Chateaubriand – René

Chateaubriand – René

Publicités

Chateaubriand

Image

Chateaubriand (1768-1848)

Chateaubriand

François-René de Chateaubriand

Chateaubriand – Rêverie

Rêverie

Après le souper, je me suis assis à l’écart sur la rive; on n’entendait que le bruit du flux et du reflux du lac, prolongé le long des grèves; des mouches luisantes brillaient dans l’ombre, et s’éclipsaient lorsqu’elles passaient sous les rayons de la lune. Je suis tombé dans cette espèce de rêverie connue de tous les voyageurs; nul souvenir distinct de moi ne me restait; je me sentais vivre comme partie du grand tout, et végéter avec les arbres et les fleurs. C’est peut-être la disposition la plus douce pour l’homme; car, alors même qu’il est heureux, il y a dans ses plaisirs un fond d’amertume, un je ne sais quoi qu’on pourrait appeler la tristesse du bonheur. La rêverie du voyageur est une sorte de plénitude de cœur et de vide de tête, qui vous laisse jouir en repos de votre existence; c’est par la pensée que nous troublons la félicité que Dieu nous donne; l’àme est paisible, l’esprit est inquiet.

Chateaubriand, Voyage en Amérique – Description de quelques sites dans l’intérieur des Florides

TexteImage

Chateaubriand

Chateaubriand – René

Image

Chateaubriand – René

René est à Werther ce qu’Atala est à Paul et Virginie. Car personne, en matière de genres, ou de gaufriers, n’est moins inventeur que Chateaubriand, qui ne renouvelle tout que par le style, le style d’une âme et le style d’une forme. René, publié dans le corps même du Génie de 1802, contribua à son triomphe. Il s’agit d’illustrer et de faire vivre d’un mal « presque entièrement inconnu aux anciens, insuffisamment observé par les modernes » une mélancolie, attachée à l’existence, chez un jeune homme habité de passions puissantes et vagues, arrêté dans la certitude que la vie décevra toujours l’immensité de ses désirs.

L’aventure intime, tragique, la destinée incestueuse de René et d’Amélie, imposait aux imaginations des femmes une figure inspirée et inspiratrice de l’auteur. Il y eut René comme il y avait Jean-Jacques. Pendant un demi-siècle René dégagea une fièvre poétique extraordinaire, qui tomba peu à peu après la mort de Chateaubriand, mais surtout parce qu’il était relayé et remplacé par les Mémoires.

Source

Image

Image

Chateaubriand