Le roman historique réaliste – Histoire ancienne

Image

Les romans placés dans l’histoire ancienne sont nombreux à cette époque réaliste et érudite; on veut, dit Flaubert, « appliquer à l’antiquité les procédés du roman moderne ». Certains ont connu un grand succès: le livre si populaire, et d’ailleurs bien conduit, d’Edward Bulwer-Lytton (1803-1873), Les derniers jours de Pompéi (1834) ; Fabiola (1854), récit des Catacombes, du cardinal anglais Nicholas Wiseman (1802-1865), qui a joui d’une immense diffusion dans le monde catholique; les savants romans « pharaoniques » de l’Allemand Georg Ebers (1837-1898), qui furent appréciés d’un vaste public (I864-1897); La Lutte pour Rome (1876) de l’Allemand Felix Dahn (1834-1912), épopée en prose du siècle d’Alaric, dont le style est d’une harmonie étudiée.

Salammbô (1862), de Gustave Flaubert (1821-1880), est une réussite due moins à la reconstitution laborieuse de là Carthage d’Hamilcar et d’Hannon qu’au talent d’évocation, à l’art minutieux et éclatant du grand écrivain.

D’autres ont choisi l’époque où l’Empire romain passait du paganisme au christianisme pour y situer une action à propos de laquelle ils exprimaient leurs idées sur la religion, la tolérance, l’humanisme, la philosophie, les destinées de l’humanité: Alfred de Vigny (1797-1863) dans sa Daphné posthume, écrite surtout en 1837, dont le héros est Julien l’Apostat; Viktor Rydberg (1828-1895) dans Le dernier Athénien (1859), où un philosophe païen lutte et meurt pour un idéal qui conserve les sympathies de l’auteur; Anatole France (1844-1924) dans Thaïs (1894), où le pittoresque sert de cadre aux idées et aux discussions. Quo vadis? (1896) de Henryk Sienkiewicz (1846-1916), tableau de la Rome de Néron, touchante épopée du dévouement et de la foi, traduite aussitôt en vingt-deux langues, obtint un succès dont il y a peu d’exemples.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le roman au 19e siècle – Europe – Amérique




The Last Days of Pompeii 1913

Felix Dahn, La Lutte pour Rome

Quo Vadis 1951

Flaubert

Image


Gustave Flaubert

Salammbô – L’opéra

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Gustave Flaubert

Gustave Flaubert (1821-1880)

Image

Né à Rouen en 1821, Gustave Flaubert, fils d’un chirurgien assez célèbre de cette ville, se sentit de bonne heure entraîné par un amour passionné des lettres. Mais ce n’est qu’en 1857 qu’il publia son premier roman, Madame Bovary. On accusa l’ouvrage d’immoralité; la vérité était seulement que, dès son premier livre, l’auteur prétendait ne donner à l’œuvre d’art d’autre but qu’elle-même et revendiquait pour le poète et pour l’artiste, non le droit d’être immoral à plaisir, mais celui de ne pas se préoccuper de la morale. Au reste on ne pouvait méconnaître dans ce roman ni la vérité frappante de caractères vraiment vivants, ni les mérites d’un style sonore sans emphase, exactement approprié aux objets qu’il veut exprimer ou dépeindre, et qu’aucune faiblesse ne dépare.

C’est en Orient et dans l’antiquité que se déroule l’action de Salammbô (1862), qui met en scène la révolte des mercenaires à Carthage, après la première guerre punique, et celle de la Tentation de Saint-Antoine (1874). Le style est là d’une richesse éblouissante, mais qui fatigue l’œil et l’esprit du lecteur; d’ailleurs, en affectant d’écrire des livres « impersonnels », comme l’on dit, où l’auteur ne laisse rien voir, rien deviner de lui-même, se bornant à décrire en observateur désintéressé, Flaubert paraît froid, et la lecture de ces deux ouvrages, d’ailleurs remarquables, est en somme pénible et n’attache pas.

On a fait avec moins de justesse, les mêmes reproches à deux autres livres, où l’écrivain prétend noter la réalité telle qu’elle est, avec une impartialité qui a néanmoins quelque chose de cruel et d’amer, l’Education sentimentale (1869) et Bouvard et Pécuchet, œuvre inachevée, qui n’a été publiée qu’après la mort de Flaubert.

Enfin, sans parler d’une comédie qui n’eut point de succès, le Candidat (1877), Flaubert a publié encore Trois contes (1877), dont le sujet est emprunté à dessein à trois époques très différentes: c’est l’histoire d’une vieille servante de province (Un cœur simple), la Légende Saint-Julien l’Hospitalier, et le récit de la décollation de saint Jean-Baptiste (Hérodias).

En somme l’œuvre de Flaubert est peu abondante; la forme en est achevée, encore que laborieuse, et l’on ne peut y méconnaître l’exactitude des peintures et souvent la profondeur de l’observation.

Source


Gustave Flaubert


Gustave Flaubert

Gustave Flaubert

Image

Naissance: 12 décembre 1821 – Rouen | Décès: 8 mai 1880 – Croisset.


Gustave Flaubert | Gustave Flaubert – Posts