir par asphyxie a été renvoyé de la police de New York. Le 17 juillet 2014, Eric Garner, 43 ans, avait été violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnaient de vendre illégalement des cigarettes. ZK : Une pénurie inattendue en Équateur. GN : Produit Intérieur Brut, indice des prix à la consommation, taux de chômage, taux d’intérêt directeurs, balance des paiements… les économistes ne manquent pas d’indicateurs pour leurs analyses. Au Pérou, voilà que vient de s’ajouter à cette liste non exhaustive la… farine de maïs. Cet indicateur semble à première vue peu orthodoxe et même un peu rustique. Il est pourtant très pertinent pour mesurer l’impact de l’immigration vénézuélienne. Les explications de notre correspondant dans la région, Eric Samson. Quand Christophe Colomb a touché terre en 1492 dans les Caraïbes, on sait que les indigènes lui ont offert une arepa. C’est dire si cette galette de maïs servie grillée, frite ou cuite au four fait partie non seulement de la gastronomie, mais de l’histoire latino-américaine. Les archéologues ont d’ailleurs découvert des traces de la culture du maïs datant de 3000 ans. Les peuples précolombiens pilaient le, mais jusqu’à le réduire en bouillie, ensuite façonnée en boules cuites sur une planche en argile, l’aripo, qui a peut-être donné son nom à l’arépa. Si en France, il faut qu’on nous serve notre « pain quotidien », en Colombie et au Vénézuéla, c’est plutôt l’arépa. Et visiblement, les migrants vénézuéliens n’ont pas l’intention de changer de menu. Les importations de farine de maïs du Pérou ont augmenté de 345 % durant le premier semestre 2019 par rapport à l’année précédente. Jusqu’alors, le pays en produisait suffisamment pour sa consommation interne. Mais c’était avant l’arrivée de 860 000 migrants vénézuéliens, selon les derniers chiffres officiels. 6295 tonnes de farine de maïs ont été importées de janvier à juillet pour un total de 6 millions d’euros. Ces importations proviennent des États-Unis, du Mexique, du Costa Rica et surtout de Colombie, mais pas du Vénézuéla. Une preuve de plus de la situation catastrophique de l’agriculture vénézuélienne. Une raison de plus qui fait de la farine de maïs un indicateur économique pas plus bête que les autres. GN : La contestation s’organise avant le G7 de Biarritz dans le sud-ouest de la France. Le contre-sommet est prévu à Irún, côté espagnol de la frontière. Anticapitalistes, défenseurs de la planète, altermondialistes et autres opposants ont commencé lundi à se rassembler dans leur quartier général d’Urrugne, en France.
  • Calife à la place du Calife
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.La transcription de cette édition des Mots de l’actualité n’est pas disponible.   Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 18/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionLoïc Bussières : 22h à Paris, 20h en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour le Journal en français facile. Sébastien Duhamel est à mes côtés pour vous présenter cette édition. Bonsoir. Sébastien Duhamel : Bonsoir. LB : À la une ce soir : une marée humaine dans les rues de Hong Kong. Nouvelle manifestation du camp pro démocratie, plus d’un million et demi de personnes étaient rassemblés. SD : L’équipage de l’Open Arms refuse de se rendre dans le port espagnol d’Algeciras. La situation d’urgence à bord du navire, toujours stationné au large de Lampedusa ne permet pas une longue traversée de la Méditerranée. LB : Et puis la mort du randonneur français porté disparut en Italie. Simon Gautier n’avait plus donné de nouvelles depuis 10 jours, son corps vient d’être retrouvé par les équipes de secours.  ------ SD : 1 million 700 000 personnes dans les rues de Hong Kong ce dimanche pour une nouvelle manifestation des pro-démocratie. LB : C’est en tous cas le chiffre fourni par les organisateurs. Difficile de dire avec précision combien ils étaient à braver la police et la pluie. Ce qui est sûr c’est que le parc Victoria, d’où est partie la manifestation, a été rapidement saturé et qu’une vaste foule a pris dans le calme la direction du centre financier de la ville, vers l’ouest. Envoyée spéciale à Hong Kong, Aabla Jounaïdi. [Transcription manquante] SD : Au Cachemire indien, plusieurs milliers de personnes ont été emprisonnées depuis la révocation par New Delhi de l’autonomie du territoire. LB : Soit depuis le 5 août dernier. L’AFP, qui cite des sources gouvernementales, avance le chiffre de 4000 personnes interpellations, au moins en raison de crainte de manifestations. Des interpellations permises par la loi sur la sécurité publique qui permet aux autorités d’emprisonner une personne jusqu’à deux ans sans accusation ni procès. SD : En Afghanistan, au moins 63 personnes ont péri dans une attaque kamikaze hier, à Kaboul. LB : Un attentat revendiqué par le groupe État islamique, plus de 180 personnes ont également été blessées. L’explosion s’est produite lors des festivités autour d’un mariage à Kaboul avec en arrière-plan les discussions entre talibans et États-Unis qui tentent de négocier un accord de paix prévoyant un retrait des forces américaines.  SD : Au Proche Orient, trois Palestiniens ont été tués ce dimanche par l’armée israélienne dans la Bande de Gaza. LB : L’accrochage a eu lieu après plusieurs tirs de roquettes en provenance de l’enclave palestinienne. Un enchaînement de violence qui - à Gaza - porte toujours le risque de l’escalade. Nicolas Falez. Dans la nuit de vendredi à samedi, une roquette a été tirée de la Bande de Gaza, pas de dégât, mais aucun tir n’avait été signalé depuis plus d’un mois. La nuit dernière, trois nouvelles roquettes, dont une ayant occasionné des dégâts mineurs sur une localité israélienne et dans la foulée, l’armée de l’état hébreu dit avoir fait feu sur des suspects armés qui s’approchaient de la barrière qui entoure la Bande de Gaza. Leur décès a été confirmé par les services hospitaliers de l’enclave palestinienne. Les tirs de roquettes n’ont pas été revendiqués, mais les ingrédients de ce regain de tension ont connu : entre perpétuation du blocus imposé aux quelques deux millions d’habitants du territoire et stratégies fluctuantes des différents groupes armés de Gaza. À cela s’ajoute la perspective des élections législatives du 17 septembre prochain en Israël. Autant d’éléments qui peuvent nourrir une dangereuse surenchère... SD : Cette information, de notre correspondante à Rome, le randonneur français qui était porté disparu depuis 10 jours a été retrouvé mort dans le sud de l’Italie. LB : Information confirmée par les médias italiens. Le corps de Simon Gautier a été retrouvé sans vie par les équipes de recherches. Le jeune homme de 27 ans était parti en solitaire de Policastro Bussentino à Naples. Le 9 août dernier, il avait appelé les secours avec son téléphone portable déclarant être tombé d’une falaise et s’être cassé les deux jambes, sans pouvoir dire avec précision où il se trouvait.  SD : 22h à Lampedusa, et l’on en vient au dossier de l’Open Arms. Le navire humanitaire qui ne se rendra pas en Espagne malgré la proposition de Madrid de l’accueillir dans le port d’Algesiras. LB : « La situation d’urgence à bord ne permet pas d’entreprendre une longue traversée de la Méditerranée », explique le porte-parole de l’ONG Proactiva. L’Open Arms est toujours bloqué au large de Lampedusa avec à son bord une centaine de migrants. L’Italie refuse de lui offrir un port d’accueil. Dans le même temps, un autre bateau, l’Ocean Viking, qui a secouru 356 migrants, navigue actuellement dans les eaux internationales faute d’autorisation d’entrer dans les eaux italiennes ou maltaises. Cela dit, la situation des navires humanitaires est en fait l’arbre qui cache la forêt : puisque la majorité des migrants qui arrivent sur les côtes italiennes ne sont pas aidés par les ONG. Carlotta Morteo. Hier soir encore, 57 migrants, en majorité des Tunisiens, ont été repérés grâce à leurs lampes torches par les Douanes maritimes italiennes. Ils étaient à 18 kilomètres de Lampedusa à bord d’un gros pneumatique, et ont été pris en charge par les autorités, qui les ont donc immédiatement accompagnés dans ce même port de Lampedusa qui reste pourtant fermé à l’Open Arms, et à tout autre navire humanitaire. Donc il faut bien comprendre qu’aujourd’hui ce sont exclusivement les ONG qui ont interdiction d’accoster en Italie, parce que Matteo Salvini les accuse de créer un appel d’air en allant chercher les migrants dans les eaux internationales et les compare donc à des passeurs. Par contre, les migrants qui réussissent à rejoindre les eaux territoriales italiennes par leurs propres moyens, souvent au péril de leur vie (je rappelle que 2260 personnes sont mortes en tentant la traversée cette année) s’ils arrivent à ne pas être interceptés dans les eaux internationales par la patrouille européenne et qui atteignent clandestinement l’Italie, pour EUX, les ports restent ouverts et ils sont systématiquement emmenés dans un hot-spot pour que leur demande d’asile soit étudiée. C’est ce que les Italiens appellent les « débarquements autonomes » ou les « débarquements fantômes » et depuis le début l’année, sur les 4282 migrants débarqués en Italie, 9 sur 10 sont arrivés comme cela, SANS l’aide des ONG. SD : Les images avaient choqué le public, celles d’un reportage montrant des produits neufs détruits, parce qu’invendus. LB : Des produits distribués par Amazon, le géant américain de la vente en ligne, vivement critiqués depuis pour ce mode de fonctionnement. Pour tenter de se racheter une image, le groupe a désormais décidé qu’il donnerait ses invendus plutôt que de les détruire, mais attention cela ne concerne pas encore tous les pays, ni tous les produits ! Pierre Olivier.  En début d’année un reportage de nos confrères de M6 révélait qu’Amazon détruit chaque année 3 millions de produits complètement neufs ! Des chemises, aux téléphones portables en passant par les vélos et les chaussures de sport, des articles systématiquement jetés s’ils n’ont pas été vendus. Suite au succès d’une pétition en ligne, Amazon a décidé de réagir. À compter du 1er septembre prochain, les vendeurs tiers, c’est-à-dire, ceux qui stockent leurs produits dans les entrepôts d’Amazon, pourront choisir, s’ils ne parviennent pas à les vendre, de s’en débarrasser en en faisant don à des organisations caritatives. Et attention, la générosité d’Amazon a des limites puisque le géant américain ne fera pas don de ses produits, mais uniquement de ceux mis en vente par ses vendeurs tiers. Autre point faible de ce programme : il n’entrera pour l’instant en vigueur qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni. En France, la révélation de ces destructions massives avait provoqué la colère de la secrétaire d’État à la transition écologique Brune Poirson. Une loi interdisant ce gâchis devrait voir le jour début 2020.
  • Journal en français facile 17/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionLoïc Bussières : 22h à Paris, 2h de moins en temps universel. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre journal en français facile que je vous présente en compagnie de Sébastien Duhamel. Bonsoir Sébastien. Sébastien Duhamel : Bonsoir.  LB : À la une : la répétition générale à Hong Kong pour les manifestants pro-démocratie. Nouvelle journée de manifestation avant une marche qui pourrait rassembler un million de personnes demain dimanche. SD : Un accord historique au Soudan. Les militaires au pouvoir et les meneurs de la contestation signent un texte qui ouvre la voie à un transfert du pouvoir aux civils. LB : Et puis nous reviendrons sur cette conférence internationale qui s’est ouverte à Genève. Une réunion avec un objectif : mieux protéger les animaux et les végétaux menacés. ------ SD : À Hong Kong, le mouvement pro-démocratie à Hong Kong se prépare à une nouvelle démonstration de force. LB : Des milliers de manifestants s’étaient rassemblés aujourd’hui pour protester contre la politique gouvernementale et les violences policières avant un grand rendez-vous qui devrait être très suivi, de demain dimanche. On parle d’une marche d’au moins un million de personnes comme au plus fort de la mobilisation et ce malgré l’interdiction de manifester. Ecoutez le témoignage de cette jeune manifestante recueilli sur place par notre envoyé spécial Aabla Jounaidi. Avant ces deux mois, je n’étais pas vraiment intéressée par la politique. Mais en deux mois, j’ai beaucoup appris. J’ai vu la force extrême employée par la police. J’ai vu comment le gouvernement ignorait nos demandes. En tant que jeune, je n’ai pas beaucoup d’espoir quant à mon avenir mais je dois me battre pour cet endroit. Je n’ai pas de passeport qui me permet de voyager comme certains de nos dirigeants qui n’ont aucun souci à se faire. Pour sauver mon avenir, ici, je n’ai pas d’autre option que de me battre. SD : Un accord historique au Soudan. Les militaires au pouvoir et les meneurs de la contestation ont signé aujourd’hui un texte qui ouvre la voie à un transfert du pouvoir aux civils. LB : Il prévoit la création d’un Conseil souverain qui va gérer la transition. Sa composition sera annoncée dimanche. Un nouveau Premier ministre sera nommé mardi et la composition de son gouvernement annoncée le 28 août. SD : En Syrie, nouveaux raids de l’aviation russe dans la province d’Idlib. LB : Ils auraient fait 11 victimes parmi les civils selon l’OSDH, l’observatoire syrien des droits de l’Homme. La veille, une quinzaine avaient déjà été tués dans des bombardements de Damas et Moscou notamment sur un camp de déplacés au sud d’Idlib. SD : Au Yémen, le bilan des violents de la semaine dernière est également lourd. Plusieurs dizaines de morts à Aden, la grande ville du sud à l’issue de combats fratricides entre forces loyalistes et forces séparatistes sudistes. LB : Deux blocs qui sont généralement unis dans la lutte contre les rebelles houthis du Yémen. Ces dernières heures à Aden, les séparatistes ont commencé à se retirer des positions conquises sur le camp présidentiel. Nicolas Falez. Les forces séparatistes sudistes se sont retirées du siège du gouvernement, du Conseil Suprême de la Justice, de la Banque centrale ou encore de l’hôpital d’Aden. L’évacuation doit se poursuivre sur d’autres sites, tels que le Ministère de l’Intérieur et la raffinerie. Toutes ces positions avaient été conquises la semaine dernière par le Conseil de Transition du Sud, un mouvement séparatiste qui veut une nouvelle partition du Yémen ce qui ne l’empêche pas depuis plusieurs années de combattre aux côtés des forces loyalistes du Président yéménite Abed Rabbo Mansour Hadi avec pour ennemi commun la rébellion des Houthis du Yémen, qui contrôle de larges territoires, et notamment Sanaa la capitale. Le retrait en cours à Aden est le résultat de l’intervention de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis, principaux belligérants au sein de la coalition régionale qui combat les Houthis, mais avec des alliances différentes : Riyad soutient le camp présidentiel au Yémen, alors que les Emirats sont plus proches des séparatistes sudistes. LB : Toujours concernant le Yémen, un incendie « limité » a été maîtrisé samedi sur une installation gazière dans l’est de l’Arabie saoudite, c’est ce qu’annonce le géant pétrolier saoudien Aramco, après une attaque dans ce secteur revendiquée par les rebelles yéménites Houthis. SD : Dans l’actualité également, la situation au Cachemire et ces échanges de tirs entre l’Inde et le Pakistan de part et d’autre de la frontière. LB : C’est ce que rapporte New Delhi, pas de commentaire pour le moment côté pakistanais. Les autorités indiennes, je le rappelle, ont annoncé il y a une dizaine de jours la révocation de l’autonomie de la région, également revendiquée par le Pakistan. SD : Vingt-sept migrants mineurs non accompagnés ont été autorisés à débarquer de l’Open Arms. LB : Le navire humanitaire espagnol stationne toujours au large de Lampedusa. Hier, le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, s’était opposé à son accostage sur l’Île malgré l’accord européen annoncé la veille pour la prise en charge des migrants. Il a toutefois autorisé aujourd’hui les mineurs à débarquer à la demande du Président du Conseil Giuseppe Conte. SD : On apprend ce soir la disparition de Jacques Diouf. Le diplomate sénégalais avait dirigé l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, pendant 18 ans, de 1993 à 2011. LB : Il s’est éteint ce samedi, à l’âge de 81 ans, à l’hôpital américain de Neuilly, en région parisienne. Depuis la fin de son mandat à la tête de la FAO, il avait été successivement conseiller du président sénégalais Macky Sall, puis du président guinéen Alpha Condé. SD : Un sommet pour mieux protéger les espèces menacées. Aujourd’hui s’est ouvert à Genève, en Suisse, une conférence internationale sur la manière de mieux protéger les animaux et les végétaux menacés. LB : L’une des pistes avancées, c’est de limiter leur commerce. 180 pays participent à cette réunion. Pierre Olivier. En mai dernier l’ONU l’annonçait : 1 million d’espèces sont menacées de disparaître. Un chiffre jusqu’à présent jamais n’atteint qui fait craindre une 6e extinction de masse depuis l’apparition de la vie sur terre. Dans ce contexte tendu, la Convention pour le commerce international des espèces de faunes et de flore sauvages menacées d’extinction, qui se réunit tous les 3 ans, entend mieux encadrer les règles d’achat et de vente de ces espèces. Au total, de l’éléphant d’Afrique aux bois exotiques en passant par la sangsue médicinale, cette convention fixe les règles commerciales de plus de 35 000 espèces, dont 85 % de plantes. C’est elle qui décide du degré de protection à attribuer à chacune d’entre elles, pouvant varier de 1 à 3. À chaque niveau correspondent des règles plus ou moins contraignantes pour en limiter le commerce, la principale menace pour ces espèces sur laquelle l’homme peut agir directement. Pour la première fois, cette année le cas des girafes devrait être particulièrement étudié, puisque leur population a décliné de 40 % en 30 ans. Pas sûr pour autant que la girafe soit inscrite sur l’une des listes de protection, son déclin étant davantage dû à la perte de son habitat qu’au commerce. SD : Une autre disparition dans l’actualité de ce samedi, celle de l’acteur américain Peter Fonda. LB : Il s’est éteint à son domicile de Los Angeles à l’âge de 79 ans. Il restera attaché au film culte Easy Rider qu’il avait coécrit avec Terry Southern et Dennis Hopper. José Marinho. [Transcription manquante]
  • Journal en français facile 16/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionFrançois Bernard : Merci d’écouter Radio France Internationale en direct de Paris où il est maintenant 22 heures. Bonsoir et bienvenue si vous nous rejoignez pour votre journal en français facile que je vous présente en compagnie de Sébastien Duhamel. Bonsoir Sébastien. Sébastien Duhamel : Bonsoir à tous.  FB : À la une de l’actualité de ce vendredi 16 août. Confrontation entre manifestants et forces de l’ordre au Cachemire indien. La situation dans la région a été étudiée aujourd’hui. On en parle avec Juliette Gheerbrant dans quelques secondes. SD : Hong Kong se prépare à un nouveau week-end de manifestations malgré plusieurs avertissements de Pékin. FB : Aux États-Unis, une cour une cour de justice demande à l’administration Trump un meilleur traitement des jeunes migrants. SD : La Norvège annonce hier le blocage des subventions au Brésil, pour la protection de la forêt amazonienne. ------ FB : Au Cachemire indien des affrontements ont opposé quelques centaines de manifestants aux forces de l’ordre dans la capitale Srinagar. SD : La région est soumise à un couvre-feu depuis que New Delhi a annulé l’autonomie de ce territoire revendiqué par le Pakistan. C’était il y a 12 jours. FB : Depuis, le ton ne cesse de monter entre l’Inde et le Pakistan, et le conseil de sécurité de l’ONU vient de se réunir à huis clos à l’ONU pour débattre de la situation. Juliette Gheerbrant. La plupart des pays membres estiment qu’il s’agit d’un problème qui doit être résolu conjointement par l’Inde et le Cachemire, sans intervention du Conseil. L’Inde dénonce malgré tout une ingérence dans ses affaires. Le Pakistan, qui avait demandé la réunion, se félicite au contraire d’une reconnaissance internationale du problème. Plus tôt dans la journée le Premier ministre pakistanais Imran Khan avait d’ailleurs parlé avec le président américain Donald Trump. Ce dernier a ensuite appelé les deux parties au dialogue. La situation au Cachemire reste très tendue. Le ministre indien de la Défense a évoqué aujourd’hui l’arme nucléaire. Il a laissé entendre qu’en fonction des circonstances, le pays pourrait revenir sur son engagement à ne pas utiliser en premier cette arme en cas de conflit. Ce vendredi toujours il y a eu des heurts à Srinagar la capitale du Cachemire indien entre quelques centaines de manifestants et les forces de l’ordre. Ce matin, New Delhi avait annoncé la réouverture progressive des bureaux de l’administration, des écoles et la remise en service des lignes fixes de téléphone. Internet et le téléphone mobiles restent coupés pour l’instant. Et plusieurs centaines de militants, responsables politiques, enseignants ou encore chefs d’entreprise ont été placés en détention arbitraire. FB : C’est une semaine très tendue qui s’achève à Hong Kong. Il y a eu des violences pendant le blocage de l’aéroport international lundi et mardi. SD : Il y a eu les mouvements de troupes paramilitaires chinois aux abords du territoire. FB : On s’attend naturellement à un week-end tout aussi marqué par les tensions. Les manifestants n’ont pas prévu d’annuler leur grand rassemblement dimanche, malgré l’interdiction de la police. SD : Aabla Jounaidi est notre envoyée spéciale sur place. Les manifestants prévoient même d’être un million pour la manifestation pacifique de dimanche entre le parc Victoria et la route chater, soit 4 km en plein centre-ville de HK. Pourtant cette manifestation a été interdite par les autorités qui n’ont permis qu’un simple sit-in dans le parc. Va-t-on assister aux débordements observés le week-end dernier entre une partie des manifestants et la police ? Les forces de l’ordre n’ont pas hésité ces derniers jours à faire passer le message qu’ils étaient prêts à faire fonctionner leurs nouveaux canons à eau contre les manifestants. Une fermeté confortée par la position du pouvoir central chinois qui lui aussi a montré les muscles cette semaine. Mais ce vendredi, quelques jeunes manifestants réunis dans le centre-ville pour un tour de chauffe semblaient déterminer à faire nombre dimanche, malgré tout. Eux aussi sont encouragés notamment par la médiatisation internationale offerte à leur mobilisation par les journalistes, mais aussi par le président américain Donald Trump qui a appelé le président chinois à rencontrer les manifestants de Hong Kong. FB : Aux États-Unis, une cour d’appel de San Francisco inflige un revers à l’administration Trump sur la question migratoire. SD : Plus précisément sur les questions de vie des enfants migrants dans les centres de détention américains. FB : La cour dénonce les locaux non chauffés, la saleté, l’absence de lits et le nombre de douches insuffisant. SD : La cour valide le fait que ces enfants doivent avoir accès aux produits de première nécessité comme le savon, Margot Turgy. Pour comprendre cette affaire, il faut se pencher sur une loi de 1997, qui fixe les conditions de détention des mineurs isolés aux États-Unis. Pour la Maison-Blanche, ce texte est trop flou : il n’impose pas explicitement de leur fournir du savon, du dentifrice ou un lit. Une avocate de l’administration avait défendu cette lecture de la loi il y a plusieurs semaines. Face à des juges incrédules et scandalisés, elle avait justifié cette position en expliquant que ces mineurs n’étaient pas supposés rester longtemps en détention. Pendant ce temps, les images des conditions de vie déplorables de ces enfants dans un établissement du Texas faisaient le tour du monde. Les trois juges de la cour d’appel de San Francisco ont donc clairement affiché leur désaccord avec la Maison-Blanche. Pour eux, l’accès à de la nourriture, à des toilettes, à du savon et à de bonnes conditions de sommeil font partie de l’obligation « de sécurité et d’hygiène » inscrite dans la loi de 1997. Ils ont aussi rappelé l’importance de libérer ces enfants au plus vite, à cause des effets néfastes que la détention peut avoir sur leur santé mentale et physique. FB : Le navire humanitaire espagnol Open Arms est toujours bloqué près de l’île de Lampedusa ce matin. Il reste 134 migrants à bord, embarquer depuis deux semaines et la situation est très tendue, dit le capitaine du navire. SD : Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvini s’oppose à l’accostage en dépit de l’accord européen annoncé hier pour la prise en charge des migrants. FB : Dans l’actualité africaine. La police anti-émeutes du Zimbabwe a dispersé à coup de gaz lacrymogène des sympathisants de l’opposition descendus dans les rues d’Harare contre la dégradation de la situation économique. SD : Les Algériens manifestent à nouveau massivement dans les rues du centre de la capitale, quadrillé par la police, pour un 26e vendredi consécutif. Le mouvement de protestation dure depuis 6 mois sans que se dessine une solution à la crise. FB : Afrique soir à minuit 30 sur RFI avec vous Sébastien Duhamel. FB : La Norvège a annoncé hier le blocage de 30 millions d’euros de subventions destinées au Brésil, pour la protection de la forêt amazonienne. SD : Chaque année, le Brésil reçoit de l’argent en fonction de ses résultats dans la lutte contre la déforestation. FB : La Norvège qui est le principal donateur a donc décidé de supprimer les subventions, puisque le Brésil dirigé par Jair Bolsonaro « ne souhaite plus arrêter la déforestation ». Les explications de Théo Conscience. La Norvège estime que Brasilia a « rompu l’accord » passé avec les donateurs du fond de préservation de la forêt amazonienne. En cause : la décision du gouvernement brésilien fin juin de suspendre le conseil d’administration et le comité technique de ce fond pour l’Amazonie. Un fond dont la Norvège est le principal pourvoyeur, avec près de 830 millions d’euros versés depuis sa création en 2008. Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro en janvier, la déforestation s’accélère, au profit d’une politique d’expansion agricole. Ouvertement climato-sceptique, le président brésilien estime que les lois de protection de la forêt amazonienne entravent le développement économique de son pays. En juillet, la déforestation a été beaucoup plus importante que l’an passé à la même période. D’où la décision norvégienne de bloquer le versement de 30 millions d’euros de subventions. La semaine dernière déjà, l’Allemagne avait aussi décidé de retenir 35 millions d’euros jusqu’à ce que les chiffres de la déforestation redeviennent encourageants. Jair Bolsonaro a réagi en estimant que la Norvège qui « tue des baleines au Pôle Nord », n’a aucune leçon à donner au Brésil. FB : Football. Début ce soir de la 2e journée de Ligue 1. Lyon reçoit Angers. Premier match à domicile pour l’olympique Lyonnais. Après sa large victoire à Monaco 3 à 0 vendredi dernier à la 66e minute Lyon mène 5 à 0. SD : Cette seconde journée se conclura dimanche soir avec le très attendu match entre Rennes et Paris. 
  • Journal en français facile 15/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 18h en temps universel. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie. Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Et dans l’actualité de ce jeudi 15 août, il y a : deux parlementaires américaines privées de visite en Israël. Le gouvernement israélien a suivi les recommandations de Donald Trump. SB : Journée de manifestation au Pakistan. Le gouvernement appelle la population à se mobiliser pour le Cachemire que le pays se dispute avec l’Inde. La bataille judiciaire et politique autour du débarquement des migrants en Italie. Elle nourrit la crise gouvernementale déclenchée par Matteo Salvini. GN : Le 75e anniversaire du débarquement en Provence. Emmanuel Macron et ses invités africains rendent hommage aux soldats africains venus libérer la France. ------ SB : Ilan Omar et Rashida Tlaib ne sont pas les bienvenues en Israël. GN : Les deux élues démocrates américaines devaient atterrir à Tel-Aviv pour visiter les territoires palestiniens ce week-end. Mais elles ont été interdites d’entrée sur le territoire de l’État hébreu par les autorités israéliennes ce jeudi. En cause : le soutien des deux élues au mouvement de boycott d’Israël. Une décision d’autant plus critiquée qu’elle a été plus qu’encouragée par Donald Trump, Théo Conscience. Le président américain avait jugé ce matin qu’Israël ferait preuve d’une « grande faiblesse » s’il autorisait Ilan Omar et Rashida Tlaib à effectuer leur visite. Les deux démocrates, premières femmes musulmanes à être élues au Congrès américain, devaient visiter ce week-end les territoires palestiniens occupés. Une visite annulée de force par le gouvernement de Benjamin Netanyahu, au motif qu’elle s’inscrivait dans le cadre d’activité de boycott anti-israélien. Depuis 2017, la loi de l’État hébreu permet d’interdire l’entrée sur le sol israélien aux partisans du mouvement BDS, acronyme pour Boycott, Désinvestissement, sanctions. Ilhan Omar a qualifié cette décision « d’affront » et « d’insulte aux valeurs démocratique », Rashida Tlaib y voit un « signe de faiblesse », mais elles ne sont pas les seules à critiquer à cette mesure. En plus de l’Organisation de libération de la Palestine, qui dénonce une attaque contre le droit du peuple palestinien à nouer des contacts avec le reste du monde, deux lobbies américains pourtant pro-Israël ont également désapprouvé cette décision. Tout en dénonçant les intentions prêtées aux deux élues, l’American Jewish Committee a ainsi estimé qu’Israël avait manqué de « sagesse », et que visiter le pays était nécessaire pour comprendre les défis sécuritaires auxquels il est confronté. SB : Le pétrolier iranien bloqué depuis le mois de juillet à Gibraltar a pu repartir. GN : Le Grace 1 avait été arraisonné, car il était soupçonné de livrer sa cargaison à la Syrie, malgré l’embargo européen. L’Iran s’est engagé par écrit à ce que ce ne soit pas le cas. Les États-Unis avaient demandé la prolongation du blocage. Un acte de piraterie qui a échoué selon le ministre iranien des Affaires étrangères. SB : Manifestation au Pakistan. GN : Des centaines de personnes se sont rassemblées à Lahore la capitale du Pendjab. Les autorités pakistanaises ont décrété une journée noire en soutien au Cachemirien du Jammu et au Cachemire. La partie administrée par l’Inde a perdu son statut spécial autonome suite à un décret de Narendra Modi, le Premier ministre indien. Écoutez le reportage de notre envoyée spéciale à Lahore, Sonia Ghezali. Devant le press club, un attroupement s’est formé sur le trottoir. Des dizaines de femmes brandissent une marionnette a l’effigie de Narendra Modi, le Premier ministre indien. Elles y mettent le feu, le portrait fini au sol carbonisé Rakhchenda Atif est au premier rang : « Les cachemiriens sont notre cœur. Nous sommes tous cachemiriens. Tous les Pakistanais sont cachemiriens. Le Cachemire est une partie de notre corps ». Un homme s’approche : « Le Cachemire est notre cœur, le cachemire est notre cœur. Il est dans notre sang. » Quelques mètres plus loin, un cortège d’une centaine de personnes de l’organisation le forum de la jeunesse tenant le drapeau du cachemire a bout de bras, des portraits de Narendra Modi, de la carte géographique de l’inde barré d’une croix rouge : « Chien de Modi » scandent-ils. Au cœur du cortège Mohammed Shehbaz, un jeune ouvrier : « Notre gouvernement doit faire quelque chose pour les Cachemiriens, afin qu’ils puissent être indépendants. Nous somme-la pour eux pour expliquer que nous somme la pour nos frères et sœurs du cachemire “. Le cortège poursuit son chemin en croissant d’autres à de nombreux coins de rue a sa propre procession en soutien du Cachemire. SB : Dix semaines de manifestations pro-démocratie à Hong Kong et toujours l’escalade des tensions. GN : La Chine accuse des puissances étrangères non identifiées de fomenter les violentes manifestations à Hong Kong. Alors que des forces chinoises appartenant apparemment à la police militaire étaient rassemblées jeudi dans un stade de Shenzhen, la ville située aux portes du territoire autonome de Kong Kong, l’ambassadeur de Chine à Londres a rappelé lors d’une conférence de presse ce jeudi que Pékin ne resterait pas les bras croisés en cas de dégradation de la situation. SB : 6 pays européens prêts à accueillir des migrants recueillis par le navire open Arms. GN : Il y a l’Espagne, la France, l’Allemagne, la Roumanie, le Portugal et le Luxembourg. Le navire de l’Organisation non gouvernementale espagnole Proactiva Open Arms a recueilli 147 migrants en Méditerranée, mais il attend encore de pouvoir les débarquer sur l’île italienne de Lampedusa. C’est ce que refuse le ministre italien de l’Intérieur et patron de la ligue Mateo Salvini. Il s’efforce de signer des décrets dans ce sens. Décrets contestés dans un contexte de crise gouvernementale en Italie. Crise que Matteo Salvini a lui-même déclenchée en faisant éclater la coalition la semaine dernière et qui maintenant lui pose problème. Les explications de Carlotta Morteo. En faisant voler en éclat l’alliance gouvernementale, Matteo Salvini a permis au Mouvement 5 étoiles de prendre le large, et d’entraver sa politique. Le sort du navire Open Arms en est l’illustration. Mercredi, la justice italienne tranche : Open Arms est autorisé à entrer dans les eaux territoriales italiennes. Pour l’en empêcher, Matteo Salvini signe alors un nouveau décret d’interdiction d’entrer. Problème : pour qu’il entre en vigueur, il faut la signature de deux autres ministres : Elisabetta Trenta, à la Défense, et Danilo Toninelli, aux Transports. Deux ministres du Mouvement 5 étoiles, qui refuse, cette fois, de se plier au ministre de l’Intérieur, par ‘souci d’humanité’... disent-ils, politiquement, c’est une claque pour Matteo Salvini. Non seulement ses anciens alliés se vengent, mais le Président du Conseil, Giuseppe Conte, ce jeudi, l’attaque frontalement en publiant sur Facebook, une lettre ouverte : ‘cher Matteo’ ta fougue, ton obsession sur l’immigration, conduisent à des déchirures institutionnelles. La stratégie de la haine ne résous pas les problèmes”. Réponse de Matteo Salvini : “Avec moi les ports sont et resteront fermés aux trafiquants et à leurs complices”. L’heure des règlements de compte a commencé, à 5 jours d’un vote de défiance, qui ouvrirait la voie à des élections anticipées. SB : Un atterrissage d’urgence dans un champ pour un Airbus russe volant entre Moscou et la Crimée. GN : L’appareil, un A 321 de la compagnie Oural Airlines, a croisé des mouettes dont certaines ont été happées dans les moteurs peu après le décollage. Parmi les 233 personnes à bord, il y a 74 blessés, dont 19 enfants. SB : Une commémoration très franco-africaine sur la côte méditerranéenne de la France. GN : Alors qu’il séjourne au fort de Brégançon, Emmanuel Macron a voulu honorer la mémoire des soldats africains qui ont combattu pour libérer la France à l’occasion du 75e anniversaire du débarquement en Provence, à la nécropole de Boulouris. Avec Alpha Condé, le président guinéen et Alassane Ouattara, le président ivoirien, il a appelé à ne rien oublier et il a rappelé le rôle des soldats africains dans la libération et la victoire. Emmanuel Macron. [Transcription manquante] GN : Le président français Emmanuel Macron avec notre envoyée spéciale dans le sud de la France, Valérie Gas. SB : Le football africain avec un nouveau sélectionneur pour le Maroc. GN : Il s’agit du franco-bosnien Vahid Halilodzic. Il remplace le Français Hervé Renard, part après l’échec des lions de l’Atlas à la dernière coupe d’Afrique des nations. 
  • Journal en français facile 14/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie.  Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Dans l’actualité de ce mercredi, il y a : le Pakistan qui montre sa détermination face à l’Inde. Pour la fête nationale, le Cachemire disputé entre les deux pays était dans toutes les têtes. SB : La situation à Hong Kong. La tension est toujours vive, mais l’aéroport n’a pas été le théâtre de heurts comme les deux jours d’avant. GN : Les excuses du président argentin. Après un revers électoral, il annonce des mesures en faveur du pouvoir d’achat. SB : Et puis la forte augmentation des cas de rougeole dans le monde. Ils ont été multipliés par trois en une seule année. ----- SB : La tension entre l’Inde et le Pakistan sur le Cachemire. GN : « Le Pakistan répondra à toute agression indienne », a dit le Premier ministre Imran Khan lors d’une allocution à Muzaffarabad, la capitale de l’Azad Cachemire administrée par le Pakistan. Le ton ne cesse de monter depuis le 5 août dernier, jour de la révocation par l’Inde du statut spécial autonome de la partie du Cachemire qu’il administre. Ce mercredi, jour de fête nationale au Pakistan, les célébrations sont tournées vers le cachemire. Illustration avec le rassemblement qui a eu lieu à Lahore en fin de journée et où se trouvait notre envoyée spéciale Sonia Ghezali. Brandis a bout de bras, plantés au sol, accroché aux portières des voitures, ou a l’arrière des motos, au Carrefour liberty de Lahore, chacun exhibe son drapeau vert et blanc du Pakistan. Dans les coffres des voitures des sonos bricolées diffusent des chants nationalistes a plein volume. « Nous sommes ici pour soutenir l’indépendance du cachemire et pour célébrer notre indépendance ». Sur la route, un camion aménagé en char de parade aux couleurs du drapeau du cachemire jaune à bandes blanches et vertes. Abdulrahmane, 11 ans, s’en est fait une cape. Sous les yeux amusés de sa mère. « Ce drapeau est aussi important que celui du Pakistan ». Cette pendjabi est venue en famille participer à cette fête nationale en soutien au Cachemire. « Les cashmiriens veulent leur indépendance, ou appartenir au Pakistan. Tout le monde veut son indépendance, tout le monde a besoin d’indépendance, c’est un droit essentiel, nous célébrons notre indépendance aujourd’hui et nous soutenons la volonté des Cachemiriens. » Faiza dit qu’elle reviendra demain, en famille a nouveau. « Nous ne lâcherons pas le cachemire », assure-t-elle. SB : Des agressions quasi terroristes contre ses ressortissants. GN : La Chine hausse une nouvelle fois le ton après des affrontements en marge de nouvelles manifestations prodémocratie à Hong Kong. Le calme est revenu ce mercredi à l’aéroport après 2 jours de troubles. Le reportage de notre envoyé spécial sur place, Christophe Paget. [Transcription manquante] GN : Des manifestations continuent à travers le territoire. La police a fait usage de gaz lacrymogènes dans le quartier de Kowloon. Ce soir, l’administration américaine appelle la Chine à respecter le haut degré d’autonomie de Hong Kong. SB : L’Italie dans le recueillement. GN : Un an après l’effondrement du Pont Morandi, qui a fait 43 victimes, dont 4 jeunes Français, et des dizaines de blessés, toutes les autorités italiennes se sont réunies autour des Génois pour la célébration d’une messe, sobre et émouvante, en l’honneur des victimes de la tragédie et de leurs proches. SB : Des baisses d’impôt et des hausses de salaire. GN : c’est la réaction du président argentin Mauricio Macri après ses déboires électoraux lors des primaires de dimanche. Il prévoit également le gel des prix de l’essence pendant 3 mois. Mauricio Macri brigue un nouveau mandat en octobre prochain et il espère ainsi rattraper son retard, calmer la grogne sociale dans un pays englué dans la récession. Et il a fait son Mea Culpa, écoutez-le. « Je veux vous demander pardon pour ce que j’ai dit lors de la conférence de presse lundi. Au sujet des résultats du scrutin, je veux que vous sachiez que je vous ai compris. Que vous sachiez que je respecte profondément les Argentins qui ont voté pour d’autres candidats, et ceux qui ont voté pour nous en 2015, mais qui cette fois ont décidé de ne pas nous soutenir. Ceci est purement et exclusivement ma responsabilité, et celle de mon gouvernement. Dimanche, il y avait beaucoup d’Argentins qui ont cru dans le chemin que nous avons commencé, mais qui après un an et demi très difficile, ont dit “je n’en peux plus”. Ils ont ressenti que pendant cette période, j’ai beaucoup exigé d’eux, et que ce que je leur ai demandé était très difficile. Et aujourd’hui, ils sont fatigués, épuisés, énervés. Il y a trois ans et demi, vous m’avez élu pour changer sérieusement notre pays, et bien que nous ayons réalisé beaucoup de choses ensemble, ce processus n’a pas été sans d’erreurs. Mais sachez que mon intention de faire, de construire, est toujours saine et véritable. » GN : La devise argentine, le Peso était en forte baisse à l’ouverture du marché des changes. SB : Le Premier ministre canadien hors-la-loi. GN : C’est ce qu’estime le commissaire canadien à l’éthique. Selon ce haut-fonctionnaire indépendant, Justin Trudeau a enfreint la loi sur les conflits d’intérêts en tentant de faire pression sur son ex-ministre de la Justice dans une procédure judiciaire visant la société de construction SNC-Lavalin. SB : Il y a de plus en plus de cas de rougeole dans le monde. GN : Ils ont quasiment été multipliés par trois depuis janvier par rapport à la même période de l’an dernier. Les chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé montrent que du 1er janvier au 31 juillet plus de 300 000 cas ont été enregistrés dans le monde, contre 130 000 l’an dernier à la même période. Capucine Japhet. Ce sont les chiffres les plus élevés, jamais enregistrés depuis 2006. En Afrique, c’est une explosion des cas qui ont presque été multipliés par 10. Les pays les plus touchés par l’épidémie sont ceux dont la couverture vaccinale est faible comme en République démocratique du Congo ou au Nigéria. Il faut savoir que la rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses au monde, 1 personne contaminée peut infecter 20 personnes. Les pays occidentaux ne sont pas épargnés. Les États-Unis enregistrent cette année leur plus grand nombre de cas depuis 25 ans. La cause : une réticence de plus en plus accrue à la vaccination. Comme en Europe où près de 90 000 cas de rougeole ont été signalés : l’Allemagne va d’ailleurs rendre le vaccin obligatoire. Selon l’OMS, la maladie aurait dû être éliminée en 2020, un objectif aujourd’hui impossible à réaliser sachant que moins d’un cas sur 10 est signalé dans le monde, ce qui signifie que l’épidémie est bien plus importante que ce que les chiffres officiels montrent. SB : Une nouvelle baisse du taux de chômage au deuxième trimestre en France. GN : Une baisse de 0,2 point, pour s’établir à 8,5 % de la population active. C’est le niveau de début 2009. La baisse est de 0,6 point en un an. L’objectif du gouvernement français est d’arriver à un taux de 7 % à la fin du quinquennat. SB : Les sports et le football. GN : C’est ce soir la supercoupe d’Europe. Elle oppose deux clubs anglais, Liverpool, vainqueur de la dernière ligue des champions et Chelsea, qui a gagné la dernière ligue Europa. Cela se passe à Istanbul et le match est arbitré par une Française, Stéphanie Frappart. Ca y est Greta Thunberg a largué les amarres ! La jeune militante écologiste de 16 ans est partie d’Angleterre ce mercredi direction New York. Elle doit assister en septembre au sommet mondial de l’ONU sur le climat. Et pour s’y rendre, elle a refusé de prendre l’avion à cause « des émissions des dioxydes de carbone, elle a donc choisi un voilier de 18 mètres de long.
  • Atomique et nucléaire
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.Les autorités russes l’ont reconnu : l’accident survenu il y a quelques jours sur la base de Nionoska dans le nord du pays a un caractère nucléaire. Ce qui évidemment inquiète ! Le mot fait frissonner. Mais on parle d’un accident nucléaire et non pas atomique ! En fait les deux mots, atomique et nucléaire, ont des échos différents alors même qu’ils auraient pu être employés l’un pour l’autre, et qu’a priori ils correspondent à la même signification. Mais ils ne sont associés ni à la même histoire ni à la même période. Atomique est beaucoup plus ancien : on le trouve en français dès le 16e siècle. Et c’est au départ un mot de philosophie et de chimie : dès l’Antiquité, des penseurs ont imaginé l’existence d’un élément minuscule, capable de se combiner avec d’autres. Le plus petit élément possible, celui qu’on ne peut pas couper, l’indivisible : c’est le sens de départ du mot atome qu’on trouve sous sa forme grecque chez Démocrite et Épicure par exemple, puis, latinisé chez Lucrèce, dans son grand poème sur la Nature des Choses. L’adjectif atomique vient donc désigner ce qui s’y rapporte. Au 20e siècle ce mot se spécialise : il désigne ce qui a un rapport avec le noyau de l’atome et les techniques de sa désintégration. Hélas les premières applications qu’on retiendra sont guerrières et tragiques : on se souvient que c’est d’abord la bombe qui est atomique. Mais après les premières utilisations militaires, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, on a plutôt tendance à nier l’horreur ! On est dans une période d’inconscience relative et aussi de croyance en la science et en l’avancée technologique. L’expression bombe atomique fonctionne bien souvent comme un superlatif de bombe. Et une bombe, de façon très imagée, ce peut être une jolie fille (vue d’un point de vue masculin, et plus encore d’un point de vue macho !) ou une nouvelle étonnante, explosive, ou encore un personnage qui dégage une énergie hors du commun. En 1958, le chef d’orchestre de jazz Count Basie enregistre un disque qui sort sous le titre The Atomic Mr Basie. L’illustration de couverture est terrifiante de naïveté et montre un champignon incandescent fièrement déployé. Un peu plus tard, les techniques des énergies liées à la fission de l’atome se déplacent du militaire vers le civil. On réfléchit, on s’inquiète, la méfiance s’installe. Et on voit bien alors que l’adjectif atomique est trop chargé de puissance destructrice pour passer facilement. On glisse donc d’un qualificatif à l’autre, et on parle de nucléaire, construit sur la racine latine nucleus qui signifie noyau : il s’agit toujours de la maîtrise du noyau de l’atome. L’adoption du mot ne pose d’ailleurs pas de problème : qu’on veuille discréditer cette nouvelle forme d’énergie ou qu’on en fasse la promotion, tout le monde est d’accord sur ce terme qui ne fonctionne donc pas comme un euphémisme, comme un cache : on scandera Nucléaire non merci ! l’un des slogans des campagnes des années 70 contre la banalisation de cette énergie. Mais en même temps on parlera de l’énergie nucléaire, des centrales nucléaires sans que le mot soit péjoratif. Il fait même office de nom : le nucléaire, c’est-à-dire tout un système qui s’ordonne autour d’une certaine production. C’est ainsi qu’on se pose aujourd’hui le problème de sortir du nucléaire, c’est-à-dire abandonner ce type de fabrication et de consommation énergétique. Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 13/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie. Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Dans l’actualité de ce mardi, il y a : la situation à Hong Kong. L’aéroport a de nouveau été occupé par les manifestants pro-démocratie. La tension monte avec les forces de l’ordre. SB : Le répit dans la guerre commerciale sino-américaine. Les produits électroniques chinois ne seront surtaxés aux États-Unis qu’après les achats de fin d’année. GN : Un espoir dans une possible guérison de la Fièvre Ebola. Deux nouveaux traitements donnent de résultats encourageants. La fin d’une chasse à l’homme au Canada. Les corps de deux personnes qui sont suicidées sont ceux des hommes recherchés après un triple meurtre.   ----- SB : La situation et les tensions politiques à Hong Kong. GN : Pour la deuxième journée d’affilée, l’aéroport du territoire, le 8e du monde pour la fréquentation a vu son activité perturbée par les manifestants pro-démocratie. Des centaines de vols ont été perturbés et les opérations d’enregistrement ont été suspendues. La cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, désignée par le gouvernement central chinois a de nouveau mis en garde contre les concéquences de ces actions affirmant que la Violence poussera Hong Kong sur une voie sans retour. Il est deux heures du matin à Hong Kong, et les manifestants pro-démocratie sont toujours présents dans l’aéroport. La tension est montée d’un cran il y a quelques heures entre manifestants et forces de l’ordre. Les précisions de Margot Turgy. Tout est parti de la tentative d’évacuation d’un homme blessé. Un homme que des manifestants pro-démocratie accusent d’être un policier infiltré, alors que le quotidien officiel chinois Global Times affirme qu’il s’agit d’un de ses journalistes. Il a été battu et attaché à un chariot à bagages. Alors qu’une porte-parole de la police demandait aux manifestants de les laisser évacuer cet homme, certains protestataires ont visé les yeux des forces de l’ordre avec des lasers et leur ont lancé des bouteilles d’eau. Les policiers ont dû sortir de l’aéroport. L’homme blessé a finalement pu être évacué : la police anti-émeute a aspergé des manifestants avec du gaz au poivre. Ils bloquaient des véhicules de police. Deux personnes auraient été arrêtées. Le président américain Donald Trump a appelé « tout le monde au calme ». Les services de renseignements américains lui auraient indiqué un déploiement de l’armée chinoise à la frontière avec Hong Kong. Côté chinois, on dénonce des « ingérences » américaines dans cette crise. Quant aux autorités de l’aéroport, elles auraient reçu l’ordre de l’évacuer, selon le South China Morning Post. Une mesure qui doit encore être affichée dans un endroit public de l’aéroport pour être officialisée. SB : La crise politique en Italie. GN : Le débat dur la motion de défiance aura lieu mardi prochain. Ainsi en a décidé le Sénat à Rome. Le leader d’extrême droite et patron de la ligue, Matteo Salvini, a fait exploser la coalition qu’il formait avec le mouvement populiste 5 étoiles en déposant cette motion. Il souhaitait qu’elle soit examinée dès demain pour parvenir le plus tôt possible, si aucune autre coalition ne se forme, à une dissolution du parlement et donc à de nouvelles élections. Il estime qu’avec sa popularité actuelle, il pourra remporter le scrutin et gouverner seul. SB : Le soulagement des marchés financiers après l’annonce d’un répit dans les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. GN : Les autorités américaines ont annoncé le report au 15 décembre de taxes supplémentaires, notamment sur les produits électroniques fabriqués en Chine. Les valeurs technologiques américaines notamment ont rebondi après une journée difficile hier à Wall Street. Les précisions d’Altin Lazaj. Les droits de douane de 10 % sur les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et autres consoles de jeux entreront en vigueur mi-décembre. D’autres produits profitent du même report : certains produits de confection et de la chaussure. Le reste des produits chinois sera imposé comme prévu à partir du premier septembre. Mais rien n’est sûr, l’imprévisible Donald Trump peut tout balayer par un tweet. D’ailleurs ce mardi même à travers d’un tweet il a reproché aux Chinois de ne pas avoir acheté les produits agricoles américains que, selon lui, son homologue Xi Jinping lui avait promis. Donc pour l’instant il est difficile de comprendre ce virage du gouvernement américain sur les produits électroniques. Tout laisse à penser que Washington repousse l’imposition de certains produits, car elle touche directement le portefeuille des Américains les moins aisés, consommateurs de produits chinois pas chers. Toutefois cette annonce est interprétée par les marchés comme une possible trêve dans la guerre commerciale entre les deux pays. Conséquence ; l’annonce a immédiatement fait rebondir les bourses alors que Wall Street avait ouvert dans le rouge. SB : L’expulsion d’une Philippine et de son fils né en Israël. GN : Rosemarie Perez et son fils Rohan ont été renvoyés aux Philippines par les autorités de l’état Hébreux après plusieurs jours d’incertitude. Il est reproché à Rosemarie Perez d’avoir eu un enfant alors qu’elle s’était engagée à ne pas le faire en arrivant en Israël pour travailler. L’adolescent a 13 ans et il ne connaît rien du pays d’origine de sa mère. Le cas est emblématique de celui d’une centaine de familles de travailleurs étrangers et il est devenu un enjeu politique avant les élections générales prévues en septembre. SB : La fièvre Ebola pourrait-elle devenir prochainement une maladie guérissable comme une autre ? GN : Une étude clinique menée en République Démocratique du Congo se révèle en tout cas prometteuse. 2 médicaments testés sur des malades sont parvenus à réduire significativement le taux de mortalité d’Ebola. Mais attention, prudence ! Les résultats définitifs de l’étude ne sont pas encore connus. Pierre Olivier. Depuis novembre dernier, 4 médicaments ont été administrés à près de 700 patients atteints du virus Ebola. Pour l’instant seules les données des 500 premiers ont été analysées par les Instituts nationaux de santé américains. Mais déjà, les résultats semblent prometteurs : les groupes de patients ayant reçus les traitements REGN-EB3 et mAb114 -des noms encore provisoires-  ont vu leur taux de mortalité tomber à respectivement 29 et 34 %. C’est 20 points de moins que chez les groupes de patients ayant reçu le Zmapp et le Remdesivir, les médicaments utilisés jusqu’à présent. Et c’est moitié moins que chez les personnes ne prenant aucun traitement. Ces nouveaux médicaments qui semblent plutôt efficaces ont été créés à partir d’anticorps monoclonaux qui agissent en neutralisant la capacité du virus à affecter d’autres cellules. Pour l’instant, ces nouveaux médicaments parviennent à empêcher la mort de 2 patients sur 3. mais les résultats définitifs de l’étude seront connus cet automne. Un espoir qui ne doit néanmoins pas faire oublier que la meilleure façon d’arrêter l’épidémie reste la prévention avec la vaccination et l’isolement des malades. Et en dernier recours seulement, le traitement ! SB : Le corps d’une franco-irlandaise retrouvé dans la jungle en Malaisie. GN : Nora Quoirin avait disparu alors qu’elle venait d’arriver dans le pays pour des vacances en famille. Le corps dénudé de l’adolescente de 15 ans souffrant d’un léger handicap mental a été découvert après 10 jours d’intenses recherches. Une autopsie doit être réalisée ce mercredi. SB : L’épilogue d’une traque de deux semaines à travers le Canada. GN : Ce lundi la police fédérale annonce que selon l’autopsie, les deux suspects retrouvés morts la semaine dernière à l’issue d’une traque après un triple meurtre se sont suicidés. Eric de Salve La police canadienne analyse maintenant les deux armes retrouvées près de leur corps pour déterminer s’il s’agit de celles utilisées dans les trois homicides pour lesquels ces deux suspects étaient recherchés. Ces armes ont en tout cas été utilisées par ces deux adolescents pour se suicider. Pour rappel ces deux amis d’enfance de 18 ans sont accusés d’avoir tué mi-juillet, un jeune couple de touristes australo – américain de 23 et 24 ans. Accusés également du meurtre d’un professeur de botanique de 64 ans. Ils auraient ensuite volé sa voiture, puis parcouru plus de 3000 km jusque dans le Grand Nord canadien dans l’État du Manitoba. C’est là, dans une zone très sauvage et inhospitalière de 11 000 km2, que les recherches que se concentraient. Une vaste chasse à l’homme qui a tenu le pays en haleine pendant deux semaines. Pour retrouver les fugitifs et ratisser la zone, les autorités canadiennes n’avaient pas lésiné sur les moyens : déploiement de polices massif, lourdement armé, épaulé de chiens pisteurs, de drones et même d’avions de l’armée à caméra thématique. Finalement les deux corps ont été retrouvés mercredi dans un fourré à quelques km de leur voiture calcinée, leur mort des suspects complique évidemment l’enquête, le mobile de ce triple homicide est toujours totalement inconnu. SB : La clôture des candidatures pour la présidence du parti de droite Les Républicains en France. GN : C’était ce soir. Trois députés sont candidats à la succession de Laurent Wauquiez, parti après le fiasco des élections européennes. Parmi eux, il y a Julien Aubert et Guillaume Larrivé, mais le favori est le patron des députés LR à l’assemblée, Christian Jacob. Le football et le feuilleton du Transfert de Neymar. Le sort de l’attaquant brésilien de Paris agite le monde du football depuis plusieurs semaines. Des émissaires du FC Barcelone étaient à Paris aujourd’hui pour discuter d’un éventuel retour au Barça qu’il avait quitté pour le PSG moyennant 220 millions d’euros il y a 2 ans. Neymar a manifestement des envies de départ depuis la fin de la saison dernière. Il n’a pas participé au match de reprise du championnat le week-end dernier. Match au cours duquel des supporters parisiens l’ont fermement et vertement invité à faire ses valises. 
  • Viking
    Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.Ocean Viking, le Viking de l’océan : c’est le nom du dernier bateau utilisé par les deux ONG Médecin sans frontière et SOS Méditerranée pour secourir les migrants naufragés au large des côtes libyennes. Le Viking de l’océan, un nom plein de prestance pour ce navire. Mais qu’est-ce au fait qu’un Viking ? Le mot vient de l’ancienne langue norroise, ancêtre des langues scandinaves, parlées dans des territoires tels que l’actuel Danemark ou la Norvège. C’est de là apparemment que sont partis les navigateurs à qui l’on donna ce nom de Vikings. Et il semble que le mot signifie à peu près « aventurier de la mer » dans cette langue. Mais l’origine du mot et floue : il pourrait aussi bien signifier l’homme de la baie, du bord de mer, l’homme du fjord… Il a d’ailleurs été remis à l’honneur tardivement, vers le 18e siècle, pour réactiver une légende dont l’authenticité est discutable. Mais on a de nombreuses histoires pour accompagner les expéditions médiévales de ces marins expérimentés, quittant leurs terres pour chercher fortune ailleurs. On les représente souvent comme des guerriers sanguinaires, des Barbares du Nord venus piller et terroriser des populations pacifiques installées plus au sud. Et en particulier, on parle d’invasions vikings dans l’ouest de la France actuelle, au nord de la Bretagne : ce qu’on appelle aujourd’hui la Normandie, comme si c’était la terre des hommes du nord, ces fameux Vikings. Cette idée d’invasion est probablement très exagérée, même si les pillages ont eu lieu, même si un certain nombre de marins se sont installés sur le littoral. On parlait aussi de leur incomparable supériorité militaire, qui n’est pas absolument avérée. En revanche leur habileté maritime semble attestée. Et l’un des mots qu’on a pu retenir de cette langue norroise est le drakkar, qui désigne leurs bateaux. Est-ce vraiment un mot de la langue des Vikings, de cet ancien norrois, perdu depuis longtemps ? Oui et non. C’est une traduction du norrois, un mot qui évoque le dragon, d’après les figures de proue qui ornaient fièrement l’avant de ces embarcations. Avec deux « k » pour faire plus exotique probablement : un vrai mot de traducteur.  Avertissement !  Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale. En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)
  • Journal en français facile 12/08/2019 20h00 GMT
    TranscriptionGuillaume Naudin : Il est 20h en temps universel, 22h ici à Paris, vous écoutez RFI. Bonsoir à toutes et à tous et bienvenue dans votre Journal en français facile. Avec ce soir Sylvie Berruet. Bonsoir Sylvie. Sylvie Berruet : Bonsoir. GN : Et dans l’actualité de ce lundi, il y a : la crise politique à Hong Kong. Les manifestants pro-démocratie envahissent l’aéroport qui a été fermé alors que le gouvernement chinois hausse le ton. SB : La chute de la Bourse argentine. Elle s’est effondrée de 30 % à l’ouverture après la défaite du président Macri dans une élection primaire. GN : Un nouveau président au Guatemala. Alejandro Giamattei a été élu à sa quatrième tentative. De nombreux défis l’attendent. SB : Et puis la situation des familles de travailleurs philippins en Israël. Une femme venue travailler dans le pays risque l’expulsion pour avoir fait un enfant. ------ SB : on commence avec la crise à Hong Kong. GN : La tension continue à monter. Tous les vols ont été annulés aujourd’hui à l’aéroport du territoire, dont le hall des arrivées a été le théâtre d’une manifestation de plusieurs milliers de militants pro-démocratie. Ils sont venus accueillir les voyageurs en leur demandant leur soutien et pour protester contre la stratégie de maintien de l’ordre, au lendemain d’un 10e week-end de protestation qui s’est terminé dimanche soir dans la violence. Les vols du 8e aéroport du monde ont donc été suspendus. Les précisions de Yelena Tomic. Des milliers de manifestants pro-démocratie, inquiets de la répression policière toujours plus violente de ces derniers jours, ont décidé d’envahir ce lundi le principal terminal de l’aéroport. À l’exception des vols au départ dont l’enregistrement est terminé et des vols à l’arrivée qui sont déjà en route pour Hong Kong, tous les autres vols ont été annulés pour le reste de la journée. Certains observateurs s’attendent à un assaut de la police qui serait imminent pour déloger les milliers de personnes massées dans le hall du principal terminal et qui ont commencé leur sit-in il y a 4 jours. Après un week-end très violent sur l’île, 45 blessés dont deux gravement et de nombreuses arrestations, la police a sorti ce lundi les canons à eau. À Pékin la colère gronde, on parle désormais de « manifestants radicaux » et de « premiers signes de terrorisme ». Depuis quelques jours les médias chinois diffusent des images de blindés de la police en route vers la métropole de Shenzhen, aux portes de Hong Kong. Il s’agirait d’exercices d’envergures visant à impressionner les militants hongkongais, mais aussi selon les experts à empêcher une contagion à la Chine continentale. SB : Les tensions économiques et commerciales entre la Corée et le Japon. GN : Le gouvernement sud-coréen a retiré ce matin le Japon de sa liste « blanche » de partenaires commerciaux privilégiés, une mesure qui en pratique compliquera les exportations coréennes vers le voisin nippon. C’est le dernier épisode d’une guerre commerciale qui fait rage entre les deux pays : après que la Cour suprême à Séoul a condamné des entreprises japonaises pour travail forcé pendant la guerre, Tokyo a restreint les exportations en Corée de matières premières cruciales pour l’industrie coréenne des semi-conducteurs. Une décision qui suscite en Corée un violent sentiment de colère contre l’ancien occupant colonial. SB : Lundi noir en Argentine. GN : On parle de journée noire quand la bourse s’effondre. Et elle a chuté de 30 % à l’ouverture, au lendemain de la lourde défaite du chef de l’État Mauricio Macri à des élections primaires. Un scrutin vu comme un galop d’essai avant la présidentielle au mois d’octobre. Pour Nestor Sibona, éditorialiste économique du journal La Nacion, à Buenos Aires, les mauvais résultats économiques de la présidence Macri pèsent beaucoup dans le scrutin. [Transcription manquante] GN : Des propos recueillis par Orlando Torricelli de la rédaction espagnole de RFI. SB : Au Guatemala, la présidence a un nouveau visage. GN : C’est celui d’Alejandro Giammattei. Ce médecin de 63 ans, qui briguait la plus haute fonction de l’État pour la quatrième fois, a été élu ce dimanche avec 58 % des voix. Candidat du parti de centre-droit « Vamos » - Allons-y, en français -, il prendra ses fonctions le 14 janvier 2020. Et de nombreux défis l’attendent, Margot Turgy. Le premier défi, c’est la lutte contre la corruption. Alejandro Giammettei entend le relever sans la Cicig - la Commission internationale contre l’impunité au Guatemala. Cette mission de l’ONU a été expulsée en janvier par le président sortant Jimmy Morales, pour une enquête sur le financement de sa campagne électorale. Aujourd’hui, Alejandro Giammettei, qui a connu la prison en 2010, veut la remplacer par un organisme national. L’autre défi majeur, c’est la lutte contre la violence qui gangrène le pays. Pour lui, la solution est simple : il faut rétablir la peine de mort. Quant à la lutte contre la pauvreté, Alejandro Giammettei promet de créer un million d’emplois en quatre ans, sans donner de détails sur la façon d’y parvenir. Corruption, violence et pauvreté poussent les Guatémaltèques à émigrer vers les États-Unis. C’est là que se joue le défi majeur d’Alejandro Giammettei. Un accord vient d’être soutiré au président sortant par Donald Trump, qui classe le Guatemala comme un « pays tiers sûr ». Les migrants doivent désormais y demander l’asile en premier. Mais le pays a déjà du mal à nourrir ses propres habitants. Alejandro Giammettei avait qualifié cet accord de « mauvaise nouvelle ». Il n’a pour l’instant pas indiqué s’il comptait s’y plier. SB : Semaine décisive pour l’Italie en pleine crise politique. GN : Les chefs des groupes politiques du Sénat étaient réunis aujourd’hui pour se prononcer sur la date du vote de la motion de censure du gouvernement, déposée par la Ligue. La décision a été repoussée à demain. Matteo Salvini a fait éclater la coalition Ligue/Mouvement 5 étoiles, il souhaite de nouvelles élections au plus vite. Les tractations vont bon train à Rome. L’enjeu est de savoir si les Italiens retourneront aux urnes dès l’automne comme le souhaite la Ligue ou si une majorité de circonstances pourrait soutenir un gouvernement technique et repousser le scrutin de plusieurs mois. SB : On parle maintenant de la situation des travailleurs étrangers en Israël. GN : Une travailleuse philippine et son fils de 13 ans, né en Israël, étaient sur le point d’être expulsés hier soir, mais selon une association ils restent finalement à l’aéroport dans une zone de détention. La jeune femme, Rosemarie Perez et son fils Rohan symbolisent le cas de centaines de femmes venues légalement en Israël pour travailler, mais à qui on interdit d’avoir des enfants, sous peine d’être expulsés. Beth Franco, porte-parole de l’association United Children of Israël jointe par Murielle Paradon. « Rohan est un enfant né d’une mère qui est venue en Israël pour travailler et s’occuper de personnes aggers 24h sur 24, six jours par semaine, un travail que personne ne veut faire. Et Rohan son fils est né ici, il a étudié ici, il a grandi ici, a la mentalité d’ici, il est complètement Israélien. » Quand ces femmes viennent en Israël, elles n’ont pas le droit de fonder une famille ? « Exactement, elles signent un contrat selon lequel elles n’ont pas droit d’avoir un enfant en Israël. Si c’est le cas, elles doivent l’envoyer dans leur pays, sinon elles perdent leur visa. Elles deviennent illégales automatiquement. Mais que pouvez-vous attendre de jeunes femmes qui arrivent ici pour travailler ? Elles sont jeunes, elles sortent, elles tombent amoureuses... Avant de faire venir des gens en Israël, il fallait penser à l’avenir. Maintenant les autorités essaient d’expulser ces femmes et leurs enfants et en même temps elles font venir de nouveaux travailleurs tous les jours, quelle est la logique ? » SB : L’affaire Epstein et ses conséquences. GN : Après la mort en prison de Jeffrey Epstein, financier américain poursuivi pour des agressions sexuelles sur mineures, deux ministres français demandent l’ouverture d’une enquête en France pour éclaircir les causes des allers-retours en France de celui qui possédait un immeuble dans un quartier huppé de la capitale française. La ministre de la Justice Nicole Belloubet rappelle qu’il n’appartient pas au gouvernement de décider des poursuites. Jeffrey Epstein a été retrouvé mort en prison. Il s’est apparemment suicidé, mais ses nombreuses connaissances dans les milieux politiques américains ont donné lieu à de nombreuses théories du complot. La mort d’une vedette de la musique ivoirienne. DJ Arafat était notamment très apprécié des amateurs de coupé-décalé. Il est décédé ce lundi des suites d’un accident de la circulation. Il a apparemment percuté une voiture alors qu’il circulait à Moto la nuit dernière à Abidjan. DJ Arafat, de son vrai nom Houon Ange Didier était âgé de 33 ans. DJ Arafat avait été désigné" meilleur artiste de l’année" aux Awards du coupé décalé en 2016 et 2017.
  • L’univers de la chanteuse Camélia Jordana
    À l’occasion de sa participation au festival breton Art Rock, l’artiste Camélia Jordana parle d’elle et de ses influences au micro de José Marinho. Cette activité est proposée en partenariat avec le numéro 425 du « Français dans le monde ».

France Bienvenue
  • Une année spéciale pour Louise
    Le baccalauréat s’est terminé mi-juillet. Tous les élèves qui l’ont réussi vont devenir étudiants et enchaîner en septembre avec la suite de leurs études. Cependant, certains décident de faire une pause et de vivre autre chose pendant un an, avant de poursuivre. C’est ce que Louise, qui est passée par là, raconte aujourd’hui. Transcription: L: […]
  • Festival à la plage ! C’est bientôt !
    Cette fois-ci, le festival où on vous emmène se déroule chez nous, à Marseille. Après le cinéma à Cannes la semaine dernière, voici un grand rassemblement très original car il offre une très grande diversité d’activités. Un festival jeune et pour les jeunes: le Delta Festival a sa propre personnalité et fait vibrer la plage […]
  • Cinéma, stars et paillettes à Cannes
    Aujourd’hui, il fait vraiment un super temps pour aller se balader en bord de mer ! Christelle a choisi d’aller à Cannes, mais pas pour la plage. Non, Christelle va à Cannes pour son festival international de cinéma. Elle nous parle de cet événement renommé qu’elle connait bien et ça donne très envie d’aller y […]
  • De Marseille à Cassis… Mais pas par la route !
    Avec les beaux jours qui reviennent, certains ont des fourmis dans les jambes* ! Romain aime la rando. Il a aussi des talents d’organisateur. Alors pendant le weekend, il a emmené une bande d’amis sur les sentiers des calanques qu’il connaît bien. On y va aussi ? En route ! Transcription R: Romain / A: […]
  • Prudence !
    Cette semaine, Héléna et Samuel nous racontent leurs mésaventures respectives en voiture. Héléna était passagère dans la voiture d’une amie. Samuel était au volant de sa voiture. Tous les deux s’en sortent bien mais ça aurait pu être plus grave. Ces deux accidents sont en tout cas l’occasion pour eux de réfléchir aux enjeux de […]
  • Sur les traces du Grand Bleu
    Aujourd’hui, nous vous emmenons en voyage. Un voyage au sens habituel du terme, en Méditerranée. Mais aussi un petit voyage dans le temps, à la fin des années 80 ! Vous êtes prêts ? Transcription : Bonjour. Je vous présente un magnifique panorama. Alors ici, on est à Taormine, une très jolie petite ville en Sicile. […]
  • Besoin de détente !
    Lydia nous parle de sa passion pour la musculation. Il s’agit bien d’une passion puisqu’elle se rend à la salle de sport quasiment tous les jours de la semaine, pour se détendre après une journée de cours ou une journée compliquée. Elle ne pourrait pas s’en passer ! Transcription L : Lydia A : Aline A : Oh Lydia, […]
  • Sauter haut, lancer loin et courir vite
    Sarah a commencé l’athlétisme à l’âge de quatre ans et depuis, elle n’a jamais arrêté. Cette activité continue à faire partie de sa vie d’adolescente. Aujourd’hui, elle nous explique ce que signifie faire de l’athlétisme: les disciplines qu’on pratique, comment on s’entraîne, les compétitions. Vous allez tout savoir sur ce sport très varié ! Transcription : […]
  • Les activités du petit garçon d’Hanane (fin)
    Voici la dernière partie de la conversation avec Hanane. Vous vous en souvenez peut-être, elle avait expliqué que comme son mari et elle viventt loin de leur famille, son petit garçon ne peut pas jouer avec ses cousins et ses cousines. Alors, elle a trouvé d’autres manières de faire pour rompre un peu cet isolement […]
  • Hanane et son petit garçon (suite)
    Vous avez fait connaissance avec Hanane la semaine dernière. Voici aujourd’hui plus de détails sur la façon dont sa vie s’est organisée depuis la naissance de son petit garçon il y a deux ans. Le temps passe si vite qu’il est même déjà question d’école maternelle pour la rentrée prochaine ! Discussion donc d’une jeune […]

Je dis, tu dis, il dit, nous disons
  • Erreur, le flux RSS est probablement en panne. Essayez plus tard.

Podcast français facile
  • L’adjectif démonstratif
    🔷 L'adjectif démonstratif : définition Il sert à montrer, à indiquer une personne, un animal ou une chose. L'adjectif démonstratif se place avant le nom. 🔷 La forme simple : → Attention 1 : Au pluriel, on utilise "ces" au masculin et au féminin. Exemples : ces rues, ces maisons, ces femmes (féminin pluriel) ces [...] L’adjectif démonstratif est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Dans Paris – Paul Éluard
    🔷 Objectifs : découverte d'un poète de la Résistance les prépositions "sur, dans" les adjectifs démonstratifs  "ce - cette - cet - ces"   🔷 Lisez le poème : Dans Paris Dans Paris, il y a une rue Dans cette rue, il y a une maison Dans cette maison, il y a un escalier Dans [...] Dans Paris – Paul Éluard est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Avoir envie – avoir besoin – dialogue
    Dialogue pour étudier la grammaire : avoir envie de - avoir besoin de Objectif grammatical : pronom en & avoir envie / besoin de au présent Niveau : Delf A2 Registre : Informel Situation : Nao propose à Vincent de venir faire une visite guidée dans les rues de Paris. DIALOGUE : https://www.podcastfrancaisfacile.com/wp-content/uploads/2019/07/dialogue_09_08.mp3 Nao : [...] Avoir envie – avoir besoin – dialogue est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Avoir envie de – exercice
      avoir l'intention de   -  avoir besoin de  -  conjugaison  - leçon DÉFINITION : "Avoir envie de" est une locution verbale. "Avoir envie de" signifie "désirer une chose, vouloir une chose".  UTILISATION : a. avoir envie de + déterminant + nom Exemples : Ils ont envie d'un voyage. Ils ont envie de ce livre. b. avoir [...] Avoir envie de – exercice est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Transcription de l’explication du dialogue « entre le directeur et une enseignante ».
    activités en relation : dialogue - texte court - 25 questions - leçon - liste 1  - liste 2 https://youtu.be/L5X4-Vgs_3E Voici l’explication du dialogue intitulé “entre le directeur et une enseignante”. Je vous redonne la situation : madame Bourgeois est professeure. Elle travaille dans un établissement privé. On ne sait pas exactement depuis combien de temps [...] Transcription de l’explication du dialogue « entre le directeur et une enseignante ». est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • 30 verbes indispensables pour parler francais
    Voici une liste de trente verbes indispensables pour communiquer en français. Mémorisez autant que possible la conjugaison pour être à l'aise à l'oral. VERBE Conjugaison au présent avoir j'ai, tu as, il a, nous avons, vous avez, elles ont être je suis, tu es, il est, nous sommes, vous êtes, elles sont [...] 30 verbes indispensables pour parler francais est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Dialogue pour étudier la grammaire : l’attribut du sujet
      Objectif grammatical : la description Niveau : Delf A2 Registre : Informel Situation : Lucie et Jean parlent de la personne idéale. 🔷 DIALOGUE : https://www.podcastfrancaisfacile.com/wp-content/uploads/2019/07/dialogue_09_07.mp3 Lucie : Pour toi, la femme idéale, elle est comment ? Jean : La femme idéale ? Pour moi, c’est une femme douce, gentille, intelligente. Elle est grande, [...] Dialogue pour étudier la grammaire : l’attribut du sujet est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Qu’est-ce que tu fais le week-end ?
    🔷 DIALOGUE : https://www.podcastfrancaisfacile.com/wp-content/uploads/2019/07/dialogue_48.mp3 Georges : Tu fais quoi le week-end en général ? Annie : Je travaille dans un bar le samedi et le dimanche je fais du tennis. Georges : Tu ne sors pas ? Annie : Après mon travail, oui, ça m’arrive de temps en temps, mais je préfère rentrer directement. Georges [...] Qu’est-ce que tu fais le week-end ? est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • FLE – parler du week-end
    FLE parler du week-end : dialogue modèle pour poser des questions et répondre à questions à propos du week-end. liste de vocabulaire - jouer de 🔷 DIALOGUE : https://www.podcastfrancaisfacile.com/wp-content/uploads/2019/07/dialogue_47.mp3 Georges : Qu’est-ce que vous faites le week-end en général ? Annie : Le week-end ? Le samedi, j’ai ma leçon de guitare. [...] FLE – parler du week-end est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
  • Obligation – texte court pour étudier le vocabulaire de l’obligation
    Voir aussi : dialogue - 25 questions - vocabulaire - exercice 1 - exercice 2 Objectifs : L’expression de l’obligation Vocabulaire de l’entreprise A. Lisez le texte ci-dessous. Bonjour ! Je travaille dans un supermarché et mes conditions de travail se dégradent. Avant, on devait travailler un samedi par mois et on était payé double. [...] Obligation – texte court pour étudier le vocabulaire de l’obligation est un article de PodcastFrancaisFacile.com, le blog qui vous aide à apprendre le Français.
Publicités