16e siècle – Guerres de religion

Image

Le 16e siècle

Publicités

Le geai paré des plumes du paon

Le geai paré des plumes du paon

Un paon muait: un geai prit son plumage;
Puis après se l’accommoda;
Puis parmi d’autres paons tout fier se pavana,
Croyant être un beau personnage.
Quelqu’un le reconnut: il se vit bafoué,
Berné, sifflé, moqué, joué,
Et par messieurs les paons plumé d’étrange sorte;
Même vers ses pareils s’étant réfugié,
Il fut par eux mis à la porte,
Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
Qui se parent souvent des dépouilles d’autrui,
Et que l’on nomme plagiaires.
Je m’en tais, et ne veux leur causer nul ennui:
Ce ne sont pas là mes affaires.

Jean de La Fontaine

Source

La Fontaine

François Rabelais

Image

François Rabelais (1494-1553)

Lorsque le curé de Meudon publia les Faits et dicts héroïques de Pantagruel, ce n’était point chose facile de parler raisonnablement d’éducation. Rabelais conçut pourtant un plan d’éducation libérale, douce, humaine.


Gargantua, père de Pantagruel, vient de soustraire son fils aux pédants du Moyen Age qui l’ont rendu fou, niais, tout rêveux et rassoté. Pantagruel est confié à Ponocratès qui refait son éducation et lui rend l’étude intéressante par la nature et la variété de ses objets. Au terme de cette éducation si humainement conduite, Gargantua fait voyager son fils et, au moment du départ, lui adresse ses derniers conseils: « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. – Fuis les compagnies auxquelles point ne veux ressembler… »

Source

François Rabelais

Je vous écris

Image

Je vous écris

Je vous écris à l’ombre du mystère,
Puisque s’écrire est se parler tout bas:
Mais je l’avoue, en ce lieu solitaire,
Tout est tranquille et mon cœur ne l’est pas.
Je vous écris.

Je vous écris. Quand l’âme est oppressée,
Le temps s’arrête, il n’a plus d’avenir;
Ah! loin de vous, je n’ai qu’une pensée,
Et le bonheur n’est plus qu’un souvenir.
Je vous écris.

Je vous écris. M’aimeriez-vous encore?
Si votre cœur n’est plus tel qu’autrefois,
Faites du moins, faites que je l’ignore;
S’il est constant, dites-le, je le crois.
Je vous écris.

Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859)

Source

Marceline Desbordes-Valmore

Clément Marot

Image

Clément Marot (1496-1544)

Clément Marot, « Roy de poësie et poëte de Roy », doit être regardé comme le premier poète, en date, de la France moderne.

« C’est, dit Sainte-Beuve, en lisant les vers de Marot qu’on a, pour la première fois, le sentiment bien net et bien vif qu’on est sorti des amphigouris de la vieille langue, des broussailles gauloises. »

Au XVIIe siècle, le Grand Siècle, Boileau dira: « Imitez de Marot l’élégant badinage. »

Source

Clément Marot