Madame Bovary

Image

Une éducation romantique

Elle avait lu Paul et Virginie et elle avait rêvé la maisonnette de bambous, le nègre Domingo, le chien Fidèle, mais surtout l’amitié douce de quelque bon petit frère qui va chercher pour vous des fruits rouges dans des grands arbres plus hauts que des clochers, ou qui court pieds nus sur le sable, vous apportant un nid d’oiseau.

Lorsqu’elle eut treize ans, son père l’amena lui-même à la ville, pour la mettre au couvent.

Quelques-unes de ses camarades apportaient au couvent les keepsakes qu’elles avaient reçus en étrennes; c’était une affaire: on les lisait au dortoir…

Elle frémissait, en soulevant de son haleine le papier de soie des gravures, qui se levait à demi-plié et retombait doucement contre la page. C’était, derrière la balustrade d’un balcon, un jeune homme en court manteau qui serrait dans ses bras une jeune fille en robe blanche portant une aumônière à sa ceinture; ou bien les portraits anonymes de quelques ladies anglaises à boucles blondes qui, sous leur chapeau de paille rond, vous regardent avec leurs grands yeux clairs. On en voyait d’étalées dans des voitures, glissant au milieu des parcs, où un lévrier sautait devant l’attelage que conduisaient au trot deux petits postillons en culotte blanche. D’autres rêvant sur des sofas près d’un billet décacheté, contemplaient la lune par la fenêtre entr’ouverte.

Gustave Flaubert, Madame Bovary

Source

Gustave Flaubert

Image

Image

Image

Publicités

Flaubert – Citation

Source

Gustave Flaubert

Saint-Malo

Saint-Malo

Saint-Malo, bâti sur la mer et clos de remparts, semble, lorsqu’on arrive, une couronne de pierres posées sur les flots. Les vagues battent contre les murs et, quand il est marée basse, déferlent à leur pied sur le sable.

Au-dessus de cette ligne uniforme de remparts, que çà et là bombent des tours et que perce ailleurs l’ogive aiguë des portes, on voit les toits des maisons serrés l’un près de l’autre, avec leurs tuiles et leurs ardoises, leurs petites lucarnes ouvertes, leurs girouettes découpées qui tournent, et leurs cheminées de poterie rouge dont les fumées bleuâtres se perdent dans l’air.

Le tour de la ville par les remparts est une des plus belles promenades qu’il y ait. Personne n’y vient. On s’assoit dans l’embrasure des canons, les pieds sur l’abîme. Derrière vous se promène la sentinelle dont le pas régulier marche sur les dalles sonores.

Flaubert, Par les champs et les grèves

Source

Gustave Flaubert

Gustave Flaubert

Gustave Flaubert

Un Cœur simple – Gustave Flaubert

Images